Retrouvé abattu dans un fossé, un jeune identifié comme étant Eviatar Azarzar
Rechercher

Retrouvé abattu dans un fossé, un jeune identifié comme étant Eviatar Azarzar

La victime était déjà connue de la police pour son implication dans de violents incidents ; un embargo a été appliqué à de nombreux détails de l'affaire

Eviatar Azarzar (Crédit)
Eviatar Azarzar (Crédit)

Vendredi, un jeune de 18 ans, qui a été retrouvé mort près d’un cimetière dans la ville de Ramat Hasharon au centre du pays, a été identifié samedi soir comme étant Eviatar Azarzar.

Ce Hiérosolymitain qui vivait à Bnei Brak aurait été assassiné. La plupart des détails de l’affaire font l’objet d’un embargo. On privilégie la piste criminelle plutôt que terroriste.

Son corps a été découvert dans un fossé avec des blessures par balle dans le torse.

Eviatar Azarzar était déjà connu de la police pour son implication dans une série d’incidents violents, selon certains médias israéliens. On pense que son corps est resté là pendant quelques jours.

Une voiture de police et d’autres véhicules sont sur le site où un corps avec des blessures par balle a été retrouvé dans la ville de Ramat Hasharon, au centre du pays, le 27 décembre 2019. (Capture d’écran: Twitter)

Mercredi dernier, sa famille a appelé le public à l’aider à le retrouver. Il n’avait pas été vu depuis environ trois semaines.

Vendredi également, un homme a été abattu autour de la ville du nord de Deir al-Asad, dans un possible meurtre.

Des secouristes ont tenté de sauver la victime, qui a été identifiée samedi comme étant Jamal Ali Hasarma, âgé de 60 ans, mais sa mort a été prononcée sur place.

Ces derniers mois, on a assisté à une vague de meurtres et de crimes dans la communauté arabe israélienne. Des responsables politiques arabes ont affirmé que la police se désintéressait largement de la violence dans leurs communautés, qu’il s’agisse de règlements de compte familiaux, de guerres mafieuses, de violences domestiques ou de crimes d’honneur.

Plusieurs manifestations et grandes marches ont été organisées pour protester contre ce que des Arabes israéliens affirment être un échec à traiter de manière appropriée la vague de violence criminelle au sein de leur communauté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...