Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Réunion d’urgence du gouvernement israélien

Les tirs de roquettes ont repris ; les ministres ne sont pas d'accord avec Liberman sur la reprise de Gaza

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime devant la presse dans le port d'Eilat, lundi 10 mars 2014, alors qu'Israël expose les roquettes M-302 déchargées du navire sous pavillon panaméen Klos C (Crédit : AFP/ Jack Guez)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime devant la presse dans le port d'Eilat, lundi 10 mars 2014, alors qu'Israël expose les roquettes M-302 déchargées du navire sous pavillon panaméen Klos C (Crédit : AFP/ Jack Guez)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu devait convoquer jeudi matin une réunion d’urgence de son gouvernement pour discuter de la situation dans le sud après la plus violente pluie de roquettes vers Israël depuis 2012.

Jeudi matin, l’armée a indiqué que deux nouvelles roquettes avaient été tirées depuis Gaza, mais qu’elles avaient atterri dans des zones ouvertes à l’intérieur de l’enclave palestinienne.

En fin de matinée, les sirènes d’alarme ont retenti dans les villes côtières d’Ashdod et d’Ashkelon alors que des roquettes étaient tirées depuis Gaza.

Le système Dôme de Fer a intercepté une des roquettes au-dessus d’Ashkelon, tandis que deux autres se sont écrasées dans des espaces non-habités.

Jeudi matin, Netanyahu s’est engagé à répondre puissamment à de nouvelles attaques. « Il n’y a pas de tirs gratuits, et les éléments terroristes dans la bande de Gaza devraient assimiler le fait qu’ils ont affaire à un gouvernement ultra-déterminé et à une armée très puissante », a déclaré le Premier ministre.

Il a aussi fait remarquer que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas n’avait pas condamné les roquettes tirées depuis Gaza, mais uniquement les représailles israéliennes.

Netanyahu a ajouté que pour progresser sur le chemin de la paix, l’AP devait être sans équivoque dans sa condamnation du terrorisme.

Mercredi soir, le ministre de l’Économie Naftali Bennett (Habayit Hayehudi) a rendu visite à une famille dans la ville assiégée de Sderot, près de la frontière avec Gaza.

« L’armée réplique désormais [aux tirs de roquettes depuis Gaza] de manière intense », a-t-il écrit sur sa page Facebook. « Si la famille Abutbol n’est pas au calme, il n’y aura pas de calme à Gaza », a-t-il ajouté, en écho aux propos tenus plus tôt par Netanyahu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.