Rechercher

Réunion entre les dirigeants gazaouis et égyptiens : les pourparlers progressent

Les dirigeants de Gaza, dont le chef du Hamas dans l'enclave Ismail Haniyeh, se sont réunis au Caire dimanche pour rencontrer les services de renseignement égyptiens

Yahya Sinwar (à droite), le chef du groupe terroriste Hamas dans la bande de Gaza, est assis avec le chef du Hamas Ismail Haniyeh (au centre), alors qu'ils rencontrent le chef de la Commission électorale centrale, Hanna Nasser, dans la ville de Gaza, le 28 octobre 2019. (AP Photo/Khalil Hamra)
Yahya Sinwar (à droite), le chef du groupe terroriste Hamas dans la bande de Gaza, est assis avec le chef du Hamas Ismail Haniyeh (au centre), alors qu'ils rencontrent le chef de la Commission électorale centrale, Hanna Nasser, dans la ville de Gaza, le 28 octobre 2019. (AP Photo/Khalil Hamra)

Le Hamas et l’Égypte ont avancé des accords visant à renforcer le cessez-le-feu entre Israël et le groupe terroriste au pouvoir à Gaza, ont rapporté mardi les médias d’État turcs, quelques jours après que de hauts responsables du Hamas ont rencontré les services de renseignement égyptiens au Caire.

Selon l’agence de presse Anadolu, le groupe terroriste et l’Égypte ont constaté des « progrès » dans les « accords visant à stabiliser la trêve à Gaza, à accélérer le rythme de la reconstruction et à alléger le siège ».

Dans une scène rare, les hauts responsables du Hamas, y compris le chef du groupe terroriste à Gaza Yahya Sinwar et le chef du Hamas Ismail Haniyeh, se sont réunis au Caire dimanche soir pour le cycle actuel de discussions avec les responsables des services de renseignement égyptiens visant à obtenir un cessez-le-feu à long terme avec Israël.

Un responsable du Hamas a déclaré au Times of Israel qu’un certain mouvement dans les pourparlers était « attendu », mais il a ajouté : « Ces réunions ne sont souvent que des discussions. Mais les obligations se concrétisent ensuite si chaque partie fait ce qu’elle s’est engagée à faire. »

Israël et le Hamas ont mené des négociations indirectes, modérées par l’Égypte, en vue de stabiliser le fragile cessez-le-feu depuis la guerre de 11 jours qui a opposé les deux camps en mai. Israël a juré de ne pas autoriser une reconstruction complète de Gaza sans un échange de prisonniers entre les deux parties.

Le fonctionnaire a suggéré qu’il pouvait y avoir d’autres raisons pour le rassemblement des dirigeants du Hamas. Le groupe terroriste a récemment conclu ses élections internes, qui ont vu Haniyeh remporter un deuxième mandat de quatre ans à la tête du Hamas.

La réunion prolongée du Caire a fourni « une occasion pour tout le monde de se rencontrer. Dans le cadre de l’agenda politique global, elle est liée à l’agenda organisationnel », a déclaré le responsable du Hamas.

Pendant les mois qui ont suivi le conflit de 11 jours, Israël a renforcé les restrictions imposées à Gaza, empêchant ainsi toute reconstruction substantielle de l’enclave meurtrie.

Gaza fait l’objet d’un blocus étroit de la part d’Israël et de l’Égypte depuis quinze ans. Les deux pays affirment qu’autoriser une circulation plus libre des biens et des personnes pourrait renforcer le Hamas.

La source du Hamas a déclaré à Anadolu que les parties avaient discuté d’un éventuel échange de prisonniers entre le groupe terroriste et Israël, mais qu’elles n’avaient pas progressé de manière significative.

Le Hamas détient actuellement deux civils israéliens vivants comme prisonniers à Gaza – Avner Mengistu et Hisham al-Sayed. Le groupe terroriste détient également les corps de deux soldats israéliens tués pendant la guerre de 2014 à Gaza : Oron Shaul et Hadar Goldin.

Le Premier ministre Naftali Bennett a discuté de la question de l’échange de prisonniers avec le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi lors d’une récente visite d’État à Charm el-Cheikh.

Pendant des mois, les responsables israéliens ont juré qu’ils ne permettraient pas une reconstruction complète de Gaza sans un échange de prisonniers. Toutefois, malgré l’absence d’accord, Israël a lentement assoupli les sanctions supplémentaires à la suite d’échanges de tirs de faible intensité avec des terroristes palestiniens à Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...