Reuven Bulka, le rabbin d’Ottawa qui a inspiré le Canada, décède à 77 ans
Rechercher

Reuven Bulka, le rabbin d’Ottawa qui a inspiré le Canada, décède à 77 ans

Le natif de Londres a joué un rôle déterminant dans la création de la Semaine de la Bienveillance au Canada ; Trudeau a rendu hommage à son optimisme et son humilité

Le rabbin Reuven Bulka. (Crédit : Michelle Valberg/Machzikei Hadas via JTA)
Le rabbin Reuven Bulka. (Crédit : Michelle Valberg/Machzikei Hadas via JTA)

JTA – Reuven Bulka, rabbin d’Ottawa surnommé « le rabbin du Canada », connu pour avoir incité ses concitoyens à faire preuve de bienveillance, est décédé à l’âge de 77 ans.

Selon le Ottawa Citizen, Bulka est décédé dimanche à New York, où il avait déménagé pour se rapprocher de sa famille après avoir reçu un diagnostic de cancer du pancréas plus tôt cette année. Il a été enterré en Israël selon le journal The Forward.

Bulka avait rejoint Machzikei Hadas, une congrégation orthodoxe d’Ottawa, en 1967, et a pris sa retraite en 2015. Il en était le rabbin émérite jusqu’à son décès.

« En tant que ‘Rabbin du Canada’, le rabbin Bulka a inspiré les Canadiens juifs et les gens de tout le pays à vivre avec optimisme, humilité et dévouement à la bonté », a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau sur Twitter. « Et grâce à ses efforts inlassables, le Canada a été le premier pays à créer une semaine nationale de la bienveillance. Que sa mémoire soit une bénédiction. »

Jim Munson, le sénateur qui a fait adopter cette année le projet de loi instaurant la Semaine de la Bienveillance, fixée à la troisième semaine de février, a déclaré que Bulka avait joué un rôle essentiel dans cette adoption.

« Des actes de bonté ont été accomplis à tous les niveaux, ouvertement ou secrètement » grâce à l’influence de Bulka, a déclaré Munson, cité par le Citizen. « Au Sénat. À la Chambre des communes. Au bureau du Premier ministre. Je pense que tout le monde a reconnu que vous pouvez avoir vos combats politiques, mais que cela ne coûte rien et donne tout. »

Bulka était une figure incontournable à Ottawa. Il prenait la parole chaque année le 11 novembre, jour du Souvenir, au Monument commémoratif de guerre du Canada.

« Il avait une telle présence à chaque 11 novembre », a déclaré le Citizen en citant le maire d’Ottawa, Jim Watson. « Il prenait une occasion solennelle et la tissait d’humour. Les gens parlaient de ses discours du jour du Souvenir après coup parce qu’ils étaient si bien prononcés et toujours sans notes. »

Bulka était bien connu des médias canadiens, offrant souvent des conseils en tant que commentateur radio. Il a converti une animatrice de talk-show conservatrice au judaïsme orthodoxe et a eu le cœur brisé en 2003 lorsqu’elle a annoncé qu’elle ne serait plus pratiquante, se désolant de la tendance des Juifs américains à adhérer à des croyances libérales.

« Lorsqu’elle a traversé la phase d’évolution de son parcours, beaucoup de gens ont été inspirés par son propre enthousiasme », avait déclaré Bulka au Forward à l’époque.

Ce natif de Londres – né le 6 juin 1944, jour du Débarquement – a grandi aux États-Unis et s’est installé au Canada dans sa jeunesse. Il n’avait que 23 ans lorsqu’il a pris ses fonctions à Machzikei Hadas et s’est rapidement imprégné de la sensibilité canadienne en matière d’engagement envers le service public et de convivialité.

« Pour moi, le plus important est que les gens se posent la question le plus tôt possible dans leur vie : ‘Que puis-je faire pour rendre ce monde meilleur ?' », a-t-il déclaré à la CBC plus tôt cette année après l’annonce de son diagnostic.

Bulka a reçu de nombreux prix, dont l’Ordre du Canada, la deuxième plus haute distinction de la nation, et a mené les efforts dans les années 1990 pour que Machzikei Hadas soit la première synagogue du Commonwealth à posséder des armoiries. En consultation avec le héraut d’armes du Canada, Bulka a imaginé la représentation de cinq rouleaux de la Torah et des Tables de la Loi, soutenant l’Arbre de vie.

Sur l’arbre, explique la synagogue sur son site web, « sont fixées des feuilles d’érable et des étoiles de David entremêlées – symboles canadiens et juifs. Cette intégration artistique projette la belle fusion entre le Canada et sa communauté juive ».

Bulka laisse derrière lui sa femme, Leah, et cinq enfants nés avec sa première femme, Naomi, décédée en 2001.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...