Israël en guerre - Jour 232

Rechercher
Nécrologie

Richard Barancik, le dernier des « Monuments Men », meurt à 98 ans

Ce soldat de première classe a servi à Salzbourg, en Autriche, où il a aidé à collecter des trésors volés et à les rendre à leurs propriétaires originels juifs

Le soldat de première classe Richard Barancik a rejoint les "Monuments Men" en 1945 ; après la guerre, il est devenu un architecte prolifique à Chicago. (Crédit : Fondation Monuments Men and Women ; Dignity Memorial via JTA)
Le soldat de première classe Richard Barancik a rejoint les "Monuments Men" en 1945 ; après la guerre, il est devenu un architecte prolifique à Chicago. (Crédit : Fondation Monuments Men and Women ; Dignity Memorial via JTA)

JTA – Richard Barancik, le dernier des membres du Corps Militaire allié qui a traqué et récupéré d’innombrables œuvres d’art volées par les nazis, est décédé le 14 juillet à Chicago, à l’âge de 98 ans.

Soldat de première classe de l’armée de terre et membre de ce qui était officiellement connu sous le nom de Section des monuments, des beaux-arts et des archives (MFAA), et officieusement connu sous le nom de « Monuments Men » (bien qu’il y ait eu quelques femmes), Barancik a été envoyé à Salzbourg, en Autriche, en 1945. Avec un autre soldat, il a aidé à transporter des trésors artistiques volés vers le dépôt central de la Direction du contrôle des biens des États-Unis et a servi de garde.

Bien qu’il soit devenu un architecte prolifique après la guerre, Barancik, âgé de 20 ans, s’est porté volontaire pour la MFAA, uniquement avec une formation d’ingénieur de base et un amour de l’art.

« Lorsque je suis arrivé à Salzbourg, j’ai été subjugué non seulement par la beauté de la ville, mais aussi par la qualité des hommes de la section des beaux-arts. Ils étaient généralement plus âgés et très bien formés dans le domaine des beaux-arts », avait-il déclaré lors d’une interview l’année dernière.

Au total, environ 350 hommes et femmes, principalement des universitaires, des historiens de l’art et d’autres experts en antiquités, ont servi au sein de la MFAA, la plupart venant des États-Unis et de Grande-Bretagne, mais aussi d’une douzaine d’autres pays. Entre 1943 et sa dissolution en 1946, les Monuments Men ont récupéré des milliers de peintures, de sculptures, d’or et d’autres objets culturels en Europe et en Asie – un effort de sauvetage qui a permis aux survivants juifs, aux familles des victimes et à d’autres personnes qui avaient été dépouillées de leurs biens par les nazis de récupérer un grand nombre d’entre eux dans les décennies qui ont suivi la guerre.

Après la guerre, tout en continuant à servir dans l’armée, Barancik a fréquenté l’université de Cambridge en Angleterre et l’école des Beaux-Arts de Fontainebleau, en France. De retour dans son pays natal, il a terminé ses études d’architecture à l’université de l’Illinois. Le cabinet qu’il a fondé en 1950 avec un ancien professeur, Barancik Conte & Associates, a conçu des maisons privées, des immeubles de bureaux, des campus et des salles de bowling, et s’est ensuite fait connaître pour ses gratte-ciel distinctifs le long de la « Gold Coast », la côte huppée de Chicago.

Il a pris sa retraite en 1993 et a partagé son temps entre Pebble Beach, en Californie, et Chicago. Il a siégé aux conseils d’administration de la Latin School of Chicago, du San Francisco Asian Art Museum, du Monterey Institute of International Studies et du Monterey Museum of Art.

En 1995, Barancik a fait partie d’une délégation d’anciens Monuments Men qui se sont rendus à Washington pour recevoir la plus haute distinction civile du pays, la médaille d’or du Congrès.

« Il s’agit d’un petit groupe de personnes qui, grâce à leur passion et à leur courage, ont récupéré les trésors les plus précieux du monde », a déclaré John Boehner, alors président de la Chambre des représentants, lors de la cérémonie.

« Ils ont rattaché les tendons à l’os qui constitue l’identité d’une civilisation. »

Barancik est né à Chicago en 1924. Sa mère, Carrie Grawoig, était une immigrée russe qui donnait des leçons de piano ; son père, le Dr. Henry Barancik, a dirigé une division hospitalière en France pendant la Première Guerre mondiale et a été chef du personnel à l’hôpital Jackson Park et à l’hôpital South Chicago, selon le Chicago Sun-Times.

Barancik laisse deux fils, trois filles, quatre petits-enfants et trois arrière-petits-enfants. Il était divorcé une fois et veuf deux fois.

« Richard était plus grand que la vie, un véritable original qui défiait les conventions », s’est souvenue sa famille lors d’un hommage.

« Il avait un œil impeccable pour l’art et le design, qu’il soit haut ou bas de gamme. Il savait ce qu’il aimait… et s’entourait de ces choses, qu’il s’agisse de peintures, de maquettes de bateaux ou de miniatures. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.