Rivlin au chef de la diplomatie tchèque : ‘je suis prêt à rencontrer Abbas’
Rechercher

Rivlin au chef de la diplomatie tchèque : ‘je suis prêt à rencontrer Abbas’

Lubomír Zaorálek s'est félicité de la relation entre les deux pays qui "se développe d'une manière très positive"

Rencontre entre le président, Reuven RIvlin, et le ministre des Affaires étrangères tchèque, Lubomír Zaorálek (Crédit : Mark Neyman / GPO)
Rencontre entre le président, Reuven RIvlin, et le ministre des Affaires étrangères tchèque, Lubomír Zaorálek (Crédit : Mark Neyman / GPO)

Le président Reuven Rivlin a accueilli à sa résidence, aujourd’hui, le ministre des Affaires étrangères de la République tchèque, Lubomír Zaorálek, qui était en visite en Israël, a annoncé un communiqué de presse.

Les deux hommes ont longuement parlé du renforcement de la coopération entre les deux pays dans les domaines de la sécurité, de l’économie et du commerce.

Le président Rivlin a accueilli le ministre des Affaires étrangères et sa délégation. Il lui a demandé de transmettre ses chaleureuses salutations au président tchèque ainsi qu’au Premier ministre, et a déclaré qu’il se souvenait avec émotion de sa visite en République tchèque l’année dernière, et l’accueil chaleureux qu’il avait reçu.

« Notre amitié est forte », a déclaré le président Rivlin avant d’évoquer la situation en Syrie, « Le chaos actuel, la crise en Syrie est un problème pour toute l’Europe ».

Il a ensuite déclaré que la présence de millions de réfugiés en Grèce, au Liban et en Jordanie est un défi très sérieux. « Le monde entier se bat contre le fondamentalisme, basé sur l’EI, qui est devenu un phénomène existant à travers le monde ».

Le président a également évoqué la nécessité de négociations directes entre Israël et les Palestiniens, et a dit qu’il espérait que les Palestiniens s’engagent des pourparlers directs plutôt que de se tourner vers les organisations internationales.

Il a souligné que « sans la confiance entre les deux parties, il ne peut y avoir de négociations et nous ne trouverons pas une solution ». Il a ajouté que « j’ai écouté ce que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a récemment déclaré à la télévision. Je dois dire que ce fut un peu plus prometteur. Il a expliqué qu’il croyait qu’il était nécessaire de mettre fin à toutes les formes de terrorisme et de trouver un moyen de revenir aux négociations. Mais aussi longtemps qu’il croit en l’intégrisme ou aux pensées comme celles du Hamas, qu’il n’y a aucun moyen d’accepter Israël, ou que tout cessez-le-feu serait tout simplement temporaire, et qu’il ne renoncerait pas à l’aspiration de détruire Israël, alors cela nous mènera nulle part ».

Le président a souligné que si Mahmoud Abbas avait l’intention de travailler pour mettre fin au terrorisme et que s’il montrait de la volonté pour revenir à la table des négociations directes, on devrait trouver un moyen pour le faire. « Nous devons trouver un moyen de renforcer la confiance entre nous », a expliqué le président.

« Je vais le rencontrer avec l’accord du gouvernement israélien, bien sûr ».

Le ministre des Affaires étrangères, Zaorálek, a remercié le président pour ses paroles et a précisé qu’il était heureux d’être à nouveau en Israël.

« La relation entre la République tchèque et Israël se développe d’une manière très positive. Nous apprécions votre visite dans notre pays et ses résultats positifs qui ont eu lieu en préparation pour la prochaine réunion G2G à Prague « .

Il a noté que la coopération entre les deux pays se faisaient dans de nombreux domaines, notamment l’économie, l’énergie, ainsi que les soins de santé. Il a noté qu’il était désireux de voir l’orientation et l’assistance israélienne au sujet des professionnels médicaux tchèques, qui seraient un bénéfice pour tous les Tchèques.

Zaorálek a ajouté qu’il était heureux de voir l’augmentation du nombre de visiteurs israéliens dans son pays et a noté que ce qui a grandement aidé était le renforcement des liens entre les deux peuples aux côtés du renforcement des liens entre les deux gouvernements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...