Rivlin critique Netanyahu pour des propos « immondes » sur les députés arabes
Rechercher

Rivlin critique Netanyahu pour des propos « immondes » sur les députés arabes

Le président a exprimé son "opposition forte" à des piques récentes lancées par le Premier ministre, qui a dit que les législateurs arabes étaient une "menace"

Le président Reuven Rivlin a émis une réprimande sortant de l’ordinaire à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu, mardi, suite à une rencontre entre les deux hommes. Il a qualifié des propos récents tenus par le Premier ministre au sujet des députés arabes « d’immondes » et il a estimé que ces paroles venaient « saper la légitimité » de la communauté arabe israélienne.

Rivlin avait rencontré Netanyahu et les négociateurs de coalition du parti du Likud en amont d’une rencontre à fort enjeu entre le Premier ministre et son principal rival, Benny Gantz, concernant la formation potentielle d’un gouvernement.

La résidence du président a indiqué que Netanyahu et son équipe l’avaient informé de l’état des pourparlers de coalition et que Rivlin estimait « que l’Etat d’Israël a besoin d’un gouvernement d’unité aussi large que possible ».

Selon le communiqué, Rivlin a « exprimé son objection forte à des récentes déclarations visant les membres de la Knesset et la population arabe ».

Netanyahu n’a cessé de lancer des mises en garde de plus en plus marquées contre un gouvernement minoritaire de Kakhol lavan qui serait soutenu par la Liste arabe unie, l’alliance des partis à majorité arabe, dont il a accusé les représentants au parlement israélien de vouloir « détruire » Israël au début de la semaine.

Ces propos, a déclaré Rivlin, « sapent la légitimité de ces parties de la société israélienne, approfondissant les divisions qui existent déjà. Je demande à tous ceux qui s’inquiètent de l’Etat d’Israël de cesser ces déclarations immondes, une bonne fois pour toutes ».

Le leader de la Liste arabe unie Ayman Odeh, (à droite), et Ahmad Tibi, membre du parti, arrivent à la Knesset pour une réunion de faction, le 22 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Tandis qu’il a indiqué que certains commentaires des législateurs arabes « concernant la société israélienne – et particulièrement les soldats de Tsahal, sont graves, choquants et inacceptables », il a ajouté qu’il s’opposait de toutes ses forces à une caractérisation de tous les députés arabes en tant que « cinquième colonne » et « menace » qui planerait sur l’existence du pays.

« Nous, qui vivons en souverains dans notre pays, l’Etat juif et démocratique d’Israël, devons garantir l’égalité des droits et tenir un discours respectueux et significatif avec tous les Israéliens », a-t-il dit.

« L’exclusion de secteurs entiers de la population est devenue un problème qui concerne tous les pans de la société », a-t-il ajouté.

Il a souligné les propos tenus mardi par le député Moshe Gafni, du parti YaHadout HaTorah, président de la commission des Finances de la Knesset, qui a salué les législateurs arabes pour leur long partenariat et leur coopération sur une grande variété de questions.

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rencontrent au siège de l’armée israélienne à Tel Aviv, le 27 octobre 2019. (Crédit : Elad Malka)

« Nous ne devons pas en arriver au point où les résultats du scrutin mèneraient à une situation où des fragments merveilleux du pays, qui font partie intégrante de ce pays, auraient le sentiment, encore et encore, que leur légitimité est sapée », a conclu Rivlin.

Dimanche soir, le parti du Likud de Netanyahu avait organisé un « rassemblement d’urgence » dont l’objectif était de « stopper la formation du gouvernement minoritaire dangereux s’appuyant sur des soutiens du terrorisme ». Le Premier ministre avait accusé, à cette occasion, les membres de la Liste arabe unie de chercher à « détruire le pays ».

Il avait clamé, sans preuves, que les législateurs arabes soutenaient les organisations terroristes de Gaza qu’Israël a encore combattues la semaine dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...