Rivlin fête les bar et bat mistvah de 58 enfants victimes du terrorisme
Rechercher

Rivlin fête les bar et bat mistvah de 58 enfants victimes du terrorisme

Le président a expliqué aux adolescents participant à l'événement dans sa résidence que « nous payons le prix d'être Juif »

Le président Reuven Rivlin, au centre, accueille une jeune fille célébrant sa bat mitzvah à la résidence du président, à Jérusalem, le 21 décembre 2015 (Crédit : Mark Neiman / GPO)
Le président Reuven Rivlin, au centre, accueille une jeune fille célébrant sa bat mitzvah à la résidence du président, à Jérusalem, le 21 décembre 2015 (Crédit : Mark Neiman / GPO)

Le président Reuven Rivlin a accueilli lundi 58 enfants dont les vies ont été touchées par le terrorisme pour célébrer leurs bar et bat mitsvah à la résidence du président à Jérusalem.

L’événement, qui comprenait une journée complète d’activités pour les garçons de 13 ans et les filles de 12 ans, a été organisé par l’Association des victimes du terrorisme.

Le ministre des Affaires sociales et des Services sociaux, Haim Katz, a également participé à l’événement.

Se référant à la vague actuelle d’attaques terroristes palestiniennes quasi-quotidiennes – qui dure depuis environ trois mois – Rivlin a parlé du coût de la vie que la terreur exige de l’Etat juif.

« Les jeunes enfants redeviennent à nouveau orphelins à cause des actions meurtrières de nos ennemis », a-t-il expliqué.

« Nous payons le prix pour notre dévouement à ce pays et nous payons le prix d’être Juifs. C’est un prix douloureux et difficile à payer – un prix que chacune et chacun d’entre vous connaît personnellement, mais nous avons aussi beaucoup de fierté, de force et d’énergie ».

« Il y a ceux d’entre vous qui se souviennent encore de la dernière rencontre avec leurs proches, qui nous ont quitté et qui ne reviendront jamais », a-t-il poursuivi.

« Et il y a ceux d’entre vous qui étaient ‘là’ – qui portent les cicatrices de l’attaque dans leur esprit et sur leur corps. Chacun d’entre vous ont choisi de sortir de la difficulté et de la douleur ».

Le président Reuven Rivlin, à gauche, avec Naor Shalev Ben-Ezra, 13 ans, au cours d'une cérémonie spéciale de bat mitzvah à la résidence du président, à Jérusalem, le 21 décembre 2015 (Crédit : Mark Neiman / GPO)
Le président Reuven Rivlin, à gauche, avec Naor Shalev Ben-Ezra, 13 ans, au cours d’une cérémonie spéciale de bat mitzvah à la résidence du président, à Jérusalem, le 21 décembre 2015 (Crédit : Mark Neiman / GPO)

Naor Shalev Ben-Ezra, qui a failli mourir après avoir été poignardé dans une attaque, était le représentant des enfants. Ben-Ezra roulait à vélo dans le quartier de Pisgat Zeev à Jérusalem le 12 octobre quand il a été poignardé par Ahmed Manasra, 13 ans, et son cousin Hassan, 15 ans.

« Même jusqu’à maintenant, les pensées qui m’ont traversé l’esprit ne me quittent pas », a-t-il dit.

« Je ne peux pas oublier la pensée que j’aurais pu ne pas me réveiller de cette blessure, que peut-être ma vie aurait pu prendre fin sans que cela soit de ma faute – à cause de mon agresseur, un garçon de mon âge, éduqué à la haine et au ressentiment contre le peuple juif, qui m’a fait du mal parce que je suis un Juif ».

Les attaquants de Ben Ezra ont également poignardé un homme de 25 ans, qui a été hospitalisé dans un état grave. La police a tiré et a blessé Hassan et une voiture qui passait a percuté Ahmed, qui a été soigné dans un hôpital israélien et qui est actuellement en détention.

Ben-Ezra a été transporté à l’hôpital après l’attaque dans un état critique, et les chirurgiens ont dû l’opéré d’urgence. Pendant son séjour à l’hôpital, Ben-Ezra a passé une semaine dans un coma artificiel relié à un appareil respiratoire. La semaine dernière, il a également célébré sa bar mitsvah au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem.

« Nous avons tous étroitement surveillé et suivi avec anxiété la situation de Naor », a déclaré Rivlin, ajoutant : « nous avons prié pour le bien-être et le rétablissement de Naor. Aujourd’hui, contre toute attente, Naor est avec nous, pour célébrer sa bar-mitsvah. Naor – nous sommes très heureux de le célébrer avec vous. Votre célébration – comme les célébrations de vous tous – symbolise le triomphe de joie sur la douleur et la victoire de la vie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...