Rivlin fustige Abbas pour ses propos sur les immigrants russes et éthiopiens
Rechercher

Rivlin fustige Abbas pour ses propos sur les immigrants russes et éthiopiens

"Personne ne va changer le caractère juif et démocratique de notre Etat", a insisté le président israélien

Le président Reuven Rivlin photographié à la résidence du président le 6 janvier 2020 à Jérusalem. (Flash90)
Le président Reuven Rivlin photographié à la résidence du président le 6 janvier 2020 à Jérusalem. (Flash90)

Dimanche, le président Reuven Rivlin a critiqué le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas qui avait déclaré la veille qu’Israël avait fait venir des immigrants non-juifs de Russie et d’Ethiopie en masse. Il avait cité cet argument pour justifier son refus de reconnaître Israël comme un Etat juif.

Lors d’un événement organisé à la Résidence du Président pour lancer un projet de lutte contre le racisme, Rivlin s’est directement adressé à Abbas.

« Rendez-moi service. Personne ne va changer le caractère juif et démocratique de notre Etat », a-t-il dit.

« Nous sommes un État démocratique pour tous nos citoyens et c’est un Etat juif pour la simple raison que le peuple juif n’a pas d’autre État. Il est revenu sur sa terre », a poursuivi Rivlin.

« Je suis né il y a 80 ans, quand il y avait le quart d’un million de Juifs sur cette terre. Aujourd’hui, je suis le président d’un Etat avec 9 millions de citoyens et 7 millions de Juifs, qui parlent hébreu et qui considèrent cet État comme juif », a-t-il dit, ajoutant que « nous sommes venus pour vivre en paix avec quiconque est né et vit sur cette terre ».

Le président de l’Autorité palestinienne montre des cartes (de gauche à droite) de la « Palestine historique », du plan de partition des Nations unies en 1947, des frontières de 1948 à 1967 des territoires palestiniens et d’Israël et une carte montrant les territoires palestiniens actuels sans les zones et implantations israéliennes au cours d’une réunion de la Ligue arabe sur le plan de paix du président américain Donald Trump au siège de la Liste arabe au Caire, le 1er février 2020 (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Abbas avait tenu ces propos lors d’un long discours samedi pendant la réunion de la Ligue arabe au Caire, pour dénoncer le nouveau plan proposé par la Maison Blanche afin de mettre un terme au conflit israélo-palestinien.

Pendant ce discours, il avait annoncé qu’il coupait tous les liens, dont la coordination sécuritaire, à la fois avec Israël et les Etats-Unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...