Rivlin : « L’islam radical est le produit de la haine et non de la foi »
Rechercher

Rivlin : « L’islam radical est le produit de la haine et non de la foi »

"Israël n’a pas seulement le droit de se défendre, mais a l’obligation de le faire," a déclaré John Kerry

Reuven Rivlin et John Kerry (Crédit : Mark Neyman (GPO))
Reuven Rivlin et John Kerry (Crédit : Mark Neyman (GPO))

Le président israélien Reuven Rivlin a organisé une réunion de travail avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry.

Le président a accueilli le secrétaire américain et a rappelé les valeurs partagées entre les deux pays.

« Vous êtes ici en tant qu’ami d’Israël, et en tant que représentant de l’un des meilleurs amis d’Israël et le plus important de ses alliés. Nous avons toujours dit que notre amitié est une valeur commune et une vision partagée.

Mais il est important de souligner ce que cela signifie. Cela signifie que nos pays, nos sociétés, pourraient regarder dans un miroir, et voir l’autre regarder en arrière. Nous voyons nos similarités, dans nos cours suprêmes, et dans la protection de la liberté d’expression et de religion. Nous les voyons dans les différentes communautés, dans le vivre ensemble, et dans la construction d’une démocratie forte et saine, » a déclaré Reuven Rivlin.

Le président a parlé de la vague d’attaques terroristes qui secoue Israël mais aussi beaucoup d’autres pays.

« Les terribles scènes que nous avons vues, autour du monde, nous ont secoué, et nous continuons à envoyer nos prières aux blessés et aux familles qui ont perdu des proches. Malheureusement, en Israël, nous ne sommes pas étrangers à l’horreur du terrorisme. La peine est la même, à Tel Aviv, à Paris, dans le Gush Etzion, et au Mali. Et comme la peine est la même à Sharon, dans le Massachusetts, j’exprime mes condoléances les plus sincères à la famille d’Ezra Schwartz, un citoyen américain tué pendant ses études en Israël. »

« Toutes les nations libres font face à l’islam radical, qui est le produit de la haine et non de la foi, et nous tous devons travailler ensemble contre cet enfer. Nous ne devons pas nous excuser pour notre croyance en la liberté. Alors que le monde fait face à cette menace, nous devons trouver ici un moyen de rétablir la confiance entre nous, Israéliens et les Palestiniens, entre nous et nos voisins. Nous pouvons et devons montrer au monde que nous pouvons vivre ensemble en paix, » a continué le président israélien.

Reuven Rivlin et John Kerry (Crédit : Mark Neyman (GPO))
Reuven Rivlin et John Kerry (Crédit : Mark Neyman (GPO))

Le secrétaire américain à quant à lui remercier de cet accueil chaleureux.

« J’ai eu le privilège de venir en Israël depuis des années maintenant. La première fois que j’ai visité Israël, j’ai voyagé dans le nord, à Kiryat Shemona ou j’ai vu ce que c’était pour des jeunes enfants de se cacher dans des abris contre les roquettes. J’ai gravi Massada, flotté sur la mer morte, et j’ai voyagé à Sderot, et j’ai vu les carcasses et les obus de roquettes qui venaient de Gaza. Je me sens comme faisant partie d’Israël, » a déclaré John Kerry.

Le secrétaire américain a poursuivi en parlant des liens forts et incassables entre les deux pays, et a souligné qu’Israël avait le droit et l’obligation de se défendre contre les menaces faites sur ses citoyens.

« Les Etats-Unis sont très fiers d’être l’ami et l’allié d’Israël, une démocratie au Moyen-Orient. Un pays fort, petit, qui partage nos valeurs de liberté, de dignité, et de respect des individus. Nous honorons ce voyage remarquable qu’Israël réalise, c’est l’exemple d’un peuple qui a construit une nation au milieu du désert, et qui crée des nouvelles frontières technologiques notamment en médecine et dans tant d’autres domaines ».

« Ce sont des temps difficiles, nous le savons tous. Quand les citoyens peuvent être tués, comme Ezra Schwartz, un citoyen américain, qui était en mission ici pour apprendre et partager. Quand un citoyen peut être abattu, comme ce soldat d’hier, au marché de Jérusalem. C’est un challenge pour tous les peuples civilisés. Nous avons tous la responsabilité de condamner cette violence, et d’être clair sur le fait qu’aucune frustration, qu’aucune politique, qu’aucune idéologie et qu’aucune émotion ne peut justifier de s’en prendre à des vies innocentes ».

« Je me tiens ici pour exprimer notre indignation face à cette violence, pour condamner cette violence et pour être claire : Israël n’a pas seulement le droit de se défendre, mais a l’obligation de le faire. Les Etats-Unis continueront de soutenir Israël dans votre désir de vivre en paix et dans la stabilité, sans violence, » a conclu le secrétaire d’Etat américain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...