Rivlin rejette l’idée selon laquelle Israël est un pays corrompu
Rechercher

Rivlin rejette l’idée selon laquelle Israël est un pays corrompu

Le président fait l'éloge du système juridique, dit que "tous les citoyens sont égaux" devant la loi dans l'Etat juif

Le président Reuven Rivlin prend la parole lors d'une conférence à Lod le 4 mars 2018. (Avi Dishi/Flash90)
Le président Reuven Rivlin prend la parole lors d'une conférence à Lod le 4 mars 2018. (Avi Dishi/Flash90)

Le président Reuven Rivlin a rejeté dimanche l’idée selon laquelle Israël souffre de corruption, soulignant que des personnalités de haut niveau corrompues sont tenues responsables de leurs crimes.

« L’État d’Israël n’est pas corrompu. C’est l’un des seuls États au monde à savoir comment faire face à la corruption. De haut en bas, tous sont égaux », a-t-il déclaré lors d’une conférence à Jérusalem organisée par le quotidien Yedioth Ahronoth.

M. Rivlin a également fait l’éloge des autorités chargées des enquêtes et de la séparation des pouvoirs.

Une série de scandales de corruption a touché un certain nombre de hauts responsables israéliens ces dernières années, y compris l’ancien Premier ministre Ehud Olmert, qui a été libéré de prison l’année dernière après avoir purgé 16,5 mois d’une peine de 19 mois pour abus de confiance et corruption dans deux condamnations distinctes pour corruption.

La police a récemment recommandé que le successeur d’Olmert – le Premier ministre Benjamin Netanyahu – soit inculpé dans deux affaires de corruption. Netanyahu fait par ailleurs l’objet d’une enquête dans le cadre d’une troisième enquête qui concerne des soupçons relatifs à des réglementations avancées au profit de Shaul Elovitch, le propriétaire du géant des télécommunications Bezeq, en échange d’une couverture positive sur le site d’information Walla, qui appartient également à Elovitch.

Deux ministres et un député du Likud de Netanyahu ont également été impliqués récemment dans des affaires de corruption, tout comme d’autres fonctionnaires.

Benjamin Netanyahu (G) et Ehud Olmert lors d’une cérémonie de passation de pouvoir à la Résidence du Président à Jérusalem le 1er avril 2009. (Daniel Bar On/Pool/Flash90)

Bien que Rivlin et le procureur d’État Shai Nitzan aient rejeté l’idée qu’Israël serait corrompu, une étude publiée en février a révélé une erreur dans le classement d’Israël en matière de corruption, le plaçant au 34e rang mondial.

Selon l’enquête réalisée auprès de 180 pays et publiée par le groupe de surveillance Transparency International, Israël est perçu par les experts locaux comme l’un des pays les moins corrompus du Moyen-Orient, mais parmi les plus corrompus du monde développé.

L’indice de perception de la corruption de 2017 a placé Israël au 23e rang sur 35 pays de l’OCDE avec un score de 62, ce qui en fait l’un des pays les plus corrompus du monde développé.

En comparaison, en 2016, Israël s’est classé 28e au niveau mondial avec un score de 64, ce qui le place au 22e rang des pays les moins corrompus parmi les pays de l’OCDE.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...