Rivlin rencontre les jeunes des villes proches de Gaza en marche vers Jérusalem
Rechercher

Rivlin rencontre les jeunes des villes proches de Gaza en marche vers Jérusalem

Le président a accompagné les adolescents dans leur marche de protestation, depuis leur arrivée à Jérusalem jusqu'à la Knesset

  • Le président Reuven Rivlin rencontre les jeunes des localités proches de Gaza qui ont organisé une marche vers Jérusalem pour protester contre la situation sécuritaire de leur région, à leur arrivée dans la capitale, le 8 novembre 2018. (Crédit : Haim Zach, GPO)
    Le président Reuven Rivlin rencontre les jeunes des localités proches de Gaza qui ont organisé une marche vers Jérusalem pour protester contre la situation sécuritaire de leur région, à leur arrivée dans la capitale, le 8 novembre 2018. (Crédit : Haim Zach, GPO)
  • Le président Reuven Rivlin rencontre les jeunes des localités proches de Gaza qui ont organisé une marche vers Jérusalem pour protester contre la situation sécuritaire de leur région, à leur arrivée dans la capitale, le 8 novembre 2018. (Crédit : Haim Zach, GPO)
    Le président Reuven Rivlin rencontre les jeunes des localités proches de Gaza qui ont organisé une marche vers Jérusalem pour protester contre la situation sécuritaire de leur région, à leur arrivée dans la capitale, le 8 novembre 2018. (Crédit : Haim Zach, GPO)
  • Le président Reuven Rivlin rencontre les jeunes des localités proches de Gaza qui ont organisé une marche vers Jérusalem pour protester contre la situation sécuritaire de leur région, à leur arrivée dans la capitale, le 8 novembre 2018. (Crédit : Haim Zach, GPO)
    Le président Reuven Rivlin rencontre les jeunes des localités proches de Gaza qui ont organisé une marche vers Jérusalem pour protester contre la situation sécuritaire de leur région, à leur arrivée dans la capitale, le 8 novembre 2018. (Crédit : Haim Zach, GPO)
  • De jeunes Israéliens manifestent devant la Knesset pour réclamer une solution aux tirs de cerfs-volants et de roquettes qui se poursuivent depuis la bande de Gaza vers les villes et villages israéliens, après avoir marché du sud vers Jérusalem, le 8 novembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    De jeunes Israéliens manifestent devant la Knesset pour réclamer une solution aux tirs de cerfs-volants et de roquettes qui se poursuivent depuis la bande de Gaza vers les villes et villages israéliens, après avoir marché du sud vers Jérusalem, le 8 novembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • De jeunes Israéliens manifestent devant la Knesset pour réclamer une solution aux tirs de cerfs-volants et de roquettes qui se poursuivent depuis la bande de Gaza vers les villes et villages israéliens, après avoir marché du sud vers Jérusalem, le 8 novembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    De jeunes Israéliens manifestent devant la Knesset pour réclamer une solution aux tirs de cerfs-volants et de roquettes qui se poursuivent depuis la bande de Gaza vers les villes et villages israéliens, après avoir marché du sud vers Jérusalem, le 8 novembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le président Reuven Rivlin a rencontré jeudi les jeunes de la région de Gaza qui marchaient vers Jérusalem au moment de leur arrivée dans la ville.

Le président a déclaré aux participants : « Je suis venu marcher avec vous au nom de chaque citoyen d’Israël qui vous suit et marche avec vous par la pensée. »

« Heureux sont les gens dont les enfants marchent à la tête du pays, et heureux sont les parents qui ont élevé leurs enfants avec un tel sentiment de fierté nationale, d’amour d’Israël, d’un lien si significatif avec notre merveilleux pays. Vous n’êtes pas les jeunes de la région de Gaza, vous êtes les jeunes de l’ensemble du pays. Nous entendons votre appel et il nous brise le cœur. Je vous le promets : nous ne laisserons pas, et nous ne devons pas laisser les sirènes « Alerte Rouge » devenir une routine. Le rouge restera la couleur des fleurs sauvages qui poussent dans la région. »

Le président a accompagné les jeunes dans leur marche jusqu’à la Knesset.

Quelque 6 000 lycéens originaires de villes de la région de Gaza et leurs partisans se sont rassemblés à Jérusalem après une marche de 160 km allant de Sdérot à la Knesset pour protester contre les tirs de roquettes, les ballons incendiaires et les tentatives de franchissement de la frontière par le Hamas et d’autres terroristes à Gaza.

Les lycéens qui grandissent près de Gaza ont vécu toute leur vie avec ces tirs en toile de fond.

Ils portaient des T-shirts sur lesquels on pouvait lire : « Laissez-nous grandir en paix ».

La manifestation a été qualifiée d’apolitique par ses organisateurs, qui sont tous des étudiants du lycée du Conseil régional de Shaar Hanegev, près de la frontière avec Gaza.

« Notre message est que nous voulons que les choses changent. Assez de la situation actuelle en matière de sécurité », a déclaré Roei Rahaf du kibboutz Mefalsim, un ancien élève du lycée régional Shaar Hanegev, à Ynet au début de la marche. « Depuis notre naissance, nous vivons d’une guerre à l’autre. Nous voulons grandir en paix à la frontière de Gaza ».

La zone frontalière de Gaza est le théâtre de troubles quasi permanents depuis le début des marches de protestation des Gazaouis le long de la clôture qui ont commencé en mars dernier, ponctuées par des tirs de roquettes et de ballons incendiaires. Les dirigeants israéliens chercheraient à instaurer un calme durable avec les dirigeants du Hamas à Gaza, mais ils subissent également des pressions pour s’assurer que tout accord inclurait le retour des Israéliens et des restes des soldats retenus dans la bande de Gaza.

Israël a mené trois guerres avec le Hamas à Gaza depuis 2008.

Des Palestiniens brûlent des pneus lors d’une manifestation de « La grande marche du retour » à la frontière entre Gaza et Israël à Rafah, Gaza, le 12 octobre 2018. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

« Le changement de cette situation est entre les mains des dirigeants israéliens, et c’est pourquoi nous marchons vers la Knesset », a ajouté Rahaf. « C’est un voyage pour sensibiliser les gens à ce qui se passe ici, à la frontière de Gaza ; pour raconter notre histoire, celle des adolescents qui font face à une situation sécuritaire difficile ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...