Rechercher

Rome : Des néo-fascistes italiens affichent une bannière pro-Mussolini

Sur un pont en face du Colisée, des partisans du leader fasciste ont drapé une image représentant le dictateur, sur laquelle était inscrit "100 ans après, la marche continue"

Des affiches commémorant le 100e anniversaire de la Marche sur Rome, portant une image du dictateur fasciste italien Benito Mussolini sur lesquelles portant l’inscription : "En marche ! Il faut se fixer des objectifs pour avoir le courage de les atteindre", affichées à Rome, le 27 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Gregorio Borgia)
Des affiches commémorant le 100e anniversaire de la Marche sur Rome, portant une image du dictateur fasciste italien Benito Mussolini sur lesquelles portant l’inscription : "En marche ! Il faut se fixer des objectifs pour avoir le courage de les atteindre", affichées à Rome, le 27 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Gregorio Borgia)

Des néo-fascistes italiens ont drapé une bannière pro-Mussolini sur un pont de Rome jeudi soir, alors que le pays marquait le centenaire de l’ascension au pouvoir du leader fasciste.

La bannière, accrochée en face du Colisée, représentait un portrait de Benito Mussolini en uniforme militaire, a rapporté The Guardian, aux côtés d’une autre bannière portant les mots « 100 ans après, la marche continue ».

Le journal italien La Republicca a déclaré que la banderole avait été mise en place par le Mouvement national, un groupe d’extrême droite fondé par Giustino D’Uva, un individu décrit par le journal comme « une vieille connaissance » du néo-fascisme italien.

Selon l’article, 1 000 à 2 000 fascistes devaient se rassembler à Rome plus tard dans la journée de vendredi, où ils devaient participer à des événements commémoratifs organisés par les descendants de Mussolini, notamment deux messes dirigées par un « prêtre ultra-fasciste excommunié ».

Le 28 octobre 1922, les chemises noires fascistes de Benito Mussolini entraient dans Rome, marquant le début d’une dictature encore considérée aujourd’hui avec une certaine indulgence en Italie.

Le centenaire de la « Marche sur Rome », vendredi, intervient quelques jours après la nomination de la dirigeante d’extrême droite Giorgia Meloni au poste de Premier ministre italien, relançant le débat sur l’héritage du fascisme dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...