Rompant avec la neutralité, les Juifs espagnols s’opposent à l’indépendance catalane
Rechercher

Rompant avec la neutralité, les Juifs espagnols s’opposent à l’indépendance catalane

Malgré la déclaration de leur organisation-cadre, les Juifs vivant dans la région de la Catalogne semblent divisés sur la crise qui déchire le pays

Les gens se réunissent pour fêter la proclamation de la république catalane sur la place  Sant Jaume de Barcelone le 27 octobre 2017 (Crédit :AFP PHOTO / PAU BARRENA)
Les gens se réunissent pour fêter la proclamation de la république catalane sur la place Sant Jaume de Barcelone le 27 octobre 2017 (Crédit :AFP PHOTO / PAU BARRENA)

Rompant avec la traditionnelle politique de neutralité à propos de l’indépendance catalane, l’organisation-cadre des Juifs espagnols a attribué vendredi la responsabilité de la crise qui déchire le royaume aux séparatistes et ont proclamé leur allégeance à la constitution.

La fédération des communautés juives d’Espagne (FCJE) s’est prononcée dans un communiqué diffusé quelques heures après que les législateurs catalans ont voté pour déclarer l’indépendance de l’Espagne. Madrid, de son côté, a juré de « restaurer la légalité » et d’étouffer la tentative de sécession régionale.

Exprimant une « profonde préoccupation concernant la grave crise nationale », le communiqué de la fédération a également fait savoir que la crise avait eu pour origine « la déclaration unilatérale d’indépendance » du gouvernement régional de Catalogne à travers son Parlement.

« En tant que Juifs espagnols, nous soutenons pleinement la constitution espagnole, l’Etat de droit tel qu’il s’applique en conformité avec la loi, la solidarité et l’égalité entre tous les Espagnols au nom, avant tout, de l’unité de l’Espagne », dit le communiqué.

Les autorités feront en sorte que « la situation en Catalogne revienne à la normale », poursuit le communiqué, « à travers toute l’Espagne, et avec elle, la fraternité et la coexistence pacifiques parmi les citoyens espagnols ».

Indépendamment de cette déclaration de la fédération, dont le siège se situe à Madrid, les Juifs de Catalogne qui, selon le Congrès juif européen, constituent environ un tiers de la communauté juive espagnole qui compte 45 000 membres, sont profondément divisés sur la question de l’indépendance, selon Victor Sorenssen, leader de la communauté juive de Barcelone, capitale de la Catalogne.

Le porte-parole de la communauté juive de Barcelone Victor Sorrenssen (Capture d'écran : YouTube)
Le porte-parole de la communauté juive de Barcelone Victor Sorrenssen (Capture d’écran : YouTube)

« C’est une affaire politique qui ne concerne pas directement le judaïsme et la communauté n’a donc pas adopté un positionnement en tant que tel », a déclaré Sorenssen au début du mois au nom de l’organisation représentant les Juifs de Barcelone.

Les Juifs de Catalogne, un groupe anti-séparatiste, ont salué sur Twitter vendredi la fédération basée à Madrid pour son « important » message.

« Le seul organisme de représentation de l’Espagne s’est prononcé en faveur de l’unité et contre le séparatisme », dit le tweet. « Kol HaKavod FCJE ! Les séparatistes ne représentent qu’eux-mêmes ».

Mais un porte-parole du groupe pro-indépendance « Les Juifs pour l’indépendance » a fait savoir au JTA que la FCJE ne représente pas les diverses opinions des Juifs de Catalogne et d’ailleurs en Espagne sur cette question.

« Nous saluons la naissance de notre république catalane. Ce n’est plus un rêve », a déclaré le porte-parole.

Mariano Rajoy (Crédit : Partido Popular de Cataluña/Wikimedia commons/CC BY SA2.0)
Mariano Rajoy (Crédit : Partido Popular de Cataluña/Wikimedia commons/CC BY SA2.0)

La motion déclarant l’indépendance a été approuvée avec 70 votes en sa faveur, dix contre et deux abstentions, un résultat qui a eu pour résultat de faire s’effondrer les actions espagnoles dans le monde entier, a fait savoir l’Agence France Presse (AFP).

Peu avant le vote catalan, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy avait vivement recommandé au parlement fédéral de lui donner la possibilité d’écarter le chef séparatiste Carles Puigdemont, son adjoint et tous les ministres régionaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...