Rotterdam : un chant antisémite dans le stade le jour du souvenir de la Shoah
Rechercher

Rotterdam : un chant antisémite dans le stade le jour du souvenir de la Shoah

Cinq supporters du Feyenoord Rotterdam ont été arrêtés pour un chant antisémite visant leurs rivaux de l'Ajax, une équipe soutenue par beaucoup de juifs

Illustration : les supporters du Feyenoord allument des fumigènes lors d'un  match de Champions League entre le Feyenoord Rotterdam et le FC Napoli au stade Kuip à Rotterdam, le 6 décembre 2017. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)
Illustration : les supporters du Feyenoord allument des fumigènes lors d'un match de Champions League entre le Feyenoord Rotterdam et le FC Napoli au stade Kuip à Rotterdam, le 6 décembre 2017. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)

AMSTERDAM (JTA) — La police néerlandaise a interpellé cinq supporters de foot, soupçonnés d’avoir chanté un chant antisémite de plus en plus populaire lors d’un match.

L’incident, qui reflète à la fois l’intervention croissante à l’encontre de ces agissements et la prolifération des chants antisémites lors de rencontres sportives, s’est produit au stade De Kuip à Rotterdam le jour du souvenir de la Shoah, le 27 janvier.

« Mon père était dans les commandos, ma mère était chez les SS, ensemble ils ont brûlé des Juifs ‘parce que ce sont les Juifs qui brûlent le mieux, » ont entonné les suspects, d’après le Centre d’information et de documentation sur Israël, un organisme de surveillance néerlandais de l’antisémitisme (CIDI). Ce dernier a qualifié le chant de « problème récurrent » dans un communiqué.

Les supporters, sanctionnés d’une amende d’environ 500 € chacun, soutenaient le club du Feyenoord Rotterdam lors d’un match victorieux contre l’Ajax Amsterdam.

Sofyan Amrabat (G) du Feyenoord Rotterdam à la lutte pour le ballon avec Max Wober (à terre) de l’Ajax Amsterdam lors d’un match de championnat à Rotterdam, le 22 octobre 2017 (Crédit : AFP PHOTO / ANP / Olaf KRAAK )

L’Ajax est une des équipes d’Europe que beaucoup de juifs soutiennent. Les supporters de leurs clubs rivaux provoquent souvent les joueurs et leurs homologues du club par des symboles et chants antisémites ; celui concernant l’immolation des Juifs est l’un des plus graves.

Rapporté par les médias pour la première fois en 2015, le chant a fleuri aux Pays-Bas et en Belgique ces dernières années. Il a été entendu à des occasions non-liées aux Juifs ou au football, comme lors d’une fête de bacheliers près d’Amsterdam en 2016, par exemple.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...