Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Rougeole : New York supprime les exemptions religieuses à la vaccination

Plusieurs élus ont argué qu'une suppression des exemptions religieuses portait atteinte au Premier amendement de la Constitution américaine, qui protège la liberté religieuse

Un panneau mettant en garde la communauté juive ultra-orthodoxe contre une épidémie de rougeole devant une parmacie du quartier de Williamsburg, le 10 avril 2019. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)
Un panneau mettant en garde la communauté juive ultra-orthodoxe contre une épidémie de rougeole devant une parmacie du quartier de Williamsburg, le 10 avril 2019. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

L’Etat de New York, confronté à une grave épidémie de rougeole et à un mouvement anti-vaccins croissant, a voté jeudi la suppression des exemptions religieuses que les parents pouvaient invoquer jusqu’ici pour contourner les obligations de vaccination dans les écoles.

Au terme d’un vif débat, les deux chambres du Parlement – -qui siège à Albany, capitale de cet Etat – ont voté majoritairement pour cette mesure.

Le gouverneur Andrew Cuomo ayant prévu d’entériner le texte dans la foulée, New York va rejoindre une poignée d’Etats américains, dont la Californie, ayant supprimé les exemptions religieuses.

New York est confronté depuis l’automne à une résurgence de la rougeole dans deux régions: à New York même, dans certains quartiers de Brooklyn à forte population juive orthodoxe, où 588 cas ont été recensés depuis octobre. Et dans le comté de Rockland, dans la grande banlieue new-yorkaise, qui abrite également une forte population orthodoxe, où 266 cas ont été recensés.

La maladie, extrêmement contagieuse et aux complications potentiellement fatales, est arrivée avec des voyageurs venus d’Israël.

Des mesures d’urgence ont été instaurées, obligeant notamment les écoles à exclure les enfants non immunisés sauf pour raison médicale, sans parvenir à éteindre l’épidémie.

Depuis plusieurs semaines, des experts en santé publique appelaient à supprimer les exemptions religieuses, inquiets du nombre croissant de parents anti-vaccins, accusés d’invoquer les exemptions religieuses comme prétexte pour ne pas faire vacciner leurs enfants.

Cette photo prise le 5 avril 2019 montre une infirmière qui prépare un vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole à département de santé du comté de Rockland, Ney York (Johannes Eisele/AFP)

Plusieurs dizaines d’élus ont cependant voté contre le texte, arguant notamment qu’une suppression des exemptions religieuses portait atteinte au Premier amendement de la Constitution américaine, qui protège la liberté religieuse.

« Je crois que (le texte) va trop loin et qu’il empiète trop sur les libertés religieuses », a notamment déclaré le républicain Andrew Lanza.

« L’une des choses qui distingue vraiment notre pays et qui le rend formidable est le Premier amendement », a-t-il souligné. « Ce n’est pas parce qu’on demande une exemption religieuse qu’on l’obtient automatiquement », a-t-il ajouté, faisant valoir que les autorités n’avaient qu’à rejeter toute demande considérée comme injustifiée.

Mais les partisans de la suppression de l’exemption ont estimé qu’il fallait prendre une mesure forte face à la pire épidémie de rougeole aux Etats-Unis depuis 1992, avec 1 022 cas recensés cette année, dans 28 Etats américains.

« Le fait est que nous avons un mouvement anti-vaccin et que nous devons y répondre en apportant des informations correctes », a déclaré la sénatrice démocrate Shelley Mayer.

« En attendant, nous avons une crise de santé publique (…) L’heure est venue de prendre une décision difficile et de protéger la génération à venir face au danger des maladies infantiles », a-t-elle affirmé.

Un homme interrogé après s’être fait vacciner au département de la santé du comté de Rockland, à New York, le 5 avril 2019 (Crédit : Johannes EISELE / AFP)

La rougeole est en forte recrudescence un peu partout dans le monde. Il n’y eu aucun mort jusqu’ici aux Etats-Unis mais le pays, qui avait officiellement éradiqué la maladie en 2000, pourrait perdre ce statut si l’épidémie se poursuivait au-delà de l’été.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.