Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Roumanie: première condamnation à de la prison pour négationnisme

"Cette première condamnation pour négationnisme envoie un signal de fermeté de la justice", s'est félicité auprès de l'AFP l'historien Alexandru Muraru

Vasile Zarnescu (Crédit : capture d'écran YouTube)
Vasile Zarnescu (Crédit : capture d'écran YouTube)

Un tribunal roumain a condamné jeudi un ancien agent des services secrets à 13 mois de prison pour négationnisme, première condamnation prononcée par la justice depuis l’adoption en 2002 d’une loi punissant la négation de la Shoah.

Vasile Zarnescu, 74 ans, lieutenant-colonel de réserve, avait publié ces dernières années plusieurs articles niant la Shoah ainsi qu’un livre intitulé « L’Holocauste, un mensonge diabolique ».

« Cette première condamnation pour négationnisme envoie un signal de fermeté de la justice », s’est félicité auprès de l’AFP l’historien Alexandru Muraru, récemment désigné représentant spécial du gouvernement roumain pour la Mémoire et la lutte contre l’antisémitisme.

Plusieurs affaires de ce type portées devant la justice ont été classées sans suite ces dernières années.

« Ce cas est d’autant plus intéressant qu’il ne s’agit pas d’une personne privée mais d’un ancien membre du Service de renseignement (SRI) », a-t-il souligné.

Un rapport de l’Institut Elie Wiesel de Bucarest daté de mai 2020 faisait état d’un « antisémitisme latent » au sein de la société roumaine, nourri y compris par des propos émanant de hauts responsables politiques, ainsi que d’une « hausse inquiétante du discours de la haine contre les Juifs propagé sur internet ».

M. Zarnescu, qui avait servi dans les rangs du SRI entre 1991 et 2002, a déclaré à l’AFP qu’il ferait appel de cette condamnation.

Après avoir longtemps nié sa responsabilité dans la Shoah, la Roumanie a adopté en 2002 une loi rendant la « négation en public de l’Holocauste et de ses effets » passible de peines allant de six mois à cinq ans de prison.

Au total, entre 280 000 et 380 000 Juifs roumains et ukrainiens ainsi que 11 000 roms sont morts durant la Shoah en Roumanie et dans les territoires alors sous son contrôle, selon un rapport rédigé en 2004 par une commission d’historiens présidée par Elie Wiesel, prix Nobel de la Paix.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.