Sacha Baron Cohen : Régulons « cette machine à propagande » – les médias sociaux
Rechercher
Discours

Sacha Baron Cohen : Régulons « cette machine à propagande » – les médias sociaux

Si Facebook avait existé dans les années 1930, il aurait permis à Hitler de diffuser des publicités de 30 secondes sur sa "solution" au "problème juif"

NEW YORK (JTA) – Ce qui suit est le discours-programme de Sacha Baron Cohen lors du Sommet sur l’antisémitisme et la haine de 2019 de l’Anti-Defamation League, tenu à New York le 21 novembre 2019. Il est reproduit ici avec l’autorisation de l’ADL.

Merci, [Jonathan Greenblatt, PDG d’ADL], pour vos aimables paroles. Merci, l’ADL, pour cette reconnaissance et pour votre travail dans la lutte contre le racisme, la haine et le sectarisme. Et pour être clair, quand je dis « racisme, haine et sectarisme », je ne fais pas référence aux noms des Labradoodles de Stephen Miller [conseiller politique à la Maison-Blanche juif controversé].

Maintenant, je me rends compte que certains d’entre vous se demandent peut-être ce qu’un comédien peut bien être en train de faire en prenant la parole à une conférence comme celle-ci ! Je me le demande aussi. J’ai passé la plupart des deux dernières décennies à jouer des personnages. En fait, c’est la première fois que je me lève et que je prononce un discours en tant que personnage le moins populaire, Sacha Baron Cohen. Et je dois avouer que c’est terrifiant.

Je me rends compte que ma présence ici peut aussi être inattendue pour une autre raison. Parfois, certains critiques ont dit que mes comédies risquaient de renforcer de vieux stéréotypes.

La vérité, c’est que j’ai toujours été passionné par la lutte contre le sectarisme et l’intolérance. Adolescent au Royaume-Uni, j’ai marché contre le National front fasciste et pour abolir l’apartheid. En tant qu’étudiant de premier cycle, j’ai voyagé à travers l’Amérique et j’ai écrit ma thèse sur le mouvement des droits civiques, avec l’aide des archives de l’ADL. Et en tant que comédien, j’ai essayé d’utiliser mes personnages pour amener les gens à baisser la garde et à révéler ce qu’ils croient vraiment, y compris leurs propres préjugés.

Je ne vais pas prétendre que tout ce que j’ai fait l’a été dans un but supérieur. Oui, certaines de mes comédies, ok, probablement la moitié de mes comédies, ont été absolument juvéniles et l’autre moitié complètement puériles. J’avoue qu’il n’y avait rien de particulièrement instructif en moi – en tant que Borat du Kazakhstan, le premier faux journaliste d’information – qui courait à travers une conférence de courtiers en hypothèques complètement nu.

Mais quand Borat a réussi à faire chanter tout un bar en Arizona « Throw the Jew down the well », [Jette le Juif dans le puits] cela a révélé l’indifférence des gens face à l’antisémitisme. Quand – en tant que Bruno, le journaliste de mode gay d’Autriche – j’ai commencé à embrasser un homme dans un combat en cage dans l’Arkansas, sur le point de provoquer une émeute, cela a montré le potentiel violent de l’homophobie. Et quand, déguisé en promoteur ultra-soucieux, j’ai proposé de construire une mosquée dans une communauté rurale, incitant un habitant à admettre fièrement : « Je suis raciste, contre les musulmans », cela a montré que l’islamophobie était acceptée.

C’est pourquoi je suis heureux d’avoir l’occasion d’être ici avec vous. Aujourd’hui, dans le monde entier, les démagogues font appel à nos pires instincts. Les théories du complot, autrefois confinées à la marge, sont de plus en plus répandues. C’est comme si l’ère de la raison – l’ère de l’argumentation probante – prenait fin, et maintenant la connaissance est délégitimée et le consensus scientifique est rejeté. La démocratie, qui dépend de vérités partagées, est en recul, et l’autocratie, qui dépend de mensonges partagés, est en marche. Les crimes haineux se multiplient, tout comme les attaques meurtrières contre les minorités religieuses et ethniques.

Qu’est-ce que toutes ces tendances dangereuses ont en commun ? Je ne suis qu’un comédien et un acteur, pas un érudit. Mais une chose est assez claire pour moi. Toute cette haine et cette violence sont facilitées par une poignée d’entreprises Internet qui constituent la plus grande machine de propagande de l’Histoire.

La plus grande machine de propagande de l’Histoire.

Réfléchissez-y. Facebook, YouTube et Google, Twitter et d’autres – touchent des milliards de personnes. Les algorithmes dont ces plates-formes dépendent amplifient délibérément le type de contenu qui maintient l’engagement des utilisateurs – des histoires qui font appel à nos instincts les plus bas et qui déclenchent l’indignation et la peur. C’est pourquoi YouTube a recommandé des vidéos du conspirationniste Alex Jones des milliards de fois. C’est pourquoi les fake news surpassent les vraies nouvelles, car les études montrent que les mensonges se répandent plus vite que la vérité. Et il n’est pas surprenant que la plus grande machine de propagande de l’Histoire ait répandu la plus ancienne théorie du complot de l’Histoire – le mensonge que les Juifs sont dangereux d’une certaine manière. Comme l’a dit un titre : « Pensez à ce que Goebbels aurait pu faire avec Facebook. »

Les fake news surpassent les vraies nouvelles, car les études montrent que les mensonges se répandent plus vite que la vérité

Sur Internet, tout peut paraître tout aussi légitime. Breitbart ressemble à la BBC. Les faux Protocoles des Sages de Sion semblent aussi valables qu’un rapport de l’ADL. Et les divagations d’un fou semblent aussi crédibles que les conclusions d’un prix Nobel. Nous avons perdu, semble-t-il, un sens commun des faits fondamentaux dont dépend la démocratie.

Quand j’ai demandé, en tant qu’apprenti gangster Ali G, à l’astronaute Buzz Aldrin « Qu’est-ce que ça fait de marcher sur le soleil », la blague a marché, car nous, le public, avons partagé les mêmes faits. Si vous croyez que l’alunissage était un canular, la blague n’était pas drôle.

Quand Borat a obtenu de ce bar en Arizona qu’il reconnaisse que « les Juifs contrôlent l’argent de tout le monde et ne le rendent jamais », la blague a marché parce que le public a partagé le fait que la représentation des Juifs comme avare est une théorie du complot datant du Moyen Âge.

Mais quand, grâce aux médias sociaux, les complots s’installent, il est plus facile pour les groupes haineux de recruter, plus facile pour les agences de renseignement étrangères d’interférer dans nos élections, et plus facile pour un pays comme le Myanmar de commettre un génocide contre les Rohingyas.

Des femmes rohingyas pleurent et crient des slogans lors d’un rassemblement de protestation pour commémorer le premier anniversaire de la répression de l’armée du Myanmar contre les musulmans rohingyas, camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh, samedi 25 août 2018. (AP Photo/Altaf Qadri)

C’est en fait assez choquant de voir à quel point il est facile de transformer la pensée conspirationniste en violence. Dans ma dernière émission « Who is America ?« , j’ai trouvé un type éduqué, normal, qui avait un bon travail, mais qui, sur les médias sociaux, a repris plusieurs des théories du complot que le président Trump, en utilisant Twitter, a répandu plus de 1 700 fois à ses 67 millions d’abonnés. Le Président a même tweeté qu’il envisageait de classer Antifa – des antifascistes qui défilent contre l’extrême droite – comme une organisation terroriste.

Alors, déguisé en expert antiterroriste israélien, le colonel Erran Morad, j’ai dit à la personne qui m’interviewait que, qu’à la Marche des femmes de San Francisco, Antifa complotait de mettre des hormones dans les couches des bébés afin d’en faire des « transgenres ». Et il l’a cru.

Je lui ai demandé d’installer de petits dispositifs sur trois personnes innocentes lors de la marche et je lui ai expliqué que lorsqu’il appuyait sur un bouton, il déclenchait une explosion qui les tuerait tous. Ce n’était pas de vrais explosifs, bien sûr, mais il pensait qu’ils l’étaient. Je voulais voir – est-ce qu’il pourrait vraiment le faire ?

La réponse a été oui. Il a appuyé sur le bouton et a cru avoir tué trois êtres humains. Voltaire avait raison, « ceux qui peuvent vous faire croire aux absurdités, peuvent vous faire commettre des atrocités ». Et les médias sociaux permettent aux despotes de répandre des absurdités à des milliards de personnes.

Pour leur défense, ces entreprises de médias sociaux ont pris certaines mesures pour réduire la haine et les théories du complot sur leurs plateformes, mais ces mesures ont été pour la plupart superficielles.

Je prends la parole aujourd’hui parce que je crois que nos démocraties pluralistes sont sur le déclin et que les douze prochains mois et le rôle des médias sociaux pourraient être déterminants. Les électeurs britanniques se rendront aux urnes tandis que les conspirateurs en ligne feront la promotion de la théorie méprisable du « grand remplacement » selon laquelle les chrétiens blancs sont délibérément remplacés par des immigrants musulmans. Les Américains voteront pour le président tandis que les trolls et les bots perpétueront le mensonge dégoûtant d’une « invasion hispanique ». Et après des années de vidéos sur YouTube qualifiant les changements climatiques de « canular », les États-Unis sont sur la bonne voie, dans un an, pour se retirer officiellement des accords de Paris. Un égout de sectarisme et de viles théories du complot qui menacent la démocratie et notre planète – cela ne peut pas être ce que les créateurs de l’Internet avaient en tête.

Je crois qu’il est temps de repenser fondamentalement les médias sociaux et la façon dont ils propagent la haine, les complots et les mensonges. Le mois dernier, cependant, Mark Zuckerberg, de Facebook, a prononcé un important discours qui, comme on pouvait s’y attendre, a mis en garde contre de nouvelles lois et réglementations sur les entreprises comme la sienne. Certains de ces arguments sont tout simplement absurdes. Faisons le décompte.

Premièrement, Zuckerberg a essayé de dépeindre toute cette question comme un « choix… autour de la liberté d’expression ». C’est ridicule. Il ne s’agit pas de limiter la liberté d’expression de qui que ce soit. Il s’agit de donner aux gens, y compris certaines des personnes les plus répréhensibles de la terre, la plus grande plate-forme de l’histoire pour atteindre un tiers de la planète. La liberté d’expression n’est pas la liberté d’accès. Malheureusement, il y aura toujours des racistes, des misogynes, des antisémites et des pédophiles. Mais je pense que nous sommes tous d’accord pour dire que nous ne devrions pas donner aux sectaires et aux pédophiles une tribune gratuite pour amplifier leurs opinions et cibler leurs victimes.

Deuxièmement, M. Zuckerberg a affirmé que de nouvelles limites à ce qui est publié sur les médias sociaux reviendraient à « restreindre la liberté d’expression ». C’est tout à fait absurde. Le Premier Amendement dit que « le Congrès ne fera aucune loi » restreignant la liberté d’expression, mais cela ne s’applique pas aux entreprises privées comme Facebook. Nous ne demandons pas à ces entreprises de déterminer les limites de la liberté d’expression dans la société. Nous voulons simplement qu’ils soient responsables sur leurs plates-formes.

Si un néo-nazi entre dans un restaurant et commence à menacer d’autres clients en disant qu’il veut tuer des Juifs, le propriétaire du restaurant serait-il obligé de lui servir un repas gastronomique ? Bien sûr que non ! Le restaurateur a tous les droits légaux et l’obligation morale de mettre les nazis à la porte, tout comme ces sociétés Internet.

Troisièmement, Zuckerberg semblait assimiler la réglementation des entreprises comme la sienne aux actions des « sociétés les plus répressives ». Incroyable. Ceci, de la part de l’une des six personnes qui décident de l’information que le monde entier peu voir. Zuckerberg sur Facebook, Sundar Pichai chez Google, chez sa maison mère Alphabet, Larry Page et Sergey Brin, ex-belle-sœur de Brin, Susan Wojcicki chez YouTube et Jack Dorsey chez Twitter.

Les « Silicon Six » – tous milliardaires, tous Américains – qui se soucient plus de faire monter le cours de leurs actions que de protéger la démocratie. Il s’agit de l’impérialisme idéologique – six individus non élus de la Silicon Valley qui imposent leur vision au reste du monde, qui n’ont de comptes à rendre à aucun gouvernement et qui agissent comme s’ils étaient au-dessus de la loi. C’est comme si nous vivions dans l’Empire romain, et Mark Zuckerberg était César. Au moins ça expliquerait sa coupe de cheveux.

Le co-fondateur et PDG de Facebook Mark Zuckerberg témoigne devant la House Financial Services Committee dans le bâtiment Rayburn House Office à Capitol Hill le 23 octobre 2019 à Washington, DC (Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

Voici une idée. Au lieu de laisser les Six de la Silicon Valley décider du sort du monde, laissons nos représentants élus, élus par le peuple, de chaque démocratie du monde, avoir au moins leur mot à dire.

Quatrièmement, Zuckerberg parle d’accueillir une « diversité d’idées », et l’année dernière il nous a donné un exemple. Il a dit qu’il trouvait les messages niant la Shoah « profondément offensants », mais il ne pensait pas que Facebook devrait les supprimer « parce que je pense que les gens se trompent sur certaines choses. Je ne pense pas qu’ils se trompent intentionnellement ». En ce moment même, il y a encore des négationnistes sur Facebook, et Google vous emmène toujours sur les sites de négation de la Shoah les plus abjects par un simple clic. L’un des dirigeants de Google m’a dit un jour, de façon incroyable, que ces sites ne montrent que « les deux côtés » de la question. C’est de la folie.

Pour citer Edward R. Murrow [journaliste américain durant la Seconde Guerre mondiale], « on ne peut accepter qu’il y ait, dans chaque histoire, deux côtés égaux et logiques à un argument ». Nous avons des millions de preuves de la Shoah – c’est un fait historique. Et le nier n’est pas une opinion aléatoire. Ceux qui nient la Shoah veulent en encourager une autre.

Pourtant, Zuckerberg dit que « les gens devraient décider de ce qui est crédible, pas les entreprises de technologie ». Mais à une époque où les deux tiers des milléniaux disent ne pas avoir entendu parler d’Auschwitz, comment peuvent-ils savoir ce qui est « crédible » ? Comment peuvent-ils savoir que le mensonge est un mensonge ?

La vérité objective existe. Les faits existent. Et si ces sociétés Internet veulent vraiment faire une différence, elles devraient embaucher suffisamment de contrôleurs pour surveiller, travailler en étroite collaboration avec des groupes comme l’ADL, insister sur les faits et éliminer ces mensonges et complots de leurs plateformes.

Cinquièmement, en discutant de la difficulté de supprimer du contenu, Zuckerberg a demandé « où établir la limite ? Oui, définir une limite peut être difficile. Mais voici ce qu’il dit vraiment : l’élimination d’autres mensonges et complots est tout simplement trop coûteuse.

Ce sont les entreprises les plus riches du monde et elles ont les meilleurs ingénieurs au monde. Ils pourraient régler ces problèmes s’ils le voulaient. Twitter pourrait déployer un algorithme pour supprimer davantage de discours haineux suprématistes blancs, mais ce n’est pas le cas, semble-t-il, parce qu’il éjecterait certains politiciens très en vue de leur plate-forme. Ce n’est peut-être pas une mauvaise chose ! La vérité, c’est que ces entreprises ne changeront pas fondamentalement parce que tout leur business plan repose sur la production de plus de mobilisation, et rien ne génère plus de mobilisation que le mensonge, la peur et l’indignation.

Il est temps de qualifier enfin ces entreprises de ce qu’elles sont vraiment – les plus grands éditeurs de l’histoire. Et voici une idée pour eux : respecter les normes et les pratiques de base comme le font tous les jours les journaux, les magazines et les journaux télévisés. Nous avons des normes et des pratiques à la télévision et au cinéma ; il y a certaines choses que nous ne pouvons pas dire ou faire. En Angleterre, on m’a dit qu’Ali G ne pouvait pas dire de gros mots quand il passe avant 21h. Ici, aux États-Unis, la Motion Picture Association of America réglemente et évalue ce que nous voyons. J’ai eu des scènes dans mes films qui ont été coupées ou réduites pour respecter ces normes. S’il existe des normes et des pratiques pour ce que les cinémas et les chaînes de télévision peuvent montrer, les entreprises qui publient du matériel destiné à des milliards de personnes devraient certainement aussi respecter des normes et des pratiques de base.

Prenons la question des publicités politiques. Heureusement, Twitter les a finalement bannis, et Google fait aussi des changements. Mais si vous les payez, Facebook diffusera n’importe quelle publicité « politique » que vous voulez, même si c’est un mensonge. Et ils vous aideront même à micro-cibler ces mensonges auprès de leurs utilisateurs pour un effet maximum. Dans cette logique tordue, si Facebook avait existé dans les années 1930, il aurait permis à Hitler de publier des messages publicitaires de 30 secondes sur sa « solution » au « problème juif ». Voici donc une bonne norme et une bonne pratique : Facebook, commencez à vérifier les faits sur les annonces politiques avant de les diffuser, arrêtez immédiatement les mensonges micro-ciblés et, lorsque les annonces sont fausses, rendez l’argent et ne les publiez pas.

Voici une autre bonne pratique : ralentissez. Chaque message n’a pas besoin d’être publié immédiatement. Oscar Wilde a dit un jour que « nous vivons à une époque où les choses inutiles sont nos seules nécessités ». Mais est-ce vraiment une nécessité d’avoir toutes les pensées ou vidéos affichées instantanément en ligne, même si elles sont racistes, criminelles ou meurtrières ? Bien sûr que non !

Le tireur qui a massacré des musulmans en Nouvelle-Zélande a diffusé en direct son atrocité sur Facebook, où elle s’est ensuite répandue sur Internet et a probablement été vue des millions de fois. C’était une vidéo amateur, qui vous a été présentée par les médias sociaux. Pourquoi ne pouvons-nous pas prendre plus de temps pour détecter et arrêter ces saletés qui causent des traumatismes avant même qu’elles ne soient publiées ?

Enfin, M. Zuckerberg a déclaré que les entreprises de médias sociaux devraient « être à la hauteur de leurs responsabilités », mais il est totalement silencieux sur ce qui devrait se passer quand elles ne le sont pas. À l’heure actuelle, il est assez clair qu’on ne peut pas leur faire confiance pour s’auto-réglementer. Comme dans le cas de la révolution industrielle, il est temps que la réglementation et la législation freinent la cupidité de ces barons de la haute technologie.

Dans toutes les autres industries, une entreprise peut être tenue responsable lorsque son produit est défectueux. Lorsque les moteurs explosent ou que les ceintures de sécurité ne fonctionnent pas correctement, les constructeurs automobiles rappellent des dizaines de milliers de véhicules, pour un coût de plusieurs milliards de dollars. Il semble juste de dire à Facebook, YouTube et Twitter : votre produit est défectueux, vous êtes obligé de le réparer, peu importe combien il vous en coûte et peu importe combien de modérateurs vous devrez employer.

Dans toutes les autres industries, vous pouvez être poursuivi pour le mal que vous causez. Les éditeurs peuvent être poursuivis pour diffamation, les gens peuvent être poursuivis pour diffamation. J’ai été poursuivi plusieurs fois ! Je suis poursuivi en ce moment par quelqu’un dont je ne mentionnerai pas le nom parce qu’il pourrait encore me poursuivre en justice ! Mais les entreprises de médias sociaux sont largement protégées de toute responsabilité pour le contenu que leurs utilisateurs publient – aussi indécent soit-il – en vertu de l’article 230 de la Loi sur, préparez-vous, la décence en matière de communication. Absurde !

Heureusement, les sociétés Internet peuvent maintenant être tenues responsables des pédophiles qui utilisent leurs sites pour cibler les enfants. Je dis, tenons également ces entreprises responsables de ceux qui utilisent leurs sites pour plaider en faveur des meurtres massifs d’enfants en raison de leur race ou de leur religion. Et peut-être que les amendes ne suffisent pas. Il est peut-être temps de le dire à Mark Zuckerberg et aux PDG de ces entreprises : vous avez déjà laissé une puissance étrangère s’ingérer dans nos élections, vous avez déjà facilité un génocide au Myanmar, recommencez et vous allez en prison.

En fin de compte, tout dépend du genre de monde que nous voulons. Dans son discours, M. Zuckerberg a déclaré que l’un de ses principaux objectifs est de « défendre une définition aussi large que possible de la liberté d’expression ». Pourtant, nos libertés ne sont pas seulement une fin en soi, elles sont aussi le moyen d’atteindre une autre fin – comme vous le dites ici aux États-Unis, le droit à la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. Mais aujourd’hui, ces droits sont menacés par la haine, les complots et les mensonges.

Permettez-moi de terminer en vous suggérant un objectif différent pour la société. Le but ultime de la société devrait être de veiller à ce que les gens ne soient pas pris pour cible, harcelés ou assassinés en raison de leur identité, de leur origine, de qui ils aiment ou comment ils prient

Si nous en faisons notre objectif – si nous privilégions la vérité sur le mensonge, la tolérance sur les préjugés, l’empathie sur l’indifférence et les experts sur les ignorants – alors peut-être que nous pouvons arrêter la plus grande machine de propagande de l’histoire, nous pouvons sauver la démocratie, nous pouvons encore avoir une place pour la liberté de parole et d’expression et, surtout, mes blagues continueront à marcher.

Merci beaucoup à vous tous.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de JTA ou de sa société mère, 70 Faces Media.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...