Saeb Erekat va devenir le mentor d’étudiants de la Kennedy School de Harvard
Rechercher

Saeb Erekat va devenir le mentor d’étudiants de la Kennedy School de Harvard

Le négociateur palestinien en chef tiendra des séminaires virtuels dans le cadre du projet "The Future of Diplomacy", une décision critiquée par des groupes pro-israéliens

John Kerry, secrétaire d'Etat américain (au centre), la négociatrice israélienne Tzipi Livni (à gauche) et le négociateur palestinien Saeb Erekat, à Washington, en juillet 2013. (Crédit : département d'Etat)
John Kerry, secrétaire d'Etat américain (au centre), la négociatrice israélienne Tzipi Livni (à gauche) et le négociateur palestinien Saeb Erekat, à Washington, en juillet 2013. (Crédit : département d'Etat)

JTA – Saeb Erekat, le négociateur en chef des Palestiniens, apporte son expertise à Harvard.

Erekat encadrera des étudiants et tiendra des séminaires virtuels dans le cadre du projet « The Future of Diplomacy » au Centre Belfer pour la science et les affaires internationales de la Kennedy School.

Le secrétaire général du comité exécutif de l’OLP avait déclaré dans une interview accordée à Al Jazeera en 2014 que « je ne reconnaîtrai jamais Israël comme un État juif ».

La Kennedy School – parmi les plus prestigieuses écoles supérieures de politique publique et sociale au monde – a annoncé la nomination d’Erekat la semaine dernière.

Parmi les autres membres du projet universitaire figurent Julie Bishop, chancelière de l’Université nationale australienne, Federica Mogherini, haute représentante/vice-présidente de la Commission européenne de 2014 à 2019, et Peter Wittig, qui a passé près de 40 ans au sein du service extérieur allemand.

Les nouveaux enseignants « renforceront notre capacité à tirer les leçons d’une diplomatie et d’un savoir-faire politique efficaces », a expliqué le président de la faculté, Nicholas Burns, selon le groupe de surveillance Honest Reporting.

Harvard a annoncé le mois dernier qu’elle ne proposerait qu’un apprentissage en ligne pour le semestre d’automne. L’annonce précisait que les membres du projet se rendront au printemps sur le campus de la célèbre université de la région de Boston pour diriger des groupes d’étude sur des sujets de leur compétence, notamment le conflit israélo-palestinien.

La nomination d’Erekat a été critiquée sur Twitter par les groupes de défense d’Israël CAMER du campus et le Centre Simon Wiesenthal, entre autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...