Sécurité, fermetures de voies et discours: l’ambassade US s’installe à Jérusalem
Rechercher

Sécurité, fermetures de voies et discours: l’ambassade US s’installe à Jérusalem

Quelques détails sur la cérémonie et les évènements de lundi concernant le transfert officiel de la mission américaine dans la capitale israélienne

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Un nouveau panneau indiquant le chemin vers la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem  le 7 mai 2018 (AFP Photo / Thomas Coex)
Un nouveau panneau indiquant le chemin vers la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem le 7 mai 2018 (AFP Photo / Thomas Coex)

Plus de 21 ans après l’adoption de la loi par le Congrès américain du transfert de l’ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, les Etats-Unis transforment leur consulat de Jérusalem en ambassade officielle, conformément à la promesse électorale du président américain Donald Trump lors des élections de 2016.

Ravissant le gouvernement israélien, mais provoquant la colère des Palestiniens qui revendiquent la partie orientale de la ville en tant que capitale d’un futur Etat palestinien, Trump a annoncé le 6 décembre 2017 qu’il reconnaissait Jérusalem comme la capitale d’Israël et qu’il comptait y déplacer l’ambassade américaine depuis la ville de Tel Aviv.

Aujourd’hui, cinq mois plus tard, la cérémonie se déroulera dans le quartier d’Arnona à Jérusalem, alors que des troubles palestiniens dans la capitale et en Cisjordanie et à Gaza menacent l’évènement.

Si la Maison Blanche a décrit la cérémonie comme un « événement historique » et qu’Israël s’est préparé avec ferveur à cette célébration, les plans spécifiques pour l’inauguration et l’ambassade en elle-même sont restés secrets.

Voici les détails actuellement disponibles concernant la cérémonie en elle-même, les préparatifs israéliens et l’avenir du site d’Arnona :

Sécurité et organisation de la circulation

Environ 1 000 policiers seront déployés autour de l’ambassade et dans les quartiers environnants pour l’inauguration, a déclaré le porte-parole Micky Rosenfeld.

Il a affirmé que les officiers sécuriseraient le périmètre de l’ambassade américaine durant l’ouverture lundi, aideraient à sécuriser le parcours des responsables américains en visite, et réguleraient la circulation.

La police israélienne a déclaré au cours du week-end que la sécurité avait été renforcée dans toute la ville de Jérusalem en préparation d’une semaine politiquement tendue qui verra l’aboutissement de plus d’un mois de manifestations palestiniennes avec le déménagement de l’ambassade américaine.

Les routes dans la région seront fermées du lundi matin jusqu’à la fin de la cérémonie. Des perturbations du trafic étaient prévues dans la capitale à l’arrivée des délégations.

Des ouvriers préparent la scène pour la cérémonie d’ouverture officielle de l’ambassade américaine à Jérusalem, le 13 mai 2018 (Yonatan Sindel / Flash90)

En outre, les Etats-Unis ont envoyé des Marines afin de renforcer la sécurité dans les installations diplomatiques américaines à travers le Moyen-Orient.

Le déploiement de Marines survient en raison de craintes de perturbations liées à l’ouverture de l’ambassade. Pendant des semaines, des milliers de Gazaouis ont manifesté à la frontière avec Israël, encouragés par le Hamas, le groupe terroriste qui dirige la bande, dont les dirigeants ont juré d’organiser des manifestations afin de coïncider avec l’ouverture de l’ambassade.
 
L’armée israélienne a également déployé trois brigades supplémentaires à Gaza et en Cisjordanie.

Une délégation présidentielle, sans le président

Au cours des dernières semaines, Trump a hésité à prendre l’avion pour se rendre en Israël pour la deuxième fois durant sa présidence afin d’assister à la cérémonie d’inauguration, à la grande surprise des responsables israéliens qui n’étaient pas préparés à une éventuelle visite présidentielle.

Mais la semaine dernière, la Maison Blanche a publié sa liste de membres de la délégation officielle, qui n’incluait pas le président. Parmi les membres de l’administration présents, on trouve John Sullivan, secrétaire d’Etat américain, Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor, Jason Greenblatt, envoyé spécial des Etats-Unis, Jared Kushner, conseiller principal de Trump, et Ivanka Trump, sa fille.

Ivanka Trump et Jared Kushner à la cérémonie de bienvenue du ministère des Affaires étrangères pour l’ambassade américaine, le 13 mai 2018 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Au total, environ 800 invités assisteront à la cérémonie d’ouverture. La liste d’invités est principalement composée de fonctionnaires et de dignitaires américains et israéliens.

« Notamment des chefs religieux et des hommes d’affaires, des journalistes, des universitaires et des représentants du gouvernement des Etats-Unis. Nous avons également invité plusieurs représentants du gouvernement israélien et des dirigeants politiques à y assister », a déclaré un responsable de l’ambassade américaine au Times of Israël la semaine dernière.

Le groupe devrait également compter des dirigeants juifs et des chefs d’organisations chrétiennes pro-israéliennes. Le défenseur pro-israélien Alan Dershowitz et le président de l’université Yeshiva, Ari Berman, seront présents, tout comme le magnat du casino et philanthrope Sheldon Adelson avec son épouse et le pasteur John Hagee, dont le groupe Christians United For Israel compte plus de quatre millions de membres.

La délégation américaine comprendra une quarantaine de législateurs républicains, dont les sénateurs Ted Cruz et Lindsay Graham, mais pas de démocrates.

L’ambassadeur américain en Israël David Friedman assiste à une réunion du lobby pour les relations israélo-américaines à la Knesset, le 25 juillet 2017 (Yonatan Sindel / Flash90)

Les ambassadeurs d’autres pays seront également absents, la Maison Blanche ayant choisi de ne pas inviter de représentants étrangers par crainte que l’invitation soit refusée. Les pays européens ont critiqué la décision de Trump de déplacer l’ambassade en dehors du consensus international, affirmant que le statut de la ville devrait être déterminé dans le cadre de négociations de paix avec les Palestiniens.

Néanmoins, le président guatémaltèque, Horacio Cartes, et le ministre des Affaires étrangères, Carlos Raúl Morales, y participeront, leur pays prévoyant également de transférer son ambassade à Jérusalem deux jours plus tard.

Les chefs des partis de la Knesset de la coalition et de l’opposition seront présents, à l’exception du président de la liste unifiée arabe Ayman Odeh, le seul à ne pas avoir été invité, et de la présidente du Meretz, Tamar Zandberg, qui a refusé l’invitation.

Bénédictions, discours et une liaison vidéo avec le président

La cérémonie de lundi débutera à 16h (heure d’Israël) et devrait durer environ 90 minutes.

La cérémonie sera animée par l’ambassadeur des Etats-Unis, David Friedman, qui présidera le dévoilement officiel de la plaque désignant officiellement le bâtiment comme l’ambassade des Etats-Unis dont le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin aura la charge.

Trump n’étant pas présent, il s’adressera à la cérémonie par liaison vidéo depuis Washington. La vidéo sera projetée sur un grand écran à l’extérieur.

Le président américain Donald Trump brandit une copie de la législation avant de promulguer le projet de loi sur la réforme fiscale dans le bureau ovale, le 22 décembre 2017, à Washington (Chip Somodevilla / Getty Images / AFP)

Dans la délégation américaine, le Secrétaire d’Etat adjoint Sullivan et le conseiller de Trump Kushner devraient prendre la parole tandis que les pasteurs évangéliques Hagee et Robert Jeffress délivreront des « bénédictions » pour la nouvelle ambassade.

Le choix de Jeffress pour l’événement, un baptiste du Sud qui a soutenu vigoureusement Trump pendant les derniers mois de sa campagne présidentielle de 2016 et qui était membre de son conseil consultatif évangélique, a été critiqué compte tenu des commentaires qu’il a faits suggérant que les Juifs ne pouvaient pas être « sauvés ».

Les discours et les bénédictions seront entrecoupés de chants interprétés par un certain nombre de chanteurs israéliens bien connus.

Outre les orateurs américains, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin prendront également la parole.

Dimanche, Rivlin a salué Trump pour sa décision de déplacer l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem, affirmant que cet acte amènerait d’autres pays à faire de même.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réception officielle organisée à l’occasion de l’ouverture de l’ambassade américaine au ministère des affaires étrangères de Jérusalem, le 13 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Gali Tibbon)

« Après [les Etats-Unis], les ambassades des autres pays se déplaceront également vers notre capitale Jérusalem. Le blocus diplomatique a été brisé et sera brisé », a-t-il déclaré lors de l’événement officiel à Ammunition Hill marquant la Journée de Jérusalem.

Lors d’une réception du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que Trump entrait dans l’histoire en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël et a appelé les dirigeants internationaux à suivre l’exemple de Washington et à déplacer leurs missions dans la capitale israélienne.

Remerciant la délégation américaine à Jérusalem pour l’ouverture de l’ambassade, fixée au lendemain, Netanyahu a déclaré : « Il n’y a pas de plus grands partisans d’Israël sur la face de la terre. »

Un personnel limité à l’ouverture

Après la cérémonie, la nouvelle ambassade américaine ouvrira ses portes avec un effectif initial d’au moins 50 personnes.

Le personnel initial de l’ambassade comprendra les adjoints de Friedman et les agents consulaires américains qui travaillent déjà sur le site. L’ambassade ouvrira avec seulement une fraction du personnel américain présent en Israël dans une partie d’une installation préexistante réservée aux extensions de visas et de renouvellement de passeport américain.

Un nouveau panneau de signalisation conduisant les automobilistes au consulat américain à Jérusalem qui sera inauguré en tant qu’ambassade américaine, le 7 mai 2018 (Yonatan Sindel / Flash90)

Friedman devrait partager son temps entre la nouvelle ambassade de Jérusalem et ses bureaux de Tel Aviv.

Initialement, l’ouverture d’une nouvelle ambassade à Jérusalem devait prendre jusqu’à trois ans. En février, l’administration Trump a déclaré qu’elle accélérerait le processus en convertissant un complexe déjà existant dans le quartier d’Arnona, au sud de Jérusalem.

Trump a déclaré la semaine dernière qu’il avait rejeté les plans initiaux pour la construction d’une toute nouvelle ambassade à Jérusalem qui aurait coûté un milliard de dollars et qui aurait demandé jusqu’à 10 ans de travaux.

Raphael Ahren et l’équipe du Times of Israël ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...