Selon Bennett, Netanyahu a trahi les sionistes religieux et le paiera
Rechercher

Selon Bennett, Netanyahu a trahi les sionistes religieux et le paiera

L'ancien allié de Netanyahu a choisi d'emmener son parti dans l'opposition plutôt que d'accepter ce qu'il a qualifié d'offre "insultante" de la part du Premier ministre

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le ministre de la Défense Naftali Bennett assiste au lancement de la campagne de l'alliance politique de droite Yamina, le 12 février 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)
Le ministre de la Défense Naftali Bennett assiste au lancement de la campagne de l'alliance politique de droite Yamina, le 12 février 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)

Formulant une critique cinglante du nouveau gouvernement, qui condamne selon lui Israël à sa perte, le président du parti Yamina, Naftali Bennett, a accusé jeudi le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avoir trahi la communauté sioniste religieuse en laissant son parti en dehors de la coalition. Il a promis que Netanyahu paierait pour cette décision.

« Netanyahu a trahi les sionistes religieux. Il y avait une alliance, et il a rejeté le sionisme religieux et la droite. Il n’a pas respecté sa parole et il en portera les conséquences », a déclaré Bennett au site d’information Kipa à l’occasion d’une visite dans le Negev.

L’ancien allié de Netanyahu, qui a choisi d’emmener son parti dans l’opposition plutôt que d’accepter ce qu’il a qualifié d’offre « insultante » de la part du Premier ministre, a promis qu’il n’entrerait pas dans le « mauvais gouvernement exagéré qui néglige l’élément le plus important pour l’Etat d’Israël aujourd’hui : remettre les gens au travail ».

« Il y a un million de chômeurs, Netanyahu et Gantz préparent un tsunami économique pour cet hiver. Ils ne font rien pour empêcher ‘la Grande fermeture d’hiver' », a-t-il lancé, affirmant à la fois que les avertissements au sujet d’un risque de deuxième vague étaient exagérés, mais également que le gouvernement n’en faisait pas assez pour empêcher cette même deuxième vague.

« Nous ne sommes pas dans la deuxième vague, nous en sommes encore aux conséquences de la première vague. Mais il y a un projet pour augmenter les tests. Nous devons seulement commencer à travailler sérieusement, a-t-il déclaré au sujet des tests du coronavirus. Le nombre de tests a fortement augmenté ces derniers jours, mais il reste en deçà des 100 000 tests quotidiens demandés par Bennett.

« S’ils arrêtent de parler et commencent à agir, nous n’aurons pas encore à fermer le pays et à subir une deuxième vague », a-t-il dit.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz participent à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 7 juin 2020. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)

Les commentaires interviennent seulement quelques semaines après que le nouveau gouvernement a été intronisé, mettant fin à 500 jours d’impasse politique ayant entraîné Israël dans trois élections. Benny Gantz est entré en négociations pour former un gouvernement avec Netanyahu après les dernières élections dans une décision qui a conduit son parti à se scinder en deux. Kakhol lavan avait fait campagne avec l’objectif de remplacer le chef du Likud en raison de ses inculpations dans des affaires de corruption.

Dans un entretien accordé à la Douzième chaîne d’information – le premier depuis qu’il a rejoint l’opposition –, Bennett a maintenu que Netanyahu n’avait dès le départ pas voulu du parti national religieux dans son gouvernement.

« Netanyahu ne voulait pas de nous. Il n’y a pas eu un seul moment de négociations », a déclaré Bennett, même s’il n’a pas invoqué l’animosité personnelle entre lui et Netanyahu pour expliquer l’échec de leurs tractations.

Critiquant davantage Netanyahu, Bennett a déclaré qu’il ne pensait pas que le Premier ministre poursuivrait l’annexion de certaines parties de la Cisjordanie comme il a promis de le faire à de nombreuses reprises ces derniers mois.

L’accord de coalition signé entre le parti du Likud de Netanyahu et Kakhol lavan de Gantz permet au Premier ministre de commencer à aller de l’avant avec l’annexion, dès le 1er juillet. Il a promis d’annexer toutes les implantations et la vallée du Jourdain – environ 30 % de l’ensemble de la Cisjordanie au total. Les zones de la Cisjordanie qu’Israël voudrait annexer lui sont réservées dans le plan de paix du président américain Donald Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...