Selon Bennett, une députée américaine est « très clairement » antisémite
Rechercher

Selon Bennett, une députée américaine est « très clairement » antisémite

Le ministre de l'Education n'as pas nommé la législatrice à laquelle il faisait référence, déplorant une "légitimité croissante donnée à l'expression désinhibée de l'antisémitisme"

Le ministre israélien de l'Education Naftali Bennett à la CoP, à Jérusalem, le 18 février 2019 (Crédit :  Hadas Parush/Flash90)
Le ministre israélien de l'Education Naftali Bennett à la CoP, à Jérusalem, le 18 février 2019 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le ministre de l’Education Naftali Bennett a déclaré lundi qu’une membre du Congrès américain dont il n’a pas précisé l’identité était une antisémite, dans ce qui a semblé être une réponse à un tweet récent écrit par la nouvelle représentante démocrate du Minnesota, Ilhan Omar, dans lequel elle suggérait que le soutien apporté à Israël par les responsables élus américains était dû à l’argent versé par les Juifs.

« Il y a une légitimité croissante apportée à l’expression désinhibée de l’antisémitisme », a-t-il déclaré devant les responsables juifs américains lors d’un sommet de la CoP (Conference of Presidents of American Jewish Organizations) organisé à Jérusalem. « Cette membre du Congrès est très clairement une antisémite ».

« Le seul facteur qui peut influencer l’antisémitisme – l’antisémitisme est en augmentation – est la force de l’Etat d’Israël », a continué Bennett. « Plus fort est Israël, plus les Juifs, dans le monde entier, sont protégés, indépendamment de leur relation spécifique avec Israël ».

Omar, dans son premier mandat au Congrès, avait écrit dimanche dernier sur Twitter que l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committe) payait pour que les députés soient pro-israéliens, ajoutant que le soutien apporté par le Congrès était assuré par les « Benjamin » – un mot d’argot en référence aux billets de 100 dollars.

La représentante Ilhan Omar, Démocrate Minnesota, arrive pour le discours de l’Etat de l’union du président américain Donald Trump lors d’une session conjointe du congrès au Capitole, à Washington, le 5 février 2019 (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)

Après que les républicains et les démocrates – notamment les autorités du parti démocrate à la chambre américaine des représentants – l’ont accusée de véhiculer des stéréotypes sur les Juifs et l’argent, elle a indiqué s’être excusée « sans ambiguïté » après s’être entretenue avec des « alliés juifs et des collègues qui m’ont appris l’histoire douloureuse des tropes antisémites ».

Mais elle a riposté au président Donald Trump lorsqu’il a appelé à ce qu’elle démissionne en raison de cet incident en disant que le leader américain avait « véhiculé la haine » pendant toute sa vie.

Certains républicains et groupes pro-israéliens ont appelés Omar à être déchue de sa fonction à la commission des Affaires étrangères de la Chambre et autres nominations.

Bennett, à la tête du parti HaYamin HaHadash, a également commenté les relations tourmentées avec la Pologne, une crise attisée par le rôle des Polonais pendant la Shoah. La Pologne a cherché à souligner que les envahisseurs nazis – et non la population autochtone – avaient été responsables de la Shoah sur le territoire polonais.

« Je pense que la Pologne est aujourd’hui et restera à l’avenir une amie d’Israël », a dit Bennett. « Il est impossible de construire un futur commun sur la base d’une effacement de l’histoire ».

« Notre histoire avec le peuple polonais est longue, et elle est faite de hauts et de bas », a-t-il continué.

« Mais la réalité est malheureusement que, pendant la Shoah, de nombreux Polonais ont joué un rôle actif dans l’antisémitisme et, oui, ils ont également assassiné des Juifs. Il y a eu de nombreux autres Polonais qui ont sauvé des Juifs. Ils sont aujourd’hui les ‘Justes parmi les nations’. »

« La réalité est que, d’un côté, la Pologne indépendante a été la victime de l’Allemagne nazie, avec une occupation brutale et dure, mais il y a eu également de nombreux Polonais qui ont été impliqués dans l’antisémitisme ».

.Yisrael Katz (Crédit : Flash 90)

Les liens entre Israël et la Pologne ont été doublement frappés ces derniers jours suite aux propos tenus par le ministre des Affaires étrangères Israel Katz et la confusion entraînée par des paroles prononcées par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La Pologne a annulé lundi sa participation à une conférence en Israël, cette semaine, convoquant également l’ambassadrice israélienne à Varsovie pour une réprimande après que Katz – qui est aussi ministre des Transports – a estimé que les Polonais « boivent l’antisémitisme dans le lait de leur mère ».

Katz, fils de survivants de la Shoah, a ensuite déclaré lundi à la radio israélienne que « les Polonais ont participé à l’extermination des Juifs pendant la Shoah. La Pologne est devenue le plus grand cimetière du peuple juif ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...