Rechercher

Les cas de COVID non détectés sont rares – étude à Ichilov

Les cas asymptomatiques dans le grand public sont probablement moins nombreux que prévu, disent les médecins de l'hôpital où 2,6% seulement des soignants sont infectés sans le savoir

Un soignant en train de procéder à un test de détection antigénique rapide  de la COVID-19 (Yossi Aloni/Flash90)
Un soignant en train de procéder à un test de détection antigénique rapide de la COVID-19 (Yossi Aloni/Flash90)

Les médecins affirment que de nouvelles recherches remettent en question l’hypothèse selon laquelle le nombre officiel de cas de COVID en Israël serait massivement sous-estimé.

Des experts ont déclaré à plusieurs reprises que de nombreux cas n’étaient sans doute pas détectée, suggérant même parfois que les cas confirmés étaient inférieurs au nombre de cas non détectés.

Des chercheurs de l’hôpital Sourasky de Tel Aviv, également connu sous le nom Ichilov, ont effectué des tests d’anticorps sur environ 500 des membres de son personnel médical à ne pas avoir été testés positifs depuis aout dernier.

Ils s’attendaient à découvrir que beaucoup avaient des anticorps indiquant qu’ils avaient ou avaient eu le virus sans s’en rendre compte.

« Seulement 2,6 % d’entre eux avaient été infectés sans s’en rendre compte, ce qui est beaucoup moins que ce que nous avions prévu », a déclaré le Dr Esti Sayag, médecin principal d’Ichilov, au Times of Israël.

Un personnel de laboratoire israélien photographié pendant des tests sérologiques au Laboratoire Leumit Health Care Services à Or Yehuda, près de Tel Aviv le 29 juin 2020. (PhotoGIL COHEN-MAGEN / AFP)

« Nous avons étudié un anticorps particulier – n – spécifique à ceux qui se sont rétablis du virus et ne se trouve pas parmi ceux récemment vaccinés, donc l’étude donne une image précise », a-t-elle déclaré.

Cette recherche n’a pas été évaluée par des pairs.

Sayag a déclaré que les résultats confortaient l’intérêt des tests réguliers qui font désormais partie de la vie hospitalière quotidienne et suggéraient que les allégations de sous-détection des cas dans le reste de la société étaient probablement exagérées.

« La première leçon à tirer est que lorsque vous imposez des contrôles minutieux à vos personnels de santé, vous pouvez contenir la maladie dans ce groupe et éviter une contagion aux patients ou collègues », a déclaré Sayag.

« Mais la leçon la plus importante concerne le public. D’aucuns ont affirmé que le nombre réel d’infections en Israël était deux ou trois fois supérieur à ce qui avait été rapporté. Nous ne le croyons pas, et nous élargissons l’étude au public pour vérifier ce point », a-t-elle déclaré.

« Bien que les chiffres dans la population générale ne soient peut-être pas aussi bas que parmi les agents de santé, soumis à de nombreux tests, nous pensons qu’ils seront également faibles. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...