Shabbat : menace de grève des matchs en Israël
Rechercher

Shabbat : menace de grève des matchs en Israël

"Tout dépend désormais du ministre de l’Économie Aryeh Deri, seul habilité à accorder des dérogations pour les activités autorisées durant le Shabbat", a déclaré Eitan Dotan

L'équipe nationale de football israélienne - 13 août 2013 (Crédit Site de l'association de football israélien Flash 90)
L'équipe nationale de football israélienne - 13 août 2013 (Crédit Site de l'association de football israélien Flash 90)

Les amateurs de football en Israël seront privés de championnat national à partir du 12 septembre si le gouvernement n’autorise pas à jouer pendant le Shabbat, le jour de repos hebdomadaire des juifs, a prévenu la fédération mercredi.

« Si le gouvernement ne nous donne pas l’autorisation de jouer le jour du Shabbat, tous les matchs, aussi bien de la Ligue nationale (le championnat) que des championnats de jeunes, seront annulés jusqu’à nouvel ordre à partir du 12 septembre », a dit à l’AFP Eitan Dotan, un porte-parole de l’Association du football israélien.

Les Israéliens ont toujours joué au football pendant le Shabbat, observé du vendredi soir au samedi soir, dit la fédération. Une partie des matchs du championnat se disputent le samedi après-midi quand le reste de l’activité du pays est dans une large mesure à l’arrêt ou au ralenti.

L’exception footballistique a été remise en cause en août par la décision d’un tribunal du travail de Tel Aviv, qui a interdit les matchs pendant le Shabbat. Les juges avaient été saisis par plusieurs joueurs professionnels juifs observants, qui ne voulaient plus désacraliser le Shabbat.

L’interdiction doit entrer en vigueur de manière permanente le 12 septembre.

« Tout dépend désormais du ministre de l’Économie Aryeh Deri, seul habilité à accorder des dérogations pour les activités autorisées durant le Shabbat », a dit Eitan Dotan.

Or Aryeh Deri est le chef du Shas, parti ultra-orthodoxe qui prône une stricte application des règles du judaïsme et le respect du Shabbat.

« Il faut tenir compte des footballeurs qui refusent de jouer le Shabbat et trouver une solution qui pourrait consister à repousser les matchs le dimanche par exemple », a dit à la radio publique Yitzhak Cohen, vice-ministre des Finances et lui aussi membre du Shas.

« L’option du dimanche est inenvisageable car il n’y a pas assez de terrains pour organiser les matchs qui se tiennent jusqu’à présent à 80 % durant le Shabbat », a répliqué Eitan Dotan.

« Il ne s’agit pas de mener une guerre contre la religion, mais de permettre à de très nombreux Israéliens de continuer à se distraire en famille durant leur seul jour de repos », a-t-il ajouté.

La religion juive proscrit le travail, dans une acception très large, le jour du Shabbat et encourage l’étude de la Torah, la prière à la synagogue.

Les derniers mois ont vu se succéder en Israël les querelles illustrant la confrontation ancienne entre l’observance des règles juives et du Shabbat d’une part, et la vie moderne d’autre part. Des ultra-orthodoxes ont ainsi exprimé récemment leur opposition à la création, à Jérusalem, d’un réseau de vélos de ville en partage de crainte que les usagers ne circulent à bicyclette le jour du Shabbat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...