Rechercher

Sharren Haskel se coupe les cheveux en signe de solidarité avec les Iraniennes

La législatrice de HaMahane HaMamlahti scande le slogan des manifestants "Femmes. Vie. Liberté" avant de se couper deux mèches devant le public de la Jerusalem Christian Conference

La députée Sharren Haskel se coupe les cheveux en public en solidarité avec le mouvement de protestation iranien, le 11 octobre 2022 (Crédit : Capture d'écran / Douzième chaîne -- utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)
La députée Sharren Haskel se coupe les cheveux en public en solidarité avec le mouvement de protestation iranien, le 11 octobre 2022 (Crédit : Capture d'écran / Douzième chaîne -- utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Sharren Haskel, membre de la Knesset, s’est coupé les cheveux lors d’une conférence à Jérusalem mardi soir, dans un acte public de solidarité avec le mouvement de protestation qui a balayé l’Iran ces dernières semaines.

Haskel, membre du parti de centre-droit HaMahane HaMamlahti, a déclaré lors de la International Christian Embassy Conference : « En tant qu'(ancienne) combattante de Tsahal, je salue les femmes courageuses et leurs enfants qui se battent pour leur avenir et leurs foyers », selon la Douzième chaîne.

« En signe de solidarité, je me joins à la protestation qui a commencé avec Mahsa Amini », a-t-elle dit, ajoutant le slogan populaire de protestation « Femmes. Vie. Liberté », en farsi et en anglais.

Et sous les applaudissements du public, Haskel, d’origine canadienne, a pris une paire de ciseaux et s’est coupé deux mèches de cheveux avant de promettre à la foule que la conférence de l’année prochaine comptera des représentantes iraniennes.

Ces dernières semaines, les protestations ont fait rage dans tout l’Iran suite à la mort de Mahsa Amini, 22 ans, détenue par la police des mœurs du pays qui l’avait arrêtée parce qu’elle ne portait pas correctement son voile. Le régime iranien a nié toute responsabilité dans la mort d’Amini.

De nombreuses femmes se sont coupées les cheveux en public, tant en Iran qu’à l’étranger, en signe de protestation contre les règles religieuses strictes imposées aux Iraniennes depuis la révolution islamique de 1979.

Des femmes se coupent les cheveux lors d’une manifestation pour Mahsa Amini, morte en détention par la police des mœurs iranienne, à Montréal, Québec, au Canada, le 1er octobre 2022. (Crédit : Mathiew LEISER / AFP)

Haskel a déclaré à un public de plus de 2 000 personnes venant de 70 pays différents que lorsqu’Israël a récupéré l’intégralité de Jérusalem après la guerre des Six Jours de 1967, le pays s’est engagé à maintenir la ville sainte comme un lieu dédié à la protection des droits de tous.

« Les récents événements en Iran nous ont rappelé la chance que nous avons de vivre en Israël, un pays démocratique, où règnent la liberté de religion et la liberté d’expression, ainsi que l’égalité et les droits des femmes », a déclaré Haskel.

La semaine dernière, une centaine de personnes se sont rassemblées dans le parc de l’Indépendance à Jérusalem pour manifester leur solidarité avec les femmes iraniennes qui mènent les manifestations anti-gouvernementales depuis des semaines.

Tenant des pancartes en hébreu, en anglais et en farsi, les manifestants du centre-ville de Jérusalem – dont de nombreux Israéliens d’origine perse – ont scandé : « Femmes. Vie. Liberté. »

Le rassemblement était également co-organisé par la maire adjointe de Jérusalem, Fleur Hassan-Nahoum, qui s’est adressée à la foule en hébreu et en anglais.

« Nous n’avons jamais été contre le peuple iranien, nous sommes du côté de la nation iranienne et contre le cruel régime iranien qui tue des femmes sans aucune raison, et empêche les femmes de jouir de l’égalité des droits et empêche les gens de jouir de l’égalité des droits », a déclaré Mme Hassan-Nahoum.

Amy Spiro a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...