Shoah : La Lituanie expulse un militant opposé à la glorification des coupables
Rechercher

Shoah : La Lituanie expulse un militant opposé à la glorification des coupables

Un professeur d'histoire a critiqué les honneurs d'État décernés aux sympathisants du régime nazi, parmi lesquels Jonas Noreika, qui aurait orchestré le meurtre de Juifs

Capture d'écran de la vidéo de l'activiste espagnol Miquel Puertas. (YouTube)
Capture d'écran de la vidéo de l'activiste espagnol Miquel Puertas. (YouTube)

JTA – La police d’État lituanienne a arrêté un professeur d’université espagnol pour sa critique de la glorification des auteurs présumés de l’Holocauste, a déclaré un de ses co-militants.

Miquel Puertas, qui enseignait il y a quelques années la langue et l’histoire de son Espagne natale à l’université Vytautas Magnus de Kaunas, en Lituanie, a été arrêté le 25 août pour être expulsé en Espagne, a écrit mardi Stanislovas Tomas, un avocat lituanien spécialisé dans les droits de l’homme, dans son blog publié sur le site du Times of Israel.

Il est retenu en détention jusqu’à pouvoir embarquer à bord d’un vol direct vers l’Espagne, a écrit Tomas.

Puertas est persona non grata en Lituanie pour ses écrits critiques sur les honneurs d’Etat décernés là-bas aux responsables présumés de la Shoah, dont Jonas Noreika, gouverneur au service de l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, qui aurait organisé le massacre de Juifs et participé au vol de leurs biens.

Cette plaque commémorative à la mémoire du collaborateur nazi Jonas Noreika a été retirée de la bibliothèque de l’Académie des sciences de Vilnius en juillet 2019, mais les manifestants en ont réinstallé une nouvelle en septembre. (Alma Pater/Wikimedia Commons via JTA)

Le département de la sécurité d’État et le ministère de la Justice lituaniens n’ont pas répondu immédiatement aux questions sur l’affaire Puertas envoyées par email par la Jewish Telegraphic Agency.

La vénération des collaborateurs nazis, y compris les tueurs de Juifs, est un phénomène croissant en Europe de l’Est, où nombreux sont ceux qui considèrent ces individus comme des héros pour leur lutte contre la domination russe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...