Silence d’Israël et des Etats-Unis après l’e-mail de Powell sur le nucléaire israélien
Rechercher

Silence d’Israël et des Etats-Unis après l’e-mail de Powell sur le nucléaire israélien

Après la fuite d’un e-mail où il évalue la taille de l’armement atomique israélien suppose, l’ancien secrétaire d’Etat souligne qu’il faisait allusion à des estimations publiques

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

L'ancien secrétaire d'Etat américain Colin Powell et l'ancien chef d'Etat-major Benny Gantz à l'ambassade d'Israël à Washington, le 7 janvier 2015. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)
L'ancien secrétaire d'Etat américain Colin Powell et l'ancien chef d'Etat-major Benny Gantz à l'ambassade d'Israël à Washington, le 7 janvier 2015. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)

Responsables américains et israéliens ont fermement refusé de commenter vendredi l’évaluation de Colin Powell, ancien secrétaire d’Etat américain, sur les 200 armes nucléaires possédées par Israël, comme il l’a écrit dans un e-mail envoyé à un associé et qui a été diffusé par des pirates russes la semaine dernière.

En évoquant le discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu au Congrès en mars 2015 sur les dangers du nucléaire iranien dans un e-mail destiné à Jeffrey Leeds, donateur du parti démocrate, Colin Powell écrit qu’il doute que le régime iranien ne fasse usage de la bombe atomique, quand bien même il pourrait s’en procurer, parce que « à Téhéran, on sait qu’Israël à 200 bombes, toutes tournées vers l’Iran, et que nous en avons des milliers. » L’e-mail a été publié sur le site de politique étrangère LobeLog.

Itai Bardov, le porte-parole du l’ambassade israélienne à Washington, a refusé vendredi de parler de l’e-mail de Powell ou de la politique israélienne de ne pas commenter l’existence ou l’inexistence de ses armes nucléaires.

Interrogé vendredi sur le sujet, John Kirby, porte-parole du département d’Etat, a également refusé de commenter. « Je ne vais pas discuter de sujets du renseignement, a déclaré Kirby. Nous soutenons le traité de non-prolifération nucléaire. »

Le Centre de recherche nucléaire NEGEV, de Dimona. (Crédit : capture d'écran YouTube/Dixième chaîne)
Le Centre de recherche nucléaire NEGEV, de Dimona. (Crédit : capture d’écran YouTube/Dixième chaîne)

Powell, ancien général qui a également été conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche et chef d’Etat-major des armées américaines, a déclaré vendredi à Associated Press via sa porte-parole qu’il faisait référence aux estimations publiques de l’armement israélien.

Powell, 79 ans, n’a pas précisé s’il détenait toujours une habilitation de sécurité.

Selon un rapport de 2014 de la Fédération des scientifiques américains, l’Etat juif possèderait entre 80 et 400 armes nucléaires, bien que l’auteur du document estime ce nombre plus proche de 80.

L’e-mail de Powell, envoyé le 3 mars 2015, a doublé cette estimation. En tant qu’ancien chef d’État-major des armées des États-Unis, son estimation de 200 armes nucléaires est plus fiable que les approximations des « reportages des médias, des organes de réflexions et des analystes », cités dans le rapport de la Fédération.

Des e-mails précieux de Powell ont été publiés sur le site DCLeaks.com, et relayés par Buzzfeed News jeudi soir. Powell, contacté par Buzzfeed, n’a pas démenti l’authenticité de ces e-mails.

Ces e-mails, qui couvrent la période de mars 2015 au mois dernier, présentent une perspective inédite de l’opinion sans fard du très respecté général de l’armée à la retraite, qui a été secrétaire d’État sous George W. Bush.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...