Six « recruteurs » de l’EI condamnés à 5 à 7 ans de prison en Russie
Rechercher

Six « recruteurs » de l’EI condamnés à 5 à 7 ans de prison en Russie

Selon les services de renseignement russes, environ 2 000 Russes se battent dans les rangs de l'État islamique

Des combattants de l'Etat islamique, près de la frontière entre la Syrie et l'Irak (Crédit : YouTube capture d'écran / Vice)
Des combattants de l'Etat islamique, près de la frontière entre la Syrie et l'Irak (Crédit : YouTube capture d'écran / Vice)

La justice russe a condamné mardi six hommes à des peines allant de 5 à 7 ans de prison pour avoir tenté de recruter en Russie des candidats au jihad pour l’organisation État islamique (EI) en Syrie.

Jugés par un tribunal de Rostov-sur-le-Don, les deux principaux accusés ont été condamnés respectivement à six et sept ans de prison, tandis que leurs quatre complices ont écopé de cinq et six ans de détention, selon l’agence de presse publique Ria Novosti.

Les accusés, pour la plupart des étudiants qui ont en partie reconnu leur culpabilité, étaient soupçonnés d’avoir mis en place dès l’automne 2013 à Stavropol, dans le Caucase russe, une cellule destinée au recrutement de combattants pour les rangs de l’EI.

Selon le Parquet, ils ont loué un appartement à Stavropol dans lequel ils se réunissaient pour « prêcher les idées du jihad » et diffuser des vidéos appelant à se rendre en Syrie sur internet et sur les réseaux sociaux.

Selon les enquêteurs, ces hommes originaires des républiques musulmanes du Caucase et arrêtés en novembre 2014, sont parvenus en un an à convaincre quatre personnes de se rendre en Syrie en passant par la Turquie.

Deux des accusés ont en outre mis la main cet été sur deux pistolets, des grenades et des explosifs qu’ils gardaient en différents lieux de la région, selon la même source.

Selon les services de renseignement russes, environ 2 000 Russes se battent dans les rangs de l’organisation État islamique en Syrie et en Irak.

La Russie a commencé le 30 septembre une intervention militaire en Syrie. Moscou affirme viser uniquement les groupes terroristes djihadistes, dont l’EI, quand les Occidentaux l’accusent de frapper également les opposants au président syrien Bachar al-Assad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...