Six résidents arabes de Jaffa arrêtés pour agression d’un soldat de Tsahal
Rechercher

Six résidents arabes de Jaffa arrêtés pour agression d’un soldat de Tsahal

Les suspects, âgés d'une vingtaine d'années, doivent répondre de l'attaque qui a grièvement blessé un soldat ; parallèlement, le meurtre d'un homme juif à Lod serait nationaliste

Leon Shranin, 19 ans, a été grièvement blessé par une bande Arabe pendant des émeutes à Jaffa. '(Capture d'écran : Treizième chaîne)
Leon Shranin, 19 ans, a été grièvement blessé par une bande Arabe pendant des émeutes à Jaffa. '(Capture d'écran : Treizième chaîne)

La police a déclaré lundi avoir arrêté six suspects accusés d’avoir passé à tabac un soldat de Tsahal en uniforme et de lui avoir causé de graves blessures lors d’une émeute dans la ville côtière de Jaffa.

Les arrestations ont eu lieu le mois dernier, mais faisaient l’objet d’un embargo.

« Un acte d’accusation sérieux sera déposé ainsi qu’une demande de mise en détention jusqu’à la fin de la procédure », a déclaré la police dans un communiqué.

La police a indiqué qu’une opération d’infiltration conjointe avec le service de sécurité Shin Bet avait été menée en mai contre les suspects, tous résidents de Jaffa et âgés d’une vingtaine d’années. La détention provisoire des suspects a été prolongée à plusieurs reprises au tribunal de première instance de Tel Aviv pendant l’enquête.

Le soldat de 19 ans, Leon Shranin, est toujours en traitement de réhabilitation à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv, a déclaré la police.

Le 13 mai, Shranin a été laissé dans un état grave après avoir été battu, présentant une fracture du crâne et une hémorragie cérébrale, a déclaré à l’époque le centre médical Ichilov de Tel Aviv.

Shranin a déclaré plus tard à la Douzième chaîne qu’il se rendait chez son grand-père à Bat Yam, une ville voisine.

« Il ne devrait pas y avoir d’affrontements, c’est inutile, c’est insensé », a déclaré Shranin à la chaîne.

Shranin a pu se rendre en voiture à l’hôpital après avoir été attaqué.

L’attaque contre Shranin a eu lieu pendant une période de troubles qui a vu les pires violences entre les communautés juive et arabe depuis des décennies.

Lundi également, le quotidien Haaretz a rapporté qu’il y a de plus en plus d’indications selon lesquelles le meurtre de Yigal Yehoshua le mois dernier à Lod, dans le cadre de violences entre juifs et arabes, a été commis par une foule arabe avec un motif nationaliste.

Yigal Yehoshua, 56 ans, tué à l’aide d’une brique, lors d’émeutes ethniques à Lod (Crédit : autorisation)

Le journal a cité des responsables anonymes des forces de l’ordre qui ont déclaré qu’il y avait eu plusieurs développements importants au cours des deux dernières semaines dans l’enquête de police sur l’incident.

Les sources ont toutefois ajouté que l’accusation de meurtre était difficile à prouver à ce stade.

En mai, dans un contexte de combats intenses avec Gaza et de tensions à Jérusalem, les communautés juives et arabes d’Israël, ethniquement mélangées, se sont déchaînées dans des violences collectives, transformant les villes en véritables zones de guerre, la police ne parvenant pas à contenir les troubles internes les plus graves que le pays ait connus depuis des années.

Dans les semaines qui ont suivi l’apaisement des violences, la police a lancé une vaste opération visant à appréhender les suspects impliqués dans ces violences, ce qui a conduit à l’arrestation de plus de 1 550 personnes, en majorité des Arabes israéliens. Plus de 150 inculpations ont été prononcées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...