Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Soldats tués en Jordanie: la réponse américaine se précise

Biden tient l'Iran pour responsable, "dans la mesure où ils fournissent les armes" ; le porte-parole du Conseil de sécurité nationale évoque "une réponse graduée, pas une seule action mais potentiellement de multiples actions"

Le président américain Joe Biden s'exprimant à la brasserie Earth Rider à Superior, dans le Wisconsin, le 25 janvier 2024. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le président américain Joe Biden s'exprimant à la brasserie Earth Rider à Superior, dans le Wisconsin, le 25 janvier 2024. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Joe Biden a déclaré mardi qu’il avait décidé comment riposter après l’attaque qui a tué trois militaires américains au Moyen-Orient, une réponse qui prendra probablement la forme de représailles « multiples ».

Interrogé au sujet de l’Iran, le président américain a dit: « Je les tiens pour responsables dans la mesure où ils fournissent les armes aux gens qui ont fait ça », en l’occurrence les combattants ayant mené cette attaque meurtrière dimanche en Jordanie, tout près de la frontière syrienne.

En pleine année électorale, le démocrate de 81 ans, qui fait face à une intense pression de ses adversaires républicains pour répondre fermement à Téhéran, n’a pas donné plus de détails lors d’un échange rapide avec les journalistes à la Maison Blanche, avant de partir faire campagne en Floride (sud-est).

« Il est très possible que vous assistiez à une réponse graduée, pas une seule action mais potentiellement de multiples actions, » a ensuite assuré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, à bord de l’avion présidentiel.

La veille, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait évoqué des représailles « à plusieurs niveaux, menées par étapes et étalées dans le temps. »

Dans ce contexte de tension liée à la guerre entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas à Gaza, les Brigades du Hezbollah, un influent groupe armé pro-Iran en Irak, ont annoncé mardi « suspendre » leurs opérations militaires contre les troupes américaines.

Réagissant à cette annonce, le porte-parole du Pentagone Pat Ryder a estimé que « les actions parlent plus fort que les mots ».

Des terroristes du Kataeb Hezbollah tiennent les drapeaux jaunes de la branche irakienne du groupe chiite et un portrait de guide spirituel de l’Iran, l’ayatollah Ruhollah Khomeini, et marchent sur ​​un drapeau israélien peint sur ​​le sol pendant la journée d’al-Qods (Jérusalem), à Bagdad, le 25 Juillet 2014. (Crédit : AFP / Ali Al-Saadi)

« Forcer l’Iran à changer »

Avant de partir pour la Floride, où il doit lever des fonds pour sa campagne, Joe Biden s’est entretenu avec les familles des trois soldats tués.

C’est avec leur accord qu’il se rendra, selon John Kirby, à la base de Dover (nord-est) vendredi pour assister à une cérémonie à l’occasion du rapatriement des dépouilles.

Le président américain a aussi répété mardi qu’il ne voulait pas d’une « guerre plus étendue au Moyen-Orient », un leitmotiv des Américains depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, le 7 octobre.

L’attaque au drone dimanche a visé une base logistique américaine située en plein désert jordanien, à la frontière avec l’Irak et la Syrie. Elle a fait trois morts et plusieurs dizaines de blessés, selon l’armée américaine.

Des soldats jordaniens contrôlant la frontière entre la Syrie et la Jordanie, près de la ville de Nasib, dans le sud de la Syrie, le 1er juillet 2018. (Crédit : Mohamad Abazeed/AFP)

De quoi raviver les critiques de la droite américaine sur la stratégie de Joe Biden envers l’Iran, qu’elle juge bien trop complaisante.

Trois soldats sont morts « parce que Joe-la-Crapule a enrichi, encouragé et renforcé les ennemis des Etats-Unis », a déclaré dans un communiqué mardi soir l’ancien président Donald Trump, ultra favori pour décrocher l’investiture du parti républicain pour la présidentielle.

Le chef de file des sénateurs républicains, Mitch McConnell, a pour sa part déclaré : « Le monde entier attend de voir si le président se décide enfin à utiliser la puissance américaine pour forcer l’Iran à changer de comportement ».

Les Etats-Unis ont essuyé de nombreuses frappes contre des positions au Moyen-Orient depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas mais n’avaient jusqu’à dimanche pas déploré de pertes humaines.

« Très alarmant »

L’armée américaine a déjà répliqué, de manière ciblée, contre des groupes pro-Iran en Irak et en Syrie, tout comme elle a frappé au Yémen les Houthis, un mouvement soutenu par Téhéran qui multiplie les attaques contre des navires en mer Rouge et dans le Golfe d’Aden.

Les Américains ont encore abattu, dans la nuit de mardi à mercredi, un missile antinavire tirés par ces rebelles yéménites, sans faire ni blessés ni dégâts, a fait savoir le commandement américain au Moyen-Orient (Centcom).

Joe Biden ne veut surtout pas, en pleine année électorale, être entraîné dans un conflit régional étendu.

Il s’est jusqu’ici gardé de frapper directement l’Iran – que ce soit en visant son territoire ou de hauts responsables militaires.

Le président américain, qui se présente comme un garant de l’ordre et de la démocratie au niveau international, doit, en plus des critiques de ses adversaires politiques, encaisser les appels au calme des grandes rivales de l’Amérique, la Russie et la Chine.

« Nous considérons que le niveau de tension est très alarmant et que le moment est venu de prendre des mesures pour désamorcer les tensions », a déclaré mardi le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, à la presse qui l’interrogeait sur le risque de représailles américaines contre l’Iran, un allié de Moscou.

Pékin a de son côté appelé « toutes les parties concernées » au « calme et à la retenue ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.