Soudan : Echec d’une équipe médicale israélienne à sauver une diplomate
Rechercher

Soudan : Echec d’une équipe médicale israélienne à sauver une diplomate

24 heures après l'arrivée de l'équipe israélienne au Soudan, Najwa Gadaheldam, à l'origine de rapprochements avec Israël, est décédée, peu après avoir contracté le coronavirus

Najwa Gadaheldam. (Capture d'écran : Treizième chaîne)
Najwa Gadaheldam. (Capture d'écran : Treizième chaîne)

Israël a envoyé un avion avec du personnel et des équipements médicaux au Soudan pour tenter de sauver la vie d’une diplomate atteinte du COVID-19. Elle avait réussi à renouer des liens clandestins entre Jérusalem et Khartoum, a rapporté la Treizième chaîne.

Pourtant, 24 heures après leur arrivée, Najwa Gadaheldam est décédée, seulement quelques jours après avoir contracté le virus.

L’avion, qui a atterri à Khartoum mardi, transportait un responsable impliqué dans les liens diplomatiques avec le Soudan, du personnel et des équipements médicaux. L’avion a été envoyé après qu’Israël a appris qu’elle était malade, selon la Treizième chaîne. L’équipe médicale prévoyait de transporter Gadaheldam en Israël pour y être soignée, mais ils sont arrivés trop tard, elle était déjà dans un état critique.

Les deux pays sont officiellement en guerre, et la nouvelle serait probablement passée inaperçue si l’avion n’avait pas été repéré sur des sites de suivi du trafic aérien, en raison de son trajet inhabituel.

Lors de la réunion du cabinet dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré aux ministres qu’il s’était entretenu par téléphone avec le chef soudanais Abdel Fattah al-Burhane pour lui adresser ses vœux avant l’Eid al-Fitr qui marque la fin du mois saint musulman du Ramadan. La Treizième chaîne a supposé que la question de l’état de santé de Gadaheldam avait surement été abordée pendant l’appel.

Le général soudanais Abdel Fattah al-Burhan, chef du conseil militaire, s’exprime lors d’un rassemblement soutenu par l’armée, dans le district d’Omdurman, à l’ouest de Khartoum, au Soudan, le 29 juin 2019. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

Servant comme conseillère politique d’al-Burhane, Gadaheldam a joué un rôle clef dans les relations secrètes naissantes entre Khartoum et Jérusalem. Elles ont atteint un sommet en février avec une rencontre entre le dirigeant soudanais et Netanyahu en Ouganda, a expliqué la Treizième chaîne.

Netanyahu a vanté sa rencontre avec al-Burhane comme une réussite diplomatique majeure avant les élections de mars.

Israël et le Soudan « discutent [en vue d’une] normalisation rapide », avait déclaré Netanyahu à l’époque.

Pourtant, le cabinet soudanais avait ensuite déclaré qu’al-Burhane n’avait fait aucune promesse au Premier ministre israélien de « normaliser les liens » entre les deux pays. Il avait dit que la rencontre était une initiative personnelle.

Peu après la rencontre, des avions israéliens ont été autorisés à emprunter l’espace aérien soudanais.

Le Soudan, membre de longue date de la Ligue arabe, a rejoint d’autres Etats membres pour rejeter le plan pour le Moyen-Orient de l’administration Trump que les Palestiniens voient comme étant très favorable pour Israël. Pourtant, pour relancer l’économie du Soudan, la nouvelle administration cherche aussi à mettre un terme aux sanctions américaines alors que le pays est sur la liste des nations soutenant le terrorisme.

Israël reste techniquement en guerre avec le Soudan, qui a soutenu des islamistes intégristes – notamment un certain temps al-Qaeda – pendant le mandat du dirigeant renversé Omar al-Bashir.

Al-Bashir a été renversé lors d’un coup militaire en 2019 en pleines protestations pro-démocratie. Burhane dirige le conseil transitionnel qui contrôle désormais le pays.

La rencontre de Netanyahu et de Burhan a été gardée secrète jusqu’à sa tenue en raison de la sensibilité d’une rencontre entre un dirigent soudanais avec le Premier ministre d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...