Souveraineté israélienne sur le Golan: l’UE n’emboîtera pas le pas aux USA
Rechercher

Souveraineté israélienne sur le Golan: l’UE n’emboîtera pas le pas aux USA

La Syrie, la Russie, l'Iran et la Turquie ont condamné l'annonce-surprise du président américain, avertissant qu'elle peut déstabiliser la région

Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, pendant une conférence de presse à Bucarest, le 7 octobre 2016. (Crédit : Daniel Mihailescu/AFP)
Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, pendant une conférence de presse à Bucarest, le 7 octobre 2016. (Crédit : Daniel Mihailescu/AFP)

L’Union européenne ne reconnaîtra pas la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan suite à la déclaration du président Donald Trump qui a affirmé que les Etats-Unis le feraient pour leur part, a expliqué vendredi matin une porte-parole de l’UE.

« L’Union européenne, conformément au droit international, ne reconnaît pas la souveraineté israélienne sur les territoires occupés par le pays depuis le mois de juillet 1967, parmi lesquels le plateau du Golan, et ne les considère pas comme faisant partie du territoire israélien », a dit Maya Kosyanchich, porte-parole de la cheffe de la politique étrangère de l’Union, Federica Mogherini, dans un communiqué retransmis par plusieurs médias d’information.

Ces propos ont été tenus alors que l’initiative prise par Trump a été fortement condamnée par la Syrie et ses alliés de Russie et d’Iran ainsi que par le président de la Turquie.

Avec le style qui est le sien, Trump a fait cette annonce dans un tweet publié jeudi, rejetant 50 années de politique américaine depuis la capture par Israël du plateau stratégique à la Syrie pendant la guerre des Six jours de 1967.

L’agence de presse syrienne officielle SANA, citant un responsable du ministère des Affaires étrangères dont le nom n’a pas été précisé, a fustigé une décision « irresponsable », évoquant une violation des résolutions des Nations unies concernant le statut du territoire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...