Sur les 25 000 SDF en Israël, 10 % sont suivis par les services sociaux
Rechercher

Sur les 25 000 SDF en Israël, 10 % sont suivis par les services sociaux

Selon les chiffres du gouvernement, 1 872 personnes seraient éligibles à l'aide sociale, les militants des droits civiques en dénombrent beaucoup plus

Une femme sans-abri. (Capture d'écran Dixième chaîne)
Une femme sans-abri. (Capture d'écran Dixième chaîne)

Le nombre de sans-abri aidés par les services sociaux israéliens est inférieur à 10 % du nombre de sans-abri dans le pays, qui, selon les militants locaux des droits civiques s’élèvent à 25 000 – chiffre très supérieur aux chiffres officiels en raison des critères stricts des autorités, a rapporté lundi la Dixième chaîne d’information.

En 2016, dernière année pour laquelle il existe des chiffres, le ministère des Affaires sociales et des Services sociaux n’a traité que 1 872 personnes SDF.

En revanche, l’Association pour les droits civils en Israël estime à 25 000 les personnes sans-abri.

Pour que les personnes soient définies comme sans-abri selon les critères du ministère des Services sociaux, elles doivent avoir plus de 18 ans, vivre dans la rue et être coupées de leur famille, être dans un état physique ou mental instable, avoir des antécédents de maladie mentale ou physique, être drogué, incapable de fonctionner dans la plupart des domaines de sa vie, avoir des antécédents de violence ou être incapable de se battre pour de meilleures conditions.

Un SDF (Capture d’écran Dixième chaîne)

Ces critères excluent les adolescents et les enfants, les prisonniers nouvellement libérés, les personnes à qui les tribunaux ont ordonné de rester loin de chez eux ou autres, selon le rapport.

Les familles sans-abri ne répondent pas du tout aux critères du ministère. Ils dépendent du ministère du Logement et de la Construction.

En outre, selon la Dixième chaîne, le budget annuel du ministère des Services sociaux de 14,5 millions de shekels (4,3 millions de dollars) n’est pas utilisé pour aider à offrir un toit aux sans-abri et ensuite commencer à les réadapter, comme cela se fait dans la plupart des pays développés.

Un sans-abri (Capture d’écran Dixième chaîne)

Les fonds visent d’abord à la réadaptation – en enseignant aux sans-abri leurs droits et en les initiant à des programmes de réadaptation – tout cela alors qu’ils n’ont toujours pas de foyer adéquat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...