Syrie : 11 combattants pro-régime tués dans des explosions – OSDH
Rechercher

Syrie : 11 combattants pro-régime tués dans des explosions – OSDH

Les explosions ont secoué un aéroport militaire du régime dans le centre du pays, a annoncé une ONG qui avance la thèse d'un "incident technique"

De la fumée est observée à la suite de signalements d'explosions à la base aérienne de Hama en Syrie le 18 mai 2018. (Capture d'écran : Twitter)
De la fumée est observée à la suite de signalements d'explosions à la base aérienne de Hama en Syrie le 18 mai 2018. (Capture d'écran : Twitter)

Au moins 11 combattants pro-régime ont été tués vendredi en Syrie dans des explosions ayant secoué un aéroport militaire du régime dans le centre du pays, a annoncé une ONG qui avance la thèse d’un « incident technique ».

« De violentes explosions ont frappé des entrepôts d’armes et de carburants dans un aéroport militaire de la province de Hama », dans le centre syrien, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Il y a 11 morts parmi les forces du régime et les combattants alliés, ainsi que des dizaines de blessés et de disparus », a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les causes exactes des explosions demeurent inconnues, mais « elles sont probablement dues à un incident technique », a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

L’agence officielle Sana a rapporté des « explosions entendues » dans l’aéroport et ses environs, sans toutefois fournir plus de détails.

L’incident intervient dans un contexte particulièrement tendu. Ces dernières semaines, Israël a mené de nombreux raids aériens contre des bases militaires du régime en Syrie, mais aussi contre des cibles présentées comme iraniennes, Téhéran étant un allié crucial du régime de Damas.

L’Etat hébreu a ainsi mené dans la nuit du 9 au 10 mai des dizaines de raids aériens meurtriers contre des cibles « iraniennes », affirmant riposter à des tirs de roquettes « iraniennes » en provenance du territoire syrien contre la partie israélienne du plateau du Golan.

Israël, qui reste officiellement en état de guerre avec Damas, ne cesse de proclamer qu’il ne permettra pas à Téhéran de se servir de la Syrie comme tête de pont contre lui.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime, le conflit en Syrie s’est complexifié au fil des ans avec l’implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 350 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...