Rechercher

Syrie : L’aéroport de Damas à l’arrêt après un raid israélien

Ce n'est pas la première fois que l'aéroport de Damas est pris pour cible par Israël, mais la suspension des vols est un fait rare

Les dégâts commis à l'aéroport de Damas sur une photo du 11 juin 2022. (Crédit : Observatoire syrien des droits de l'Homme)
Les dégâts commis à l'aéroport de Damas sur une photo du 11 juin 2022. (Crédit : Observatoire syrien des droits de l'Homme)

L’aéroport international de Damas, qui a subi d’importants dégâts après un raid israélien, est à l’arrêt jusqu’à nouvel ordre en attendant la fin des travaux de réparation entamés samedi.

Vendredi avant l’aube, l’aviation israélienne a bombardé l’aéroport situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d’atterrissage hors-service.

« L’aviation civile et les entreprises nationales compétentes travaillent (…) à réparer les dommages importants », a indiqué dans un communiqué le ministère syrien des Transports, précisant que le trafic aérien, suspendu vendredi, reprendra dès que les travaux seront achevés et la sécurité de l’aéroport assurée.

Ce n’est pas la première fois que l’aéroport de Damas est pris pour cible par Israël, mais la suspension des vols est un fait rare.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une piste d’atterrissage avait été endommagée et mise hors-service en 2021 après un raid israélien visant des dépôts appartenant aux milices pro-iraniennes près de l’aéroport.

Une firme de renseignement par satellite israélienne a indiqué vendredi que les frappes avaient « complètement paralysé » les opérations sur les pistes de l’aéroport, mais elle n’a pas mentionné les structures qui auraient été touchées par ailleurs.

Cette photo diffusée par ImageSat montre l’aéroport international de Damas après une frappe attribuée à Israël, le 10 juin 2022. (Crédit : ImageSat International)

Dépôts d’armes

Le 20 mai, des missiles israéliens sol-sol ont tué au moins trois officiers syriens près de Damas, selon l’OSDH. Un incendie s’était déclaré près de l’aéroport après cette attaque, où des ambulances ont été vues se ruer vers le site des frappes, selon cette même source.

D’après l’ONG, l’attaque de ce vendredi a touché la seule piste encore en service de l’aéroport, ainsi que plusieurs bâtiments adjacents.

« La piste d’atterrissage, la tour de contrôle, trois hangars, des dépôts ainsi que des salles d’accueil ont été gravement endommagés par les frappes israéliennes », a précisé l’OSDH qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie.

Selon l’Observatoire, certaines salles d’accueil sont utilisées pour recevoir des hauts responsables iraniens et des membres du Hezbollah libanais tandis que les dépôts sont utilisés pour stocker des armes en provenance de l’Iran.

Toujours selon la même source, qui a fait état d’un nombre indéterminé de blessés, les missiles israéliens tirés vendredi vers l’aéroport ont ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes.

Des images satellitaires publiées sur Twitter montrent trois zones distinctes de dommages sur chacune des deux pistes de l’aéroport, une militaire et une civile.

Cette photo diffusée par ImageSat montre l’aéroport international de Damas après une frappe attribuée à Israël, le 10 juin 2022. (Crédit : ImageSat International)

Violation inacceptable

La Syrie a admis samedi que ces frappes sur l’aéroport de Damas avaient entraîné des « dégâts significatifs » aux infrastructures et que la piste principale resterait inutilisable jusqu’à une date indéterminée.

Le communiqué établi par le ministère des Transports a été le premier détaillant l’étendue des dégâts.

Le ministère a confirmé que tous les vols depuis et vers l’aéroport étaient encore suspendus parce que « certains équipements techniques avaient cessé de fonctionner ».

Le communiqué de samedi a indiqué que la piste avait été endommagée « sur plusieurs sites » et que le deuxième terminal de l’aéroport avait été frappé.

« En résultat de ces dommages, les vols atterrissant et décollant de l’aéroport ont été suspendus jusqu’à une date indéterminée », a-t-il continué.

« L’aviation civile et les entreprises nationales œuvrent… à réparer les dégâts importants à l’aéroport », a poursuivi le ministère.

Le ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Al-Mokdad a reçu un appel de son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian, selon l’agence officielle Sana, qui a rapporté que les deux hommes avaient condamné l’agression israélienne.

La Syrie « se défendra par tous les moyens légitimes » face aux attaques israéliennes et poursuivra sa lutte contre le terrorisme, a déclaré M. Mokdad.

« Les bombardements israéliens continus sur le territoire syrien sont une violation des normes internationales absolument inacceptable », a déclaré vendredi soir la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. Moscou condamne « fermement l’attaque provocatrice d’Israël contre une infrastructure civile essentielle » qui a mis en « danger la vie d’innocents ».

Israël commente très rarement chacun de ses raids en Syrie, mais reconnaît y avoir mené des centaines de frappes aériennes depuis le début de la guerre chez son voisin en 2011.

Les autorités israéliennes affirment qu’elles ne permettront pas à l’Iran, ennemi juré, d’étendre son influence aux frontières d’Israël.

Avec le Hezbollah pro-iranien, autre bête noire d’Israël, l’Iran aide militairement le régime syrien de Bachar al-Assad dans la guerre.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500 000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...