Syrie : Le monde appelé à la générosité après 10 ans de guerre
Rechercher

Syrie : Le monde appelé à la générosité après 10 ans de guerre

Une conférence de donateurs est organisée lundi et mardi par les Nations unies et l'Union européenne pour venir en aide à la Syrie et aux réfugiés répartis dans toute la région

Illustration : Oussama, un garçon de quatorze ans qui a perdu un pied lors d'un raid aérien mené par les forces gouvernementales syriennes, marche dans une rue du côté occupé par les rebelles de la ville d'Alep, dans le nord du pays, le 19 septembre 2015. (Baraa al-Halabi/AFP)
Illustration : Oussama, un garçon de quatorze ans qui a perdu un pied lors d'un raid aérien mené par les forces gouvernementales syriennes, marche dans une rue du côté occupé par les rebelles de la ville d'Alep, dans le nord du pays, le 19 septembre 2015. (Baraa al-Halabi/AFP)

La communauté internationale est appelée à soutenir financièrement la Syrie, ravagée par dix ans de guerre, et les réfugiés syriens répartis dans tout le Proche-Orient, lors d’une conférence de donateurs organisée lundi et mardi par les Nations unies et l’Union européenne.

« Avec l’impact supplémentaire de la COVID-19, il n’y a pas de répit pour les civils en Syrie qui font face à une augmentation de la faim et de la pauvreté, à des déplacements et des attaques continues », ont souligné dans un communiqué les différents organismes de l’ONU impliqués.

Pour cause de pandémie, cette 5e édition de la « conférence de Bruxelles pour la Syrie » est organisée à distance, réunissant virtuellement quelque 80 délégations – de 50 pays participants, auxquels s’ajoutent des ONG, institutions financières internationales et des agences de l’ONU.

L’objectif affiché est de collecter plus de 10 milliards de dollars : « Au moins 4,2 milliards pour la réponse humanitaire à l’intérieur de la Syrie et 5,8 milliards supplémentaires pour soutenir les réfugiés et les communautés d’accueil dans la région », précisent les Nations unies.

Le Liban, la Jordanie, la Turquie, l’Irak et l’Egypte ont dû supporter aussi les conséquences de dix ans de guerre entre les rebelles syriens et le régime de Bachar al-Assad, est-il rappelé.

Le camp de réfugiés syriens d’Azrak, en Jordanie, le 17 mai 2017. (Crédit : Ahmad Abdo/AFP)

Les pays voisins de la Syrie accueillent 80 % des réfugiés syriens « dans ce qui reste la plus grande crise de réfugiés au monde », souligne le communiqué. L’aide financière doit notamment faciliter l’accès à l’enseignement pour les enfants réfugiés dans ces pays.

En juin dernier, la précédente édition de la conférence des donateurs s’était soldée par des promesses de financement à hauteur de 5,5 milliards de dollars pour l’année 2020, toujours selon l’ONU.

De son côté la Commission européenne avait évoqué « des engagements » totalisant 7,7 milliards de dollars, dont une part de près de 30 % correspondant à des promesses pour 2021.

L’UE et ses 27 États membres revendiquent d’avoir contribué pour les deux tiers de ce total de 7,7 milliards.

Au premier jour de la conférence, lundi, différentes plateformes de débat sont prévues, incluant notamment des ONG et les pays d’accueil de réfugiés, tandis que la réunion de toutes les délégations (« au moins 77 ») aura lieu mardi, selon un communiqué des services de Josep Borrell, chef de la diplomatie de l’UE.

Le montant des engagements devrait être connu mardi en fin de journée.

Les organismes de l’ONU impliqués dans l’organisation sont le Bureau de la coordination des Affaires humanitaires (OCHA en anglais), le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Déclenché en mars 2011 par la répression d’une révolte populaire, le conflit en Syrie s’est transformé en guerre dévastatrice, qui a fait plus de 387 000 morts, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). La guerre a aussi poussé à l’exode des millions de personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...