Taxis « casher » Gett : Plainte pour discrimination contre les chauffeurs arabes
Rechercher

Taxis « casher » Gett : Plainte pour discrimination contre les chauffeurs arabes

La TV israélienne a diffusé une caméra cachée d'un représentant disant que son service "Mehadrin" n'est pas pour les religieux, mais pour ceux qui ne veulent pas de chauffeur arabe

Plaque sur un taxi à Tel Aviv pour GetTaxi, l'ancien nom de Gett. (Autorisation)
Plaque sur un taxi à Tel Aviv pour GetTaxi, l'ancien nom de Gett. (Autorisation)

Un recours collectif a été intenté contre Gett, une application israélienne de taxis, qui propose un service prétendument discriminatoire à l’égard des chauffeurs de taxi arabes.

À Jérusalem, la compagnie offre une option aux juifs pratiquants qui souhaitent héler un taxi qui n’est pas utilisé pendant le Shabbat ou les fêtes juives. Le service proposé sur l’application Gett s’appelle « Mehadrin », un terme désignant un niveau de respect très rigoureux des lois alimentaires juives.

La plainte, qui a été déposée cette semaine, accuse le service d’être discriminatoire envers les nombreux chauffeurs de taxi arabes de la ville, dont beaucoup conduisent pendant le jour de repos juif.

« Ils lui donnent un titre religieux. Mais, en fait, c’est une procuration pour un service raciste qui fournit des taxis avec des chauffeurs juifs », a déclaré l’avocat Assaf Pink au Guardian.

La poursuite réclame plus de 200 millions de shekels (50 millions d’euros) de dommages et intérêts et a été déposée au nom de 940 chauffeurs de taxi arabes, selon la Douzième chaîne.

Jeudi, cette chaîne a diffusé des images de caméras cachées de détectives privés dans lesquelles un chauffeur de taxi est interrogé sur le service.

« Ordures. Ces enfoirés », répond le chauffeur de taxi lorsqu’on l’interroge sur les chauffeurs de taxi arabes. « Pourquoi donner de l’argent à un Arabe ? »

Lorsqu’on lui demande ce qu’est le service « Mehadrin », le chauffeur
répond : « ce ne sont que des chauffeurs Juifs ».

« Les gens ne veulent pas monter avec des Arabes », dit-il.

Des taxis circulent à Jérusalem, le 30 décembre 2019. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Dans un autre clip, un employé de Gett chargé d’inscrire les chauffeurs de « Mehadrin » à Jérusalem affirme que le service ne s’adresse pas vraiment au public religieux.

« Gett Mehadrin n’est pas réservé aux religieux, c’est pour les gens qui ne veulent pas d’un chauffeur arabe », entend-on dire.

Le représentant de Gett déclare également qu’il n’y a actuellement aucun chauffeur arabe engagé dans le service.

« J’ai 1 500 chauffeurs arabes ici, pas même un seul d’entre eux n’est Mehadrin… et ne le sera pas », dit-il.

La plainte remet également en question la légitimité d’une telle exigence religieuse, dans la mesure où de nombreux Juifs pratiquants s’inquiètent de la situation des Juifs qui travaillent le jour du Shabbat.

Gett n’a pas précisé combien il y a de chauffeurs arabes « Mehadrin », mais a nié que le service soit discriminatoire.

« Tout conducteur, quelle que soit sa croyance religieuse, peut conduire dans cette flotte. Nous pensons que ce service est conforme aux lois et règlements israéliens en vigueur », a déclaré un porte-parole de Gett au Guardian.

Outre l’entreprise elle-même, la plainte porte également sur le PDG de Gett, Dave Waiser, et le directeur de Gett Israel, Mark Oun.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...