Tel Aviv inaugure le premier centre au monde de lutte contre les pandémies
Rechercher

Tel Aviv inaugure le premier centre au monde de lutte contre les pandémies

L’université de Tel Aviv abrite le premier Centre interdisciplinaire spécialisé contre les virus ; Izhar Shay, ministre des Sciences, a participé à l'inauguration

L’université de Tel Aviv a inauguré le 18 octobre dernier lors d’une cérémonie virtuelle le premier Centre interdisciplinaire au monde de lutte contre les pandémies, a rapporté le site de l’Association française de l’Université de Tel Aviv.

Izhar Shay, ministre israélien de la Science et de la Technologie, a participé à l’évènement. Le professeur Ariel Porat, président de l’université, le docteur Itai Benhar, directeur du nouveau centre, ainsi que les donateurs et les gouverneurs de l’université étaient également présents en ligne.

La réunion a été notamment l’occasion de faire le point sur la pandémie actuelle et sur les vaccins en développement.

« Lorsque l’épidémie a débuté il y a dix mois, l’université a réalisé que pour faire face à la crise imminente et anticiper les suivantes, nous devions avoir des outils et des protocoles en place qui nous permettraient d’effectuer rapidement des analyses et des tests et de développer des vaccins et des traitements pour préserver la sécurité et la résilience du public et sauvegarder l’économie », a expliqué le Dr. Benhar.

« C’est pourquoi nous avons lancé ce centre, premier de ce type en Israël et probablement dans le monde, fondé sur la culture d’interdisciplinarité de notre campus et ses liens avec les hôpitaux et l’industrie. Sa stratégie est basée sur quatre lignes directrices : la construction d’un savoir médical pour une réaction rapide efficace, la préparation aux épidémies sur le plan national, la planification de la résilience sociale et économique, et le dialogue de toutes les disciplines existantes sur le campus. »

Le centre de lutte contre les pandémies de l’Université de Tel Aviv. (Crédit : Ronit Sachi / Site de l’Association française de l’Université de Tel Aviv)

« Nous avons réalisé plus rapidement que toutes les autres universités que la crise du coronavirus n’est pas seulement un problème épidémiologique, mais un évènement multidimensionnel, qui concerne aussi bien l’économie, le droit, la sociologie et la psychologie que l’histoire », a ajouté le professeur Porat. « Aussi avons-nous créé une plateforme d’un millier de professeurs de l’université de Tel Aviv et d’autres institutions universitaires de tout le pays, pour aider le gouvernement israélien à faire face à l’épidémie. Dans une deuxième étape, l’université a initié une collaboration avec le Mossad qui a débouché sur la formation d’un groupe de 15 chercheurs provenant des sept institutions de recherche du pays, dont j’étais à la tête. Ensemble, nous avons mis au point une stratégie de sortie du confinement dit Plan ‘du feu de signalisation’ (Ramzor), qui a été repris par la suite par le coordinateur national de la crise du coronavirus en Israël, le professeur Roni Gamzu. Le coronavirus finira par prendre fin, mais malheureusement nous aurons d’autres pandémies. C’est pourquoi à l’université de Tel Aviv nous voulons être prêts, pour aider l’Etat d’Israël et la communauté mondiale dans cet effort. »

Le ministre Izhar Shay a ensuite déclaré : « Au nom du gouvernement et du cabinet de lutte contre le coronavirus, je félicite l’université de Tel Aviv pour l’établissement de ce nouveau centre de lutte contre les pandémies. Je suis persuadé qu’il nous aidera à faire faire aux défis de la COVID-19 et des autres pandémies malheureusement à craindre dans les prochaines décennies. Il est très important d’établir un centre de recherche pour accumuler les connaissances et les innovations qui aideront le monde à faire face à ces futurs défis. Un tel centre aura un impact sur la position d’Israël comme leader mondial dans le domaine de l’innovation et des percées scientifiques pour la lutte contre les épidémies. Les universités israéliennes, au sein desquelles l’université de Tel Aviv occupe une place prédominante, jouent un rôle majeur dans la promotion de l’innovation et procurent au gouvernement israélien une base solide pour faire face aux divers défis, la pandémie du coronavirus constituant un exemple intéressant de la manière dont le gouvernement israélien se repose sur la recherche universitaire, et l’apport significatif des universités dans la promotion des diverses solutions aux défis qui se présentent. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...