Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Tensions avec le Hezbollah : Halevi et Herzog à la frontière israélo-libanaise

L'armée a indiqué avoir informé le chef d'état-major des "derniers incidents à la frontière ; le président à mis en garde le groupe terroriste contre toute action menaçant Israël

Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Herzi Halevi, visite la frontière nord le 2 août 2023. (Crédit : armée israélienne)
Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Herzi Halevi, visite la frontière nord le 2 août 2023. (Crédit : armée israélienne)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Herzi Halevi, et le président Isaac Herzog se sont rendus séparément mercredi à la frontière nord d’Israël avec le Liban, dans un contexte de tensions accrues vis-à-vis de l’organisation terroriste Hezbollah.

Selon l’armée, Halevi a visité la nouvelle barrière de sécurité qu’Israël construit le long de la frontière, entièrement en territoire israélien, et a rencontré des officiers chargés de surveiller la zone.

Un communiqué de l’armée israélienne indique qu’il a également tenu des délibérations avec des commandants qui « ont examiné les derniers incidents survenus à la frontière et présenté une variété de moyens utilisés par la division pour perturber et déjouer les violations de la souveraineté [israélienne] dans la zone frontalière ».

Ces dernières semaines, des activités du Hezbollah ont été repérées à plusieurs reprises le long de la frontière avec Israël, des incidents qu’Israël considère comme des provocations délibérées. Des tentes ont notamment été érigées au-delà de la Ligne bleue reconnue par les Nations unies. Le groupe soutenu par l’Iran a ensuite démonté l’une d’elles, tout en menaçant d’attaquer si Israël décidait de démanteler l’autre.

Lors de sa visite à la frontière, le président Isaac Herzog a averti le Hezbollah de ne pas tester la détermination d’Israël, alors que lui-même et plusieurs soldats utilisaient des jumelles pour observer le Liban.

« Je veux dire à nos ennemis – en particulier au Hezbollah de l’autre côté de la frontière – de ne pas se tromper », a-t-il déclaré. « L’armée israélienne est forte, elle est unie. Elle est capable de protéger et de défendre notre souveraineté, ainsi que la sécurité et le bien-être du peuple d’Israël. C’est notre priorité absolue. »

Le président a également exprimé sa sympathie à l’égard des citoyens libanais : « Nous tendons la main au peuple libanais. Ils ne méritent pas cela, ils ne méritent pas le sort iranien qui tue et ruine de nombreuses régions de leur pays. Ils ne méritent absolument pas l’implication du Hezbollah, qui sape leur stabilité et leur bien-être. »

Le président Isaac Herzog visite la frontière entre Israël et le Liban le 2 août 2023. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Au cours du week-end, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a averti que son organisation chiite répondrait à tout « acte stupide » de la part d’Israël. Plus tard, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réagi aux propos de Nasrallah en déclarant qu’il était « préférable qu’il ne nous mette pas à l’épreuve ».

Au cours d’une réunion distincte dimanche, les responsables de la Défense ont présenté à Netanyahu un aperçu des renseignements et des évaluations de la situation, selon la Douzième chaîne, qui a déclaré que Nasrallah est susceptible de mener des provocations le long de la frontière, sentant qu’Israël, confronté à une crise interne en cours due à la refonte judiciaire, ne réagira pas fermement.

À la suite de cette réunion, le bureau de Netanyahu a publié une déclaration vague indiquant que le Premier ministre avait accepté les recommandations et les plans d’action proposés par l’armée israélienne et l’establishment de la défense, sans donner de détails.

Des enfants passant à vélo devant une affiche du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, dans le village frontalier libanais de Marwaheen, le 12 juillet 2023. (Crédit : Mohammed Zaatari/AP)

Les tensions à la frontière entre Israël et le Liban se sont récemment accrues. Israël et le Liban n’ont pas de frontière officielle en raison de différends territoriaux, mais ils respectent en grande partie la Ligne bleue reconnue par les Nations unies. La Ligne bleue est marquée par des barils bleus le long de la frontière et se trouve à plusieurs mètres de la clôture israélienne dans certaines zones, qui est entièrement construite sur le territoire israélien.

La zone où les tentes ont été dressées a été prise à la Syrie par Israël lors de la guerre des Six Jours en 1967, puis annexée de fait avec le plateau du Golan et le village de Ghajar. Le gouvernement libanais affirme que la zone appartient au Liban.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.