Tribunal de Haïfa: les enfants peuvent être vaccinés même si un parent s’oppose
Rechercher

Tribunal de Haïfa: les enfants peuvent être vaccinés même si un parent s’oppose

Dans deux décisions distinctes, les juges ont déclaré que les adolescents qui veulent se faire vacciner ont le droit de le faire

Un adolescent israélien reçoit un vaccin COVID-19 dans une clinique Maccabi à Tel Aviv, le 22 juin2021 (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90) 
Un adolescent israélien reçoit un vaccin COVID-19 dans une clinique Maccabi à Tel Aviv, le 22 juin2021 (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90) 

Les tribunaux israéliens ont décidé que les enfants mineurs ne peuvent pas être empêchés de se faire vacciner contre le COVID-19 même si l’un de leurs parents s’y oppose.

Le mois dernier, Israël a approuvé la vaccination des enfants dès l’âge de 12 ans et, quelques semaines plus tard, a lancé une campagne visant à distribuer des doses au plus grand nombre possible d’adolescents, en réponse à une recrudescence des cas de COVID-19.

Deux affaires récentes dans lesquelles l’un des parents était favorable à la vaccination de son enfant et l’autre y était opposé ont été portées devant les tribunaux ces dernières semaines et ont donné lieu à des jugements similaires.

La semaine dernière, le tribunal de la famille de Haïfa a accepté la demande de deux frères de 15 ans de se faire vacciner, selon les médias israéliens. La demande était soutenue par leur mère, bien que leur père s’y soit opposé.

La juge Shelly Eisenberg a déclaré que, dans ces circonstances, le bien-être, la santé et la volonté expresse des garçons étaient les plus importants. Elle a rejeté l’argument du père selon lequel il n’y a aucune urgence à se faire vacciner.

Les garçons avaient déclaré que le vaccin les aiderait à continuer à participer à des sports de compétition dans lesquels ils sont en contact étroit avec les membres de leur groupe d’âge, dont la plupart ne sont pas vaccinés.

Jeudi, le tribunal de district de Haïfa a rejeté l’appel d’une femme contre une décision d’un tribunal inférieur qui a déclaré que sa fille pouvait être vaccinée malgré l’objection de la mère. Dans cette affaire, le père a soutenu le souhait de la fille de se faire vacciner.

Le tribunal a jugé que la recommandation du ministère de la santé de vacciner les personnes âgées de 12 à 15 ans était conforme à la loi et a également accepté l’argument selon lequel les périodes de quarantaine répétées ont affecté la santé mentale de la jeune fille.

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que la vaccination, en particulier pour les enfants, est cruciale pour freiner la propagation de l’épidémie et éviter la réintroduction des restrictions qui ont été imposées au cours de l’année dernière. La plupart des adultes ont déjà été vaccinés.

La résurgence du virus est devenue un problème majeur pour le nouveau gouvernement de M. Bennett, moins de deux mois après que le nombre de cas a pourtant drastiquement diminué, permettant à Israël de lever la plupart des restrictions et de rouvrir la vie publique.

La résurgence du coronavirus en Israël a été largement attribuée à la propagation de la variante Delta, qui a été détectée pour la première fois en Inde et qui serait deux fois plus contagieuse que la souche COVID originale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...