Trois démocrates juifs sur le front de la 2e procédure d’impeachment de Trump
Rechercher

Trois démocrates juifs sur le front de la 2e procédure d’impeachment de Trump

David Cicilline, Jamie Raskin, Jerry Nadler parrainent la résolution visant à écarter Trump suite aux incidents du Capitole ; Elissa Slotkin ne s'est pas encore prononcée

David Cicilline,  membre démocrate de la chambre des représentants (Rhode Island) parle aux journalistes aux abords de la chambre, au Capitole de Washington, le 11 janvier 2021. (Crédit :  (AP Photo/J. Scott Applewhite)
David Cicilline, membre démocrate de la chambre des représentants (Rhode Island) parle aux journalistes aux abords de la chambre, au Capitole de Washington, le 11 janvier 2021. (Crédit : (AP Photo/J. Scott Applewhite)

JTA — Trois des quatre démocrates à la tête de la deuxième procédure d’impeachment lancée à l’encontre du président Donald Trump sont Juifs : Il s’agit de David Cicilline de Rhode Island, qui en est le principal parrain, et de Jamie Raskin (Maryland) et de Jerry Nadler (New York).

Le quatrième parrain des articles qui, dans l’acte d’accusation soumis devant la chambre, affirme que Trump a incité directement à l’invasion meurtrière, la semaine dernière, du Capitole, est Ted Lieu de Californie.

Les quatre députés sont membres de la Commission judiciaire de la chambre des représentants – qui assume traditionnellement un rôle déterminant dans les procédures d’impeachment – dont Nadler est le président. Raskin est un spécialiste de la constitution américaine.

Sur les 25 démocrates juifs que compte le nouveau Congrès, une seule doit encore se prononcer sur son positionnement concernant la procédure d’impeachment : il s’agit d’Elissa Slotkin (Michigan) qui fait partie des douze démocrates seulement à ne pas avoir signé cet appel à la procédure de destitution.

Slotkin, une modérée qui a travaillé dans les services de sécurité nationale, avait joué un rôle spectaculaire en persuadant les autres démocrates modérés de soutenir le premier impeachment lancé contre Trump en 2019 – une initiative à laquelle elle avait été initialement défavorable.

Cette fois-ci, les autres démocrates modérés qui, comme Slotkin, avaient répugné, en 2019, à approuver la première procédure contre Trump avant qu’elle ne soit elle-même très avancée ont d’ores et déjà donné leur feu vert à la seconde au vu des événements survenus au Capitole. Mais Slotkin ne l’a pas fait elle-même et elle doit encore expliquer les raisons de ce positionnement.

Slotkin avait indiqué, la semaine dernière, qu’elle était favorable à l’invocation du 25è Amendement, qui permet un transfert du pouvoir quand un président est dans l’incapacité de continuer à diriger le pays. Cela obligerait le vice-président Mike Pence à lancer la procédure d’éviction de Trump de la Maison-Blanche – une éventualité qui a été rejetée par Pence.

L’élue du Michigan Elissa Slotkin quitte une réunion du House Democratic Caucus au Capitole à Washington, le 24 septembre 2019. (AP Photo/J. Scott Applewhite)

Cette option avait été initialement favorisée par de nombreux démocrates. Raskin avait rédigé une résolution recommandant vivement à Pence d’invoquer le 25è Amendement et les démocrates de la chambre avaient déclaré que si les républicains ne s’y opposaient pas, alors aucune procédure d’impeachment ne serait lancée. Mais les républicains s’y étaient opposés, et les démocrates ont donc présenté un acte d’accusation en vue d’une procédure d’impeachment dans la matinée de lundi.

L’acte d’accusation indique que Trump a encouragé l’assaut violent lancé par ses partisans contre le Capitole, la semaine dernière. « Donald Trump a commis des crimes et des délits graves en incitant à la violence contre le gouvernement des Etats-Unis », dit-il.

Trump ne cesse depuis des mois d’affirmer – sans aucune preuve – avoir remporté la victoire face au président-élu Joe Biden au cours du scrutin du mois de novembre. Il avait demandé aux manifestants de se réunir mercredi dernier à Washington lors d’une réunion du Congrès au cours de laquelle la victoire remportée par Biden devait être officiellement confirmée, et à défiler vers le Capitole. Ses partisans avaient répondu à son appel et des centaines d’entre eux avaient envahi le bâtiment, commettant des actes de vandalisme et recherchant les députés qui avaient été obligés de se cacher. Au moins cinq personnes avaient été tuées.

« Le coup d’Etat manqué au Capitole des Etats-Unis, mercredi dernier, qui a eu lieu alors que les députés, à l’intérieur, comptaient les votes électoraux qui allaient officialiser l’élection écrasante de Joe Biden à la Maison-Blanche, est l’un des niveaux les plus bas de la démocratie que notre pays a connu en 245 ans », a écrit Cicilline dans une tribune publiée lundi dans le New York Times, expliquant sa décision de lancer la procédure.

Si Pence n’invoque pas le 25è Amendement d’ici mercredi, les démocrates de la Chambre prévoient de faire avancer la législation d’impeachment. Tous les députés démocrates – à l’exception de douze – l’ont signée. Parmi ces derniers, cinq ne devraient pas se prononcer parce qu’ils occupent des postes à responsabilité ou qu’ils s’apprêtent à tenir un rôle au sein de l’administration Biden.

Les deux Juifs républicains de la chambre, Lee Zeldin de New York et David Kustoff du Tennessee, ont émis des communiqués déplorant les violences, mais ils ont également voté en faveur du rejet de la victoire de Biden lors des élections présidentielles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...