Trois personnes arrêtées pour avoir perturbé une conférence de l’armée
Rechercher

Trois personnes arrêtées pour avoir perturbé une conférence de l’armée

Des ONG s'inquiètent du manque de répression

Un soldat de Tsahal prie au sommet d'un bulldozer blindé de Tsahal près de la frontière de Gaza dans le sud d'Israël, le premier jour de l'opération Bordure protectrice le 8 juillet 2014 (Crédit : David Buimovitch / Flash90)
Un soldat de Tsahal prie au sommet d'un bulldozer blindé de Tsahal près de la frontière de Gaza dans le sud d'Israël, le premier jour de l'opération Bordure protectrice le 8 juillet 2014 (Crédit : David Buimovitch / Flash90)

Trois jeunes hommes ultra-orthodoxes ont été arrêtés jeudi soir pour violence et destruction de propriété, après qu’ils aient perturbé une rencontre pour des jeunes se préparant à entrer dans l’armée à laquelle participait plusieurs dizaines d’homme ultra-orthodoxes, selon la police.

Ils seront présentés vendredi devant le tribunal pour une prolongation de la détention préventive.

Selon la Radio de l’Armée, plusieurs véhicules ont été endommagés dans l’altercation qui a suivi après que les trois assaillants aient perturbé la rencontre.

La police a arrêté la petite émeute avec des canons à eau.

La police a également déclaré que les informations personnelles des participants de la conférence étaient publiées, pour que la communauté puisse les ostraciser. On ne sait pas encore précisément si les informations ont été publiées par les trois manifestants.

Le directeur de l’organisation Hiddush, une ONG travaillant à promouvoir la liberté de religion et d’égalité, a déclaré qu’il « semble que jusqu’à ce qu’un soldat ultra-orthodoxe soit assassiné, rien ne sera fait pour arrêter la terreur contre le recrutement d’hommes haredis. La réponse faible des autorités renforce le comportement audacieux et insolent des hooligans ultra-orthodoxes zélés ».

« La situation, dans laquelle nous demandons à des enfants de yeshiva de s’engager mais nous ne leur donnons pas de protection suffisante contre la violence et l’incitation à la haine, est intolérable », a ajouté Uri Regev.

Il a déclaré qu’il était « normal de supposer » que si les gens, qui avaient diffusé les prospectus contenant les noms et adresses de personnels travaillant à recruter des jeunes hommes ultra-orthodoxes, étaient arrêtés et jugés, « cela pourrait décourager d’autres personnes ».

Dans une note d’optimisme, Regev a déclaré que la « violence en augmentation » montre que les ultra-orthodoxes radicaux sont « désespérés et conscients de leur échec. Selon les données de l’armée, 2 400 ultra-orthodoxes ont rejoint l’armée l’année dernière. Le recrutement devient une voie raisonnable et possible pour la société ultra-orthodoxe et les extrémistes échouent dans leur lutte ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...