Rechercher

Trump envisagerait de soutenir Netanyahu malgré sa « déception » passée

L’ex-président américain n’explique pas en quoi le chef du Likud l’a déçu, mais ce pourrait à cause des félicitations adressées à Biden après l'élection qu’il estime "volée"

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le président américain de l’époque, Donald Trump (à droite) et le premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, avant le départ de Trump pour Rome, à l’aéroport international Ben Gurion de Tel-Aviv, le 23 mai 2017. (Crédit : Kobi Gideon/GPO via Flash90)
Le président américain de l’époque, Donald Trump (à droite) et le premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, avant le départ de Trump pour Rome, à l’aéroport international Ben Gurion de Tel-Aviv, le 23 mai 2017. (Crédit : Kobi Gideon/GPO via Flash90)

L’ex-président américain Donald Trump a déclaré jeudi envisager de soutenir le président du Likud, Benjamin Netanyahu, aux prochaines élections israéliennes, même si l’ex-Premier ministre l’a « déçu » par le passé.

Trump n’a pas donné plus de détails lors de son interview à Newsmax, mais il a semblé faire référence à la décision du chef du Likud de féliciter Joe Biden pour sa victoire à l’élection présidentielle de 2020, que Trump estime lui avoir été volée.

« C’était prématuré [de féliciter Biden]. De sa part peut-être plus que d’autres. Je ne lui ai pas parlé depuis. Qu’il aille se faire voir », déclarait Trump dans une interview en décembre dernier.

Netanyahu a en fait pris du temps pour féliciter Biden, en novembre 2020, le faisant ostensiblement plusieurs heures après nombre de dirigeants dans le monde.

Au cours de l’interview de décembre, l’ex-président assurait que personne n’avait aidé Netanyahu plus que lui, prenant comme une trahison les félicitations adressées par Netanyahu à Biden pour sa victoire électorale.

« Personne n’a fait plus pour Bibi. Et j’ai aimé Bibi. Je l’aime toujours », affirmait Trump, appelant Netanyahu par son surnom. « Mais j’aime aussi la loyauté. »

Netanyahu avait répondu par un communiqué, disant avoir apprécié la contribution de Trump à l’État d’Israël, soulignant également « l’importance d’une alliance forte entre Israël et les États-Unis, justifiant qu’il félicite le nouveau président ».

Trump indiquait, dans l’interview de décembre, avoir sauvé Netanyahu lors des élections israéliennes d’avril 2019 en reconnaissant le plateau du Golan comme territoire israélien.

Cette élection était le premier des quatre scrutins infructueux qui allaient émailler la vie politique israélienne pendant deux ans, jusqu’à ce que Netanyahu soit démis du pouvoir par le gouvernement actuel.

Alors que Netanyahu a toujours évoqué une relation personnelle très étroite avec Trump, l’interview de décembre révèle qu’elle était plutôt difficile.

Au cours de cette interview, Trump a également accusé Netanyahu de ne pas vouloir faire la paix avec les Palestiniens. « Bibi ne voulait pas faire la paix », a-t-il dit. « Jamais. »

Au final, Trump ne s’est pas engagé formellement lors de son interview de jeudi à Newsmax, lorsqu’on lui a demandé s’il soutiendrait Netanyahu. « Nous verrons ce qui va se passer… Il m’a déçu à certains égards, mais il a aussi fait du très bon travail. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...