Tsahal 2020 en chiffres: 2 227 arrestations, 1 400 sorties, 176 roquettes à Gaza
Rechercher

Tsahal 2020 en chiffres: 2 227 arrestations, 1 400 sorties, 176 roquettes à Gaza

L'armée publie ses statistiques de fin d'année, dont 50 cibles touchées en Syrie, 1 million de visites médicales par les soldats et plus de 1,4 million d'appels liés au coronavirus

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats de la brigade Golani recherchent l'assassin d'un de leurs camarades, Amit Ben-Ygal, dans le village de Yabed en Cisjordanie, sur une photographie non datée. (Armée israélienne)
Des soldats de la brigade Golani recherchent l'assassin d'un de leurs camarades, Amit Ben-Ygal, dans le village de Yabed en Cisjordanie, sur une photographie non datée. (Armée israélienne)

L’armée israélienne a publié jeudi un tas de statistiques illustrant ses activités au cours de l’année écoulée, notamment le nombre de cibles touchées en Syrie (environ 50), le nombre de sorties d’avions de chasse (1 400) et le nombre d’appels auxquels a répondu le centre d’information sur le coronavirus du Commandement du Front intérieur (1,4 million).

Malgré la pandémie, la Cisjordanie est restée une source de préoccupation importante pour Tsahal – au même titre que les années précédentes – bien qu’il y ait eu des améliorations et des régressions dans certains domaines. En 2020, le nombre des attaques au couteau a diminué d’un tiers, passant de 12 en 2019 à 9. Le nombre d’attaques par balles a cependant augmenté de manière significative, passant de 19 en 2019 à 31, bien que ce chiffre soit similaire à celui des tirs en 2018 – 33 – et en 2017 – 34.

Au total, Tsahal a déclaré que la Cisjordanie a connu 60 attaques terroristes en 2020, contre 51 en 2019, mais en baisse par rapport à 76 en 2018 et 75 en 2017.

En réponse à ces attaques et dans le cadre des efforts continus contre les groupes terroristes en Cisjordanie, les militaires ont procédé à 2 277 arrestations l’année dernière, soit une légère diminution par rapport aux années précédentes : 2 328 en 2019, 3 173 en 2018 et 3 627 en 2017.

Des soldats israéliens recherchent les personnes qui ont aidé un terroriste dans le meurtre d’Esther Horgen en décembre 2020. (Armée israélienne)

Bien que ne figurant pas dans les statistiques publiées par l’armée jeudi, l’année 2020 a également vu le plus petit nombre de soldats et de civils tués dans des guerres et des attaques terroristes de l’histoire du pays. Jeudi, trois personnes – deux civils et un soldat – ont été tuées lors d’attaques liées à la sécurité, dont Esther Horgen, qui a été tuée au début du mois lors d’une attaque sauvage à l’extérieur de l’implantation Tal Menashe, au nord de la Cisjordanie, où elle vivait.

En 2020, l’armée israélienne a considérablement intensifié sa campagne contre l’industrie locale de production d’armes à feu en Cisjordanie, en fermant 50 ateliers où, selon elle, des armes étaient produites, contre 14 en 2019 et 4 en 2018.

Bien qu’il y ait eu relativement peu de combats à grande échelle entre Israël et les groupes terroristes dans la bande de Gaza en 2020 – à l’exception d’une bataille de deux jours en février – l’enclave palestinienne est restée réservée, avec 176 projectiles tirés sur Israël depuis là-bas au cours de l’année dernière. Quatre-vingt-dix de ces projectiles, soit un peu plus de la moitié, ont atteint des terrains vagues, selon Tsahal.

Les militaires ont déclaré que les batteries de défense anti-missiles du Dôme de Fer ont intercepté 80 des 86 autres roquettes, qui se dirigeaient vers des zones habitées, donnant au système un taux de réussite de 93 %.

Selon l’armée, au cours de l’année 2020, les drones de l’armée de l’air israélienne ont effectué quelque 35 000 heures de vol ; les hélicoptères ont effectué plus de 400 sorties, dont un quart pour des opérations de recherche et de sauvetage ; et les avions de transport ont effectué plus de 1 000 missions.

Des soldats de l’armée israélienne mettent au jour des mines placées à la frontière syrienne dans ce que les militaires qualifient d’attaque iranienne ratée sur une photographie non datée. (Armée israélienne)

Les soldats de Tsahal ont effectué environ un million de visites médicales en personne au cours de l’année dernière et plus de 400 000 consultations en ligne avec des médecins. En outre, les soldats ont rencontré des professionnels de la santé mentale environ 160 000 fois, dont un dixième par vidéoconférence.

Les soldats végétariens et végétaliens ont connu une année faste, avec 1 875 soldats se voyant remettre des chaussures sans cuir et 2 500 bérets sans laine. Quelque 50 tonnes de tofu ont été consommées par l’armée israélienne en 2020.

L’armée a également détaillé ses contributions à la lutte nationale contre la pandémie de coronavirus.

Des soldats israéliens distribuent des colis alimentaires pendant la pandémie de coronavirus, sur une photo non datée. (Armée israélienne)

Tsahal a joué un rôle central dans la réponse du gouvernement à la pandémie, en travaillant avec les municipalités locales pour aider les résidents directement et indirectement touchés par la maladie. Le Commandement du Front intérieur a également géré le centre d’appel national et un site web destiné à centraliser les informations sur la pandémie et la réponse du gouvernement à celle-ci.

Selon l’armée israélienne, plus de 3 000 réservistes ont été appelés pour aider le Commandement du Front intérieur dans ces efforts. Pendant la crise, l’armée a distribué quelque 380 000 colis alimentaires et de produits de première nécessité aux citoyens de tout le pays. En plus des 1,4 million d’appels téléphoniques auxquels il a été répondu, le site web de l’armée a été visité 7,7 millions de fois, selon Tsahal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...