Rechercher

Tsahal abat un drone du Hezbollah entré dans l’espace aérien israélien

L'armée affirme que les unités de contrôle aérien ont suivi l'appareil "pendant toute la durée de l'incident" ; le modèle semble être un quadrirotor DJI disponible dans le commerce

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un drone du Hezbollah abattu par l'armée israélienne après avoir franchi la frontière israélienne, le 17 mai 2022. (Crédit : Tsahal)
Un drone du Hezbollah abattu par l'armée israélienne après avoir franchi la frontière israélienne, le 17 mai 2022. (Crédit : Tsahal)

Les troupes israéliennes ont abattu mardi matin un drone appartenant au groupe terroriste du Hezbollah après que celui-ci est entré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban, a déclaré l’armée israélienne.

L’incident s’est produit pendant un grand exercice militaire d’un mois appelé « Chariots de feu ». La semaine dernière, l’exercice s’est concentré sur l’entraînement au combat sur le front nord d’Israël, notamment contre le Hezbollah. Mardi, l’armée organisera un exercice de ce type dans la ville de Haïfa, au nord du pays.

Un communiqué de Tsahal indique que les unités de contrôle aérien ont suivi le drone « tout au long de l’incident » avant de le descendre.

Une photo du drone publiée par l’armée montre un petit quadrirotor qui semble être un modèle commercial fabriqué par la société chinoise DJI.

Le communiqué ne précise pas comment le drone a été abattu au moment où il entrait dans l’espace aérien israélien.

« Tsahal va poursuivre ses opérations afin d’empêcher toute tentative de violation de la souveraineté israélienne », indique le communiqué.

Il n’y a pas eu de déclaration immédiate du Hezbollah ou des médias affiliés sur la destruction du drone.

Des soldats de la réserve d’artillerie participent à un exercice sur les hauteurs du Golan, dans le nord d’Israël, le 28 mars 2022. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Une source au sein des services de sécurité avait indiqué au début de l’année que certains des drones utilisés par le Hezbollah à des fins de surveillance étaient disponibles dans le commerce.

En février, des hélicoptères et des avions de chasse ont été mobilisés pour abattre un drone envoyé par le Hezbollah, après qu’un missile d’interception du Dôme de Fer l’a manqué. Selon des sources au sein du groupe terroriste, ce drone aurait traversé une trentaine de kilomètres dans l’espace aérien israélien avant de retourner indemne au Liban.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a annoncé au début du mois que le groupe, soutenu par l’Iran, avait commencé à fabriquer ses propres drones. « Nous produisons des drones au Liban depuis longtemps, et quiconque veut les acheter peut passer une commande », avait-il déclaré.

Le Liban et Israël sont techniquement en état de guerre et la frontière fortement gardée est couramment pénétrée par des drones des deux côtés. Le mois dernier, Nasrallah a affirmé que la capacité du Liban à abattre les drones israéliens avait mis un terme aux incursions régulières des drones passant la frontière.

Au moins 74 drones opérés par le Hezbollah ont pénétré le territoire israélien l’année dernière, contre 94 en 2020 et 54 l’année précédente, selon le site d’information Walla. La plupart de ces drones ont été descendus.

Le Liban se plaint régulièrement de l’incursion de drones de surveillance israéliens dans son espace aérien, mais Tsahal soutient que ces incursions sont nécessaires pour suivre les activités du groupe terroriste Hezbollah, que le gouvernement libanais est censé contrôler.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...