Tsahal annule les permissions des troupes de combat et des soldats en formation
Rechercher

Tsahal annule les permissions des troupes de combat et des soldats en formation

L'interdiction de permission doit durer 30 jours ; les soldats sur les "bases ouvertes", qui rentrent chez eux chaque soir, doivent opérer en "capsules" qui ne se côtoient pas

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens portent des masques faciaux à un barrage routier de la police à Tel Aviv pendant le bouclage national consécutif à la pandémie de coronavirus, samedi 19 septembre 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)
Des soldats israéliens portent des masques faciaux à un barrage routier de la police à Tel Aviv pendant le bouclage national consécutif à la pandémie de coronavirus, samedi 19 septembre 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)

L’armée israélienne a annulé dimanche tous les congés des troupes de combat et des soldats en formation jusqu’au mois prochain, en raison d’une recrudescence des infections à coronavirus dans ses rangs.

Dans la nuit de samedi à dimanche, plus de 1 190 soldats, officiers, sous-officiers et employés civils de l’armée avaient été testés positifs à la maladie – tous avec des symptômes légers – et 13 038 autres militaires étaient en quarantaine. Cela représente presque le double du nombre de cas confirmés, qui était de 622 il y a deux semaines.

Tsahal a déclaré que la décision de mettre fin aux permissions avait été prise par son chef d’état-major, Aviv Kohavi, à la suite d’une « évaluation de la situation en cours au sein de l’armée et à la suite d’une évaluation de la situation de l’état-major général ».

Ce changement n’affecterait pas les soldats servant sur les « bases ouvertes », qui rentrent chez eux la plupart des soirs, mais ne s’appliquerait qu’à ceux en poste dans des « bases fermées », qui vivent dans leurs unités pendant de longues périodes. Cela ne s’appliquerait également qu’aux soldats conscrits sur ces bases, et non aux officiers, sous-officiers et autres personnels.

« Les exemptions ne seront approuvées que par un commandant ayant le grade de major général », a précisé l’armée.

Les troupes sur les bases ouvertes continueraient à opérer selon un système de « capsules » – des équipes de soldats sans contact entre elles – pour s’assurer que si un militaire est infecté, il ne contamine pas plusieurs autres soldats.

« Toutes les troupes de combat, les personnes servant sur des bases d’entraînement ou des bases fermées devraient arriver à leurs bases mardi, prêtes à y rester pour une période prolongée, pour une période de 30 jours », a indiqué Tsahal dans un communiqué.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, (à droite), en visite dans la ville de Bnei Brak, dans le centre d’Israël, qui a été pratiquement isolée du reste du pays en raison de l’épidémie de coronavirus, le 5 avril 2020. (Armée israélienne)

Israël a connu un pic national des infections à coronavirus, avec plus de
8 000 cas confirmés rien que vendredi.

Dans un communiqué, M. Kohavi a souligné que l’armée devait renforcer ses restrictions à la lumière de cette épidémie.

« La situation de l’infection dans le domaine civil et dans les forces armées nous oblige à prendre une série de mesures pour renforcer et intensifier les règles pour toutes les unités », a fait savoir le chef de l’armée.

Il estime que cette mesure est nécessaire pour garantir « l’aptitude de l’armée à remplir ses missions de sécurité ».

Le chef de l’armée a également rappelé que Tsahal, qui a été chargée de missions clés dans la lutte d’Israël contre le coronavirus, devait servir de modèle au reste du pays pour la manière d’agir.

« C’est à nous, en tant que militaires, du premier soldat au dernier commandant, d’agir comme un exemple ces jours-ci, pour réaliser notre objectif en ce moment – celui de préserver la sécurité de l’État et de coopérer pleinement dans la lutte contre le coronavirus », a déclaré M. Kohavi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...