Rechercher

Tsahal déjoue une opération de contrebande d’armes et de drogue depuis le Liban

Certains paquets saisis portaient un logo utilisé précédemment sur des sacs de pilules de captagon ; le suspect, les armes de poing et la drogue ont été remis à la police

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des drogues et armes de poing saisies par les troupes israéliennes suite à une tentative de contrebande en provenance du Liban, le 23 octobre 2022. (Crédit : armée israélienne)
Des drogues et armes de poing saisies par les troupes israéliennes suite à une tentative de contrebande en provenance du Liban, le 23 octobre 2022. (Crédit : armée israélienne)

Les troupes israéliennes ont déjoué dans la nuit de dimanche à lundi une tentative de contrebande d’armes à feu et de drogues d’une valeur de plusieurs centaines de milliers de shekels en Israël depuis le Liban, a déclaré l’armée.

Selon Tsahal, des soldats surveillant une zone près de la ville de Ghajar ont repéré un suspect introduisant clandestinement un grand sac dans le pays, et ont envoyé des troupes sur les lieux.

Les soldats ont lancé des fusées éclairantes au-dessus de la zone et ont localisé l’homme, qui transportait deux armes de poing et 30 kilos d’une drogue non identifiée, dont la valeur marchande est estimée à 800 000 shekels.

L’homme arrêté, les armes de poing et la drogue ont été remis à la police, a déclaré l’armée.

Dans une image publiée par l’armée, certains des paquets de drogue portaient un logo – celui de la division de luxe Lexus du constructeur automobile japonais Toyota – précédemment utilisé sur des paquets de pilules de captagon.

Le captagon est un stimulant de type amphétamine fabriqué principalement au Liban et en Syrie. Une grande partie de cette substance est destinée à un usage récréatif illégal en Arabie saoudite.

Des responsables israéliens l’ont déjà appelé la « drogue de l’État islamique », car il était censé être utilisé par les djihadistes pour éviter la peur et la fatigue pendant les combats en Syrie et en Irak.

Des pilules de captagon à destination de la bande de Gaza ont déjà été saisies.

Selon un rapport du Centre d’analyse et de recherche opérationnelles financé par l’Union européenne, les exportations de captagon depuis la Syrie ont atteint une valeur marchande d’au moins 3,46 milliards de dollars en 2020.

Des pilules de captagon à destination de la bande de Gaza saisies par des gardes de sécurité au poste de contrôle de Tarqumia en Cisjordanie, le 7 janvier 2021. (Crédit : Ministère de la Défense)

L’année dernière, l’armée israélienne a déjoué plusieurs tentatives de contrebande de haschisch et d’armes à feu vers Israël depuis le Liban, potentiellement pour le compte de l’organisation terroriste Hezbollah, selon l’armée.

Le Hezbollah contrôle depuis longtemps la zone adjacente à la frontière avec Israël et il est peu probable qu’il n’ait pas eu connaissance de ces opérations de contrebande.

Il est de notoriété publique que le groupe terroriste finance ses activités par la vente de drogues dans le monde entier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...