Tsahal : des Seder plus copieux que d’habitude et aides aux soldats nécessiteux
Rechercher

Tsahal : des Seder plus copieux que d’habitude et aides aux soldats nécessiteux

L'armée annonce avoir reçu quelque 19 millions de shekels en dons, qui serviront à améliorer les bases où sont confinés les soldats, et à aider les plus touchés financièrement

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Tsahal montre à quoi ressembleront les repas du seder qu'elle prévoit de servir dans ses bases, le 6 avril 2020. (Armée israélienne)
Tsahal montre à quoi ressembleront les repas du seder qu'elle prévoit de servir dans ses bases, le 6 avril 2020. (Armée israélienne)

L’armée israélienne se prépare sur deux fronts pour la prochaine fête de Pessah, mercredi soir, à l’ombre de la pandémie de coronavirus : elle organise le traditionnel repas du seder pour un nombre de soldats bien plus important que d’habitude et elle fournit une aide supplémentaire aux soldats à court d’argent pendant cette période difficile, ont déclaré des officiers supérieurs de l’armée lundi.

Généralement, Tsahal prépare des repas de seder pour « 20 à 30 % de la force de combat ». Aujourd’hui, c’est presque tout le monde », a déclaré aux journalistes la générale de brigade Meirav Brickman, dirigeante du centre d’approvisionnement de l’armée israélienne.

Ceci est dû aux ordres de l’armée israélienne exigeant que presque toutes les unités de combat et la plupart des autres restent confinées dans leurs bases pendant de longues périodes – ce que l’armée israélienne ne fait pas normalement – afin d’éviter qu’elles ne contractent le virus auprès des civils.

La fête cette année – normalement célébrée par les familles élargies – arrive également à un moment particulièrement difficile pour la nation et le monde, car des centaines de personnes sont hospitalisées pour la maladie COVID-19, des milliers d’autres sont malades à la maison, et le reste du pays est en fait confiné, ce qui sépare les enfants, les parents et les grands-parents.

« Nous essayons de faire en sorte que ce soit festif », a déclaré Mme Brickman.

Tsahal montre à quoi ressembleront les repas du seder qu’elle prévoit de servir dans ses bases, le 6 avril 2020. (Armée israélienne)

Elle a fait remarquer que les bases organiseront des repas de seder à la fois pour ceux qui cherchent à se conformer strictement à la loi religieuse et pour ceux qui veulent des repas festifs sans le cadre religieux. L’armée a déclaré avoir acheté 14 tonnes de poisson et 200 tonnes de viande à cette fin.

Selon Mme Brickman, les commandants s’efforcent également de faire en sorte que les soldats aient le temps de prendre une douche et de se préparer correctement à l’avance pour les vacances afin de favoriser l’air de fête.

Le général de brigade Michel Yanko, chef d’état-major de la direction des ressources humaines de Tsahal, a déclaré que l’armée s’est également efforcée d’améliorer les bases, car elles sont devenues « la première et la deuxième maison des soldats dans tous les sens du terme ».

Palettes de légumes dans un entrepôt militaire dans le cadre des préparatifs de Tsahal pour la prochaine fête de Pessah, le 6 avril 2020. (Armée israélienne)

Il a notamment fait installer des machines à laver et des séchoirs sur les bases militaires, distribué environ 140 000 paquets de produits sanitaires aux soldats et organisé des soirées cinéma, des conférences et des compétitions sportives pour les troupes.

« Nous faisons ce que nous pouvons pour qu’ils ne manquent de rien », a déclaré M. Yanko.

Cela a été rendu possible grâce à des dons importants faits récemment à l’armée – environ 19 millions de shekels (4,75 millions d’euros) – par le biais de diverses organisations, comme les Amis de Tsahal, a-t-il dit.

L’officier des ressources humaines a déclaré que l’armée utilisait également ces fonds pour faire face à la détresse financière dans laquelle de nombreux soldats se sont retrouvés suite à la pandémie de coronavirus, qui a entraîné le chômage d’environ un quart des Israéliens.

Le salaire de base des soldats de l’armée israélienne n’étant pas suffisant pour subvenir à leurs besoins, la plupart des militaires dépendent de leurs parents ou – dans certains cas – d’emplois extérieurs pour joindre les deux bouts. À la lumière de la crise, de nombreux soldats ont perdu leur emploi à l’extérieur et les parents de beaucoup d’autres ont perdu le leur.

L’armée israélienne présente ses kits de nourriture et d’objets religieux nécessaires à la célébration du seder, le 6 avril 2020. (Armée israélienne)

En conséquence, l’armée a distribué des « primes immédiates » de 600 shekels (150 euros) aux quelque 6 000 soldats isolés – ceux qui ne sont pas soutenus financièrement par leurs parents ou qui n’ont pas de famille dans le pays – et aux 3 000 soldats ayant besoin d’une aide financière, ainsi que des primes ponctuelles de 500 à 1 200 shekels (125 à 300 euros) aux soldats mariés ou ayant des enfants. Ces virements automatiques devaient être déposés sur les comptes des soldats avant mercredi soir.

En outre, les soldats qui ne reçoivent habituellement pas d’aide financière de l’armée, mais qui, en raison de la crise, en ont soudainement besoin, peuvent recevoir des bons et d’autres aides de leurs commandants, a déclaré M. Yanko.

Il a déclaré que l’armée s’efforçait de limiter la quantité de formalités administratives que les soldats devraient effectuer, en mettant en ligne une grande partie du processus et en accordant le pouvoir d’accorder les subventions à des officiers de rang inférieur à celui d’habitude.

M. Yanko a déclaré que l’armée fournissait également de la nourriture et des accessoires religieux nécessaires à la célébration du Seder pour les soldats isolés qui ne seront pas sur la base pendant les fêtes.

« Nous travaillons pour que chaque soldat isolé ait quelque chose à faire pour Pessah. Ceux qui vivent dans des « maisons de soldats » y feront le Seder en petits groupes. Ceux qui vivent en appartement recevront une boîte de nourriture avant les fêtes avec tout ce dont ils ont besoin », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...