Rechercher

Tsahal dévoile son « Momentum », plus destructeur et rapide, moyennant financement

Le chef de l'armée a l'intention de dépenser des sommes importantes pour mieux équiper les soldats et améliorer les défenses aériennes afin de neutraliser les ennemis d'Israël

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Le chef d'état-major de Tsahal, Aviv Kohavi (à gauche), organise une réunion autour d'un feu de camp avec des officiers supérieurs de l'armée de l'air, le 23 octobre 2019. (Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, Aviv Kohavi (à gauche), organise une réunion autour d'un feu de camp avec des officiers supérieurs de l'armée de l'air, le 23 octobre 2019. (Armée israélienne)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, a dévoilé jeudi son plan pluriannuel visant à rendre l’armée plus meurtrière, plus rapide, mieux entraînée et plus capable de défendre l’État juif contre les menaces auxquelles il est aujourd’hui confronté.

« Dans les régions du Nord et du Sud, la situation est tendue et précaire et risque de dégénérer en conflit malgré le fait que nos ennemis ne soient pas intéressés par la guerre. Dans ce contexte, l’armée israélienne s’est trouvée dans un processus accéléré de préparation », a déclaré M. Kohavi.

Le plan – baptisé Momentum, ou Tenufa en hébreu – prévoit d’énormes investissements dans le développement des arsenaux de l’armée israélienne, notamment pour augmenter sa flotte de drones de taille moyenne, pour se procurer de nombreux missiles à guidage précis aux États-Unis et acheter de nouvelles batteries de défense aérienne.

L’armée concentrera également ses exercices d’entraînement davantage sur le combat urbain, car elle estime que ses soldats sont plus susceptibles de combattre dans les villes et les villages que dans les champs ouverts où se déroulent actuellement de nombreux exercices.

Des soldats de Tsahal et de la Garde nationale chypriote participent à un exercice conjoint à la base d’entraînement de l’armée israélienne de Tzeelim, dans le sud d’Israël, le 25 octobre 2017. (Armée israélienne)

Malgré le prix élevé du plan pluriannuel Momentum, l’armée israélienne a refusé de commenter la manière dont elle prévoyait de financer les nouveaux armements et les nouveaux systèmes défensifs, le ministère des Finances n’ayant pas approuvé la hausse budgétaire nécessaire.

Le plan entrera officiellement en vigueur le 1er janvier 2020, mais Tsahal prévoit de mettre en place certaines des propositions avant cette date. Le plan Momentum est destiné à guider l’armée israélienne pour les cinq prochaines années. Il succédera au plan Gideon de rationalisation et de réduction des coûts, qui a été élaboré par le lieutenant-général Gadi Eizenkot, le prédécesseur de Kohavi.

En avril 2019, Kohavi a défini le cadre du plan Momentum, et les hauts gradés de l’armée israélienne ont passé les six derniers mois à peaufiner les détails de la réorganisation.

Gagner rapidement !

Le principe directeur de l’armée israélienne lors de l’élaboration du plan Momentum était qu’une future guerre devait être gagnée le plus rapidement possible, ce qui exigeait que les militaires aient à leur disposition une liste concrète de cibles, les armes nécessaires pour les atteindre et la capacité de le faire rapidement.

Ce point de vue vient du fait que le principal ennemi de Tsahal dans la région – le groupe terroriste libanais Hezbollah soutenu par l’Iran – dispose d’un arsenal colossal de quelque 130 000 roquettes et missiles qui pourrait servir à attaquer des sites stratégiques et centres démographiques israéliens.

Dans toute guerre future, Tsahal estime qu’elle devrait rapidement vaincre le Hezbollah afin de réduire le temps dont disposerait la milice terroriste pour attaquer Israël.

Les partisans du Hezbollah pendant une procession religieuse de deuil au dernier jour lunaire de Muharram, qui marque le jour de l’Achoura, à Baalbek, le 10 septembre 2019. (Crédit : Stringer/AFP)

Pour ce faire, le plan Momentum de l’armée est axé sur l’amélioration de la capacité du renseignement militaire à localiser des cibles en territoire ennemi, équiper tous les soldats de Tsahal avec des armes et du matériel de meilleure qualité et en plus grand nombre, et en mettant l’accent sur le type de combats que les soldats sont censés livrer.

Dans le cadre de ce plan, Kohavi créera une force opérationnelle qui se consacrera à la sélection d’objectifs et qui réunira les services de renseignement militaire, l’armée de l’air israélienne et les trois commandements régionaux de Tsahal. La force opérationnelle comprendra des éléments existants de ces unités et élargira également l’utilisation de la technologie – à savoir l’intelligence artificielle et les grandes bases de données – pour identifier des cibles potentielles pour des frappes militaires.

« Cela permettra d’améliorer le nombre et la qualité des cibles dans les différentes régions », a déclaré l’armée plus tôt cette année.

Kohavi prévoit également de dépenser d’importantes sommes d’argent pour améliorer les équipements et les armes de Tsahal, dont des centaines de millions de shekels pour doter les soldats de première ligne de l’armée de meilleurs équipements.

Un drone israélien Hermes 450 vole au-dessus de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 29 mai 2018. (AFP/Jack Guez)

Le chef de l’armée a l’intention d’acheter d’autres drones Hermes-450, un modèle de taille moyenne qui, selon les rapports étrangers, peut être utilisé pour la collecte de renseignements et les opérations d’attaque.

Dans le cadre de ce plan, l’armée israélienne achètera également des missiles à guidage de précision des États-Unis dans le cadre des 3,8 milliards de dollars que Washington fournit chaque année à Israël en vertu du Protocole d’entente signé en 2016 par Barack Obama, ancien président américain.

Ces engins à guidage de précision sont des éléments essentiels pour permettre à l’armée israélienne de détruire efficacement les caches d’armes d’un ennemi avec moins de dommages collatéraux.

En plus de l’équipement offensif que Kohavi a l’intention d’acheter, l’armée prévoit d’investir dans ses systèmes de défense aérienne afin de mieux protéger les infrastructures clés et les centres de population du pays.

Une batterie de défense anti-missile Dôme de fer installée dans la ville de Sderot, dans le sud d’Israël, tire un missile d’interception le 9 août 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Il s’agit d’inclure une nouvelle stratégie de déploiement pour les défenses aériennes existantes et d’établir un huitième système de Dôme de fer à plein temps. (L’armée dispose de batteries supplémentaires qui sont dotées de personnel en cas d’urgence ou de tensions accrues.)

Kohavi a également l’intention de changer la façon dont les soldats israéliens réalisent les exercices d’entraînement, en les amenant à se concentrer davantage sur le combat en milieu urbain, sachant que c’est là que les guerres à venir seront probablement menées.

Cela sera possible car Tsahal a entrepris d’ouvrir plusieurs nouveaux centres de formation qui simulent des environnements urbains.

Afin de mieux évaluer la mise en œuvre du plan Momentum, Kohavi prévoit d’effectuer des inspections surprises de routine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...