Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Tsahal envoie des protocoles pour l’examen interne des échecs avant le 7 octobre

Les enquêtes porteront sur la période allant des émeutes à la frontière de Gaza en 2018 au 10 octobre 2023, date à laquelle l’armée a repris le contrôle du le sud du pays

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens près du corps d'un terroriste palestinien dans le kibboutz Kfar Aza, dans le sud d'Israël, à la frontière de la bande de Gaza, le 10 octobre 2023. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Des soldats israéliens près du corps d'un terroriste palestinien dans le kibboutz Kfar Aza, dans le sud d'Israël, à la frontière de la bande de Gaza, le 10 octobre 2023. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

L’armée israélienne a annoncé jeudi qu’elle avait envoyé à ses commandants, jeudi, des protocoles sur les mesures à prendre par leurs unités respectives pour mener des enquêtes internes sur les manquements de l’armée dans la période qui a précédé le massacre du 7 octobre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les enquêtes porteront sur une période allant des émeutes à la frontière de Gaza, organisées par le Hamas en mars 2018, jusqu’au 10 octobre 2023, date à laquelle les troupes israéliennes ont repris le contrôle du sud d’Israël.

Les conclusions devront être présentées par les commandants au chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, d’ici le début du mois de juin, selon l’armée.

Des soldats et chars israéliens dans un champ près du kibboutz Beeri, dans le sud d’Israël, le 14 octobre 2023. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Les unités qui auraient manqué à remarquer les préparatifs du Hamas ou qui ne se seraient pas préparées de manière adéquate aux attaques du groupe terroriste le 7 octobre, enquêteront sur les quatre sujets principaux suivants :

  • L’évolution de la perception de la bande de Gaza par Tsahal, en mettant l’accent sur la frontière, à partir de 2018. Cet examen portera également sur l’idée que l’armée se fait de ses propres défenses et de ses plans opérationnels contre les menaces à Gaza.
  • Les évaluations des renseignements de Tsahal sur le Hamas de 2018 jusqu’au déclenchement de la guerre. Cet examen portera sur les scénarios de menace de l’armée, le développement des capacités de collecte de renseignements de Tsahal et la manière dont les renseignements ont été analysés, notamment par l’unité dite de l’avocat du diable, dont la tâche est de remettre en question les évaluations et les idées préconçues de Tsahal.
  • Le processus de collecte de renseignements et de prise de décision à la veille du 7 octobre, ainsi que les jours qui l’ont précédé. Cet examen portera sur toutes les décisions qui ont été prises à tous les niveaux afin de faire la lumière sur ce qui n’a pas fonctionné.
  • La période entre le 7 et le 10 octobre, au cours de laquelle les troupes ont repris le contrôle de toutes les communautés et bases militaires du sud d’Israël qui avaient été prises d’assaut par le Hamas. Cet examen portera sur les batailles qui ont eu lieu et sur le commandement et le contrôle de chaque unité, les formations et les ordres donnés.

Tsahal examinera également cinq autres points : Les batailles importantes au cours des combats ; la mobilisation des réservistes et la réponse logistique de l’armée ; la planification à long terme, notamment les stocks de munitions et les pièces de rechange pour les armes et les véhicules ; le processus de gestion des morts du 7 octobre ; et la poursuite du fonctionnement de l’armée.

Les unités chargées de mener les enquêtes sont notamment la direction des opérations, le commandement sud, la division de Gaza et l’unité 8200 de la direction du renseignement militaire, qui s’occupe du renseignement d’origine électromagnétique.

Dans une missive envoyée aux troupes aujourd’hui, Halevi a déclaré que les enquêtes internes ont pour objectif d’aider Tsahal à apprendre.

Le chef d’état-major de Tsahal, le général Herzi Halevi (au centre) et de hauts responsables de Tsahal dans le nord d’Israël, le 14 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

« Nous avons été confrontés à des incidents difficiles au début des combats, nous n’avons pas réussi à protéger les civils, une tâche de la plus haute importance. Si nous ne faisons pas preuve de courage et n’analysons pas nos actions, il nous sera difficile d’apprendre et de faire mieux. Nous ne pourrons pas regarder les citoyens d’Israël dans les yeux et leur dire que nous avons examiné la situation, que nous avons appris et qu’à l’avenir, nous saurons mieux les protéger », a-t-il écrit.

Tsahal a expliqué que les enquêtes internes étaient « nécessaires » pour permettre à l’armée de s’améliorer dans le cadre des combats en cours, et de ramener les Israéliens du nord d’Israël déplacés en raison des attaques quotidiennes du Hezbollah.

Ces enquêtes ne sont pas liées aux enquêtes externes prévues sur la conduite de l’armée au cours de la période précédant le 7 octobre, qui sont actuellement en suspens.

Les projets d’examen indépendant ont suscité des objections de la part des dirigeants du gouvernement, qui craignent semble-t-il d’être critiqués.

Fin janvier, Halevi a déclaré que l’enquête externe ne serait lancée que lorsque les enquêtes internes seraient terminées.

Le contrôleur de l’État Matanyahu Englman a également l’intention d’enquêter sur les échecs de l’armée ainsi que sur la conduite du gouvernement, bien que Halevi ait demandé que cela soit également mis en attente pour le moment.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.